Un article par
Laura Knight-Jadczyk


Nouveau forum en français !


Les Editions Pilule Rouge


Guide Rapide des Signes

Cassiopée ? Forum de questions et réponses


Les Editions Pilule Rouge
Nos livres en français!


Nos Articles

Nouveau ! Programmes, tampons et "Esprit du prédateur"
- Laura Knight-Jadczyk

Nouveau ! Le résultat de l'impact du Dryas récent et les cycles de catastrophes cosmiques – les climatologues se réveillent
- R.H.

Nouveau SOTT Focus ! Pendant que les Européens sont en vacances, les Américains triment
- Marie Cocco

Nouveau SOTT Focus ! Comment créer la réalité de la "War on Terror" - guide pratique
- Joe Quinn

Nouveau SOTT Focus ! Des squatters sans conscience
- Henry See

Nouveau SOTT Focus ! Si le sociopathe habite à côté - montez à l'étage
- Keit

Nouveau ! L’Amérique fasciste, en dix mesures faciles
- Naomi Wolf, The Guardian

Nouveau ! Michael Topper à propos du Harcèlement
- Michael Topper

—SOTT

Virginia Tech – Le tueur était-il programmé mentalement
- B.K.

L'hypocrite Tony s'attaque à Téhéran
- Joe Quinn

La pression pour la paix et la "Pâque juive"
- Joe Quinn

Oubliez le réchauffement planétaire : nous sommes au bord de l’extinction !
- Laura Knight-Jadczyk & Henry See

Une vérité qui dérange
- Henry See

Piratage de la Démocratie
- Henry See

La main cachée derrière l'affrontement entre Hamas et Fatah
- Joe Quinn

Encore Des Absurdites « Al-Qaïda » Du Gang Bush
- Joe Quinn

Fascisme galopant: La France interdit à ses journalistes de rapporter la violence

Amir Peretz et la foi fondée à l'école de la politique
- Laura Knight-Jadczyk

Encore Des Absurdites « Al-Qaïda » Du Gang Bush
- Joe Quinn

Nous chutons tous
- Joe Quinn

D'Israël à Bush par l'entremise de la BBC et de CNN : Attaquez l'Iran -- sinon…
- Joe Quinn

Une Question Légale
- Henry See

Le Futur
- Steve McFarland

A quel point pensent-ils que nous sommes stupides?
- Henry See

Le Mythe Des Attentats Suicide Palestiniens
- Joe Quinn

Rassembler en un lieu tous les juifs
- Joe Quinn

Le MI6 et les médias - les manipulateurs de l'esprit
- Joe Quinn

Litvinenko - Par la tromperie
- Joe Quinn

Litvinenko - Par la tromperie 2
- Joe Quinn

La capture, le procès et la condamnation de Saddam Hussein – Une autre farce du renseignement américain
- Joe Quinn

La mystique contre Hitler
- Laura Knight-Jacdzyk

Les Bush et Le Roi Perdu
- Laura Knight-Jacdzyk

Bush révèle sa véritable politique iraquienne : le massacre de civils iraquiens
- Joe Quinn

Donnez leur un 5 novembre qu'ils n'oublieront jamais
- Télécharger des affiches Signs of the Times

Le sionisme et le président iranien
- Joe Quinn

Une planète au bord de l'anarchie?
- Joe Quinn

De l’Holocauste à l’Armageddon
- Joe Quinn

Ensemencement de graines de guerre civile
- Joe Quinn

Le racisme, pas la défense, au coeur de la politique israélienne
- Joe Quinn

Commentaires
- Signs of the Times

Commentaires des Signes 23 fev 2004 , 14 &15 Mar 2004

Supplément des Signs: Armes Ethniques Spécifiques

Supplément des Signs: L'Assassinat de JFK

HITLER : Tel que le Peuple Allemand Le Connaît

—Série JFK—
Laura Knight-Jacdzyk

John F. Kennedy, le Pétrole et la Guerre à la Terreur

John F. Kennedy, le Services Secrets et les Riches Texans Fascistes

John F. Kennedy et la Conspiration Monolithique et Impitoyable

John F. Kennedy et les Titans

John F. Kennedy et les Cochons de Guerre

John F. Kennedy et la Psychopathologie de la Politique

John F. Kennedy, J. Edgar Hoover, le Crime Organisé et le Village Mondial

John F. Kennedy et tous ces "ismes"

Sim City et John F. Kennedy

Le Gladiateur : John Fitzgerald Kennedy

Les Débris de l'Histoire

—11 septembre

Jim Hoffman – Attrape-nigaud pour les Chercheurs de Vérité du 11 septembre - Joe Quinn

L'ADMINISTRATION BUSH ET le 11 SEPTEMBRE: 100 RAISONS DE DISSIDENCE

La Cinquième Colonne

Commentaires sur l'attaque du Pentagone

Les récits de témoins oculaires du crash du Pentagone ne riment à rien

Le Mossad et les Sociétés de Déménagement

Mahmoud Ahmad et le Culte Secret

Commentaires sur l'attaque du Pentagone

—Ponérologie & Psychopathie—

Ponérologie Politique : une Science sur la Nature du Mal adaptée à des Buts Politiques

Le Paysage Intérieur du Psychopathe de Herve Cleckley

Le Psychopathe - Le Masque de Santé Mentale

Le Culte le plus dangereux dans le Monde - Laura Knight-Jadczyk

L'Idée la plus dangereuse dans le Monde - Laura Knight-Jadczyk

"Culture officielle" en Amérique:
Un Etat Naturel de Psychopathie?

Exposé Greenbaum

Contrôle des Mots, Contrôle des Pensées, Contrôle du Monde

La Bible déconstruite

Le Livre Q et les Origines Chrétiennes

La Véritable Identité de Fulcanelli, les Quatre éléments et Le Code Da Vinci

Qui a écrit la Bible et pourquoi?

—Les catastrophes
cycliques—

Jour d'Indépendance

Le Monde Arrive-t-il à sa Fin?

Est-ce que notre Soleil a un compagnon sombre?

—Les mystères—

Extraits de l'Histoire Secrète du Monde

Introduction à La Science antique

La chimie de l'alchimie

Réalité hyperdimensionnelle

Qui a écrit la Bible et pourquoi?

La Véritable Identité de Fulcanelli et Le Code Da Vinci

 

Les portails organiques ? L' "autre" race - 1ère partie

Prédateur Spirituel – Prem Rawat alias Maharaji - Henry See

Qui parle au nom de la Vérité?

Chronologie de Cointelpro Cosmique 11, 12

Etoiles déchues

Un gouffre dans le coeur - John Kaminski

Le Jeu Global du Survivant: Les Quatre Prochaines Années de l'Amérique

La Bête et Son Empire

La Haute Étrangeté des Dimensions et le Processus d'Enlèvement Alien

Schwaller de Lubicz et le Quatrième Reich
2, 3, 4

La face obscure du Tibet

Jupiter, Nostradamus, Edgar Cayce, et le Retour des Mongols
1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13

Vérité ou Mensonge
1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
, 7a, 7b

Ouspensky, Gurdjieff et les Fragments d'un Enseignement inconnu

Picknett et Prince sur les Cassiopéens

Le Crop Circle de Chibolton et les Cassiopéens sur les Crop Circles

Jour D'Indépendance - KAH

Les portails organiques ? L' "autre" race - 2ième partie

L'Affaire OVNI de Morris Jessup

Meilleurs voeux pour un monde heureux

Tyrannie du pouvoir executif

Le Matériel sur l'Aéroport de Denver

Les ETs et COINTELPRO cosmique

Pourriel Cosmique

Discernement ou Machiavel et les ET

Discernement 2: Le Monde est pénétré de malignité

St. Malachie et le Travail du Soleil

Les Compagnons du devoir de Liberté

Ascension

L'Onde

l'Onde: Chapitre 27

La Connexion Française


Adventures with Cassiopaea

Quantum Future Physics

Signs of the Times

The Wave


Nous vous proposons aussi les sites :

Alchymie.net



Vrit ou Mensonge (6)

Traduction franaise: Henri R.


Le 21 novembre 2003:

La Bible est un Livre Extraordinaire : Un livre qui revendique l'infaillibilit; qui aspire l'autorit absolue sur l'esprit et le corps; qui exige la reddition inconditionnelle toutes ses prtentions sur la peine de damnation ternelle, est un livre extraordinaire et devrait, donc, tre soumis des tests extraordinaires.

Mais ce n'est pas le cas.

Ni les prtres chrtiens ni les rabbins juifs n'approuvent d'appliquer la Bible les mmes tests par lesquels d'autres livres sont tests.

Pourquoi ?

Parce que a aidera la Bible ? Ca ne peut pas tre cela.

Parce que a pourrait porter atteinte la Bible ? Nous ne pouvons penser aucune autre raison.

La Vrit est que la Bible est : une Compilation d'critures de Date Inconnue et de Paternit Restitue en anglais de Copies Supposes d'Originaux Supposs, Malheureusement Perdus

Ainsi crit M. M. Mangasarian, ancien congrgationaliste et ministre presbytrien,qui tudia au Sminaire Thologique de Princeton, et trs tt dans sa vie renona son affiliation chrtienne et poursuivit une carrire remarquable comme partisan de la Pense Libre.

Hier, il y eut un article de nouvelles qui attira mon il: Un scientifique d'Oxford lance une critique aigu de la religion. Il semble que Richard Dawkins, auteur de The Blind Watchmaker, a lanc une nouvelle salve contre les "vrais croyants".

Dawkins argumentait que la prsence tendue de la religion malgr son manque de bnfices vidents suggre que ce ne fut pas une adaptation volutionnaire. La Socit fournit un sol de reproduction pour le "virus" de la religion en tiquetant les enfants avec la religion de leurs parents. Les enfants, en retour, absorbent ces croyances parce qu'ils sont conditionns le faire.

Bien qu'elle soit universelle, dit Dawkins, la religion n'est pas largement bnfique. En rejetant la thorie de beaucoup de ses contemporains, Dawkins argumente que la religion n'a pas aid les gens s'adapter ou survivre. Au-del d'agir comme une source de consolation, la religion ne fournit aucune protection contre les maladies ou les menaces physiques.

"Une personne qui fait face un lion n'est pas mise l'aise quand on lui dit que c'est un lapin," dit Dawkins. La religion, du point de vue de Dawkins, non seulement fournit un faux confort - elle est activement sparative et nocive. Dsigns comme chrtiens ou musulmans par leurs parents, les enfants sont aptes faire face la discrimination associe avec ces tiquettes, dit Dawkins. Dawkins fait remarquer l'exemple des fondamentalistes protestants Belfast crachant sur les filles catholiques simplement parce que leurs parents les ont tiquetes catholiques.

Dawkins a raison. Mme si je ne suis pas d'accord avec ses ides qui promeuvent l'existence comme seule consquence de "l'aspect mcanique accidentel de l'univers", je dois dire qu'il a mis dans le mille sur l'lment crucial de la religion ou du culte tel qu'elle est connue aujourd'hui; c'est un virus, et un virus mortel. Dawkins fait remarquer plutt succinctement que la religion est une norme de socit qui prend racine dans les tendances psychologiques des enfants. C'est leur obissance unique qui les rend vulnrables aux virus et aux vers", dit Dawkins.

Leur obissance unique. La religion est une forme d'obissance coercitive la Machiavel.

Quant aux utilisations de la religion pour le contrle politique, il faudrait toujours garder l'esprit, en lisant Machiavel, qu'il crivait son petit livre bas sur ce qu'il observait comme les pratiques communes des "princes" divers de son temps. Il pouvait voir ce qui fonctionnait et ce qui ne fonctionnait pas et il a assembl les mthodes dans son livre bas sur le prcdent historique.

Quelques experts proposent que le livre de Machiavel ne soit pas tant un "conseil" qu'un commentaire satirique de la corruption du riche et du puissant.

Les choses ont certainement peu chang depuis son poque.

Quand nous considrons l'ide que notre histoire prsente par le judasme dans l'Ancien Testament et prsente par le christianisme selon le Nouveau Testament, sans mentionner l'histoire du dveloppement du christianisme jusqu'au Moyen ge, nous sommes certainement dconcerts par l'impossibilit apparente de propagation et de maintien d'une tromperie aussi norme.

Beaucoup de critiques littraires semblent penser qu'une hypothse sur les questions obscures et distantes de l'histoire peut tre rfute par une simple demande de la production de plus de preuves qu'il n'existe en fait. [] Mais le vrai test d'une hypothse, si on ne peut pas la montrer en conflit avec des vrits connues, est le nombre de faits qu'elle corrle et explique [Cornford, Origins of Attic Comedy]

Hans Conzelmann, Professeur des tudes du Nouveau Testament Tottingen a admis que la communaut chrtienne continue exister parce que les conclusions de l'tude critique de la Bible sont en grande partie tenues l'cart d'eux.

Joachim Kahl, diplm en thologie de l'Universit Phillips Marburg a not que "l'ignorance de la plupart des Chrtiens est due largement la maigre information fournie par les thologiens et les historiens ecclsiastiques, qui connaissent deux faons de cacher les faits scandaleux de leurs livres. Ils y dforment la ralit l'oppos absolu ou la cachent."

Le Docteur Johannes Lehman, co-traducteur d'une dition moderne de la Bible remarqua : "les vanglistes sont des interprtes, pas des biographes; ils n'ont pas illumin ce qui tait devenu sombre avec le passage des gnrations, mais ont obscurci ce qui tait encore clair. Ils n'ont pas crit l'histoire, mais ont fait l'histoire. Ils n'ont pas voulu rapporter, mais justifier."

Les "textes originaux" de la Bible qui sont si souvent mentionns dans l'ergotage thologique n'existent pas. Ce qui existe vraiment sont les transcriptions qui sont apparues entre le quatrime et le dixime sicle. Et celles-ci sont des transcriptions de transcriptions, environ mille cinq cents d'entre elles et pas une d'entre elles n'est d'accord avec une autre.. Plus de quatre-vingt mille variations des "textes originaux" de la Bible ont t comptes. Il n'existe pas une seule page des "textes originaux" sans contradictions. On a pu trouv que le plus remarquable d'entre eux, le Codex Sinaiticus, contenait seize mille corrections, qui peuvent tre traces en arrire sept correcteurs. Ces correcteurs ont fait leurs "corrections" parce que chacun comprenait les vers diffremment et ils ont transform les fonctions selon ce qu'ils ont peru tre les besoins du temps.

Le docteur Robert Kehl de Zurich crit : "Frquemment le mme passage a t 'corrig' par un correcteur dans un sens et 'recorrig' immdiatement dans le sens oppos par un autre, dpendant entirement de quelle vue dogmatique devait tre dfendue dans l'cole approprie. En tout cas, un texte compltement chaotique et une confusion irrmdiable ont dj surgi par suite des corrections individuelles', mais mme plus par des corrections dlibres".

Le Pre Jean Schorer, conseiller spirituel pendant beaucoup d'annes la Cathdrale Saint-Pierre de Genve, a conclu que la thorie de l'inspiration divine de la Bible est en une telle contradiction avec la base de connaissance la plus basique, lmentaire de la raison humaine normale et est si videmment rfute par la Bible elle-mme, que seulement des personnes ignorantes la dfendraient, tandis que seulement les gens compltement exempts de n'importe quelle sorte de culture la croiraient.

Le Docteur Robert Kehl crit dans Die Religion des modernen Menschen (La Religion des Hommes Modernes):

La plupart des partisans de la Bible ont le credo naf que la Bible existait toujours sous la forme sous laquelle ils la lisent aujourd'hui. Ils croient que la Bible contenait toujours toutes les sections qui sont trouves dans leur copie personnelle de la Bible. Ils ne savent pas - et la plupart d'entre eux ne veulent pas savoir - que pendant environ 200 ans les premiers Chrtiens n'avaient aucune 'Ecriture sainte' sauf l'Ancien Testament et que mme le canon de l'Ancien Testament n'avait certainement pas t tabli dans les jours des premiers Chrtiens, que les versions crites du Nouveau Testament ont seulement surgi tout fait lentement, que pendant une longue priode de temps personne n'a rv de considrer ces crits du Nouveau Testament comme l'Ecriture Sainte, qu'avec le passage du temps la tradition est apparue de lire ces critures aux congrgations, mais que mme alors personne n'a rv de traitement d'elles comme des Ecritures Saintes avec le mme statut que l'Ancien Testament, que cette ide est d'abord arrive aux gens quand les diffrentes factions dans le christianisme se battaient l'une contre l'autre et ils ont senti le besoin d'tre capables de se conforter avec quelque chose d'impos, que de cette faon les gens ont seulement commenc considrer ces crits comme l'Ecriture Sainte environ en 200 ap. J.-C.

Laissez-nous juste dire que dans l'examen de ce processus du dveloppement des "Ecritures Saintes" et du christianisme lui-mme, nous ne trouvons rien du "Saint-Esprit" l-dedans. C'est le fait pur et dur. Et beaucoup de gens dans le "business" de la religion le savent.

Nanmoins, nos institutions d'tudes suprieures ont gnralement une attribution de facult spciale pour l'enseignement de la thologie, finance par le contribuable, qu'il soit chrtien ou juif.

On suppose que l'on donne aussi aux tudiants qui tudient cette thologie accs d'autres tudes, comme les maths, les langues, la science, et ainsi de suite.

La question devient alors : quel genre de distorsion trange, quelle corruption incomprhensible a lieu dans les esprits des gens, pour qu'ils puissent si compltement sparer leur connaissance universitaire de ce qu'ils entendent prcher de la chaire ?

Quel genre de lavage de cerveau peut ainsi efficacement causer le plus simple des faits tre oubli?

Comment cela arrive-t-il ?

C'est littralement ahurissant pour un tre humain logique, intelligent, que le conte de fes de la Bible en tant que parole de Dieu - ait dur si longtemps. Il n'y a rien auquel nous pouvons le comparer dans les sept mille ans d'histoire humaine dont nous sommes conscients. Appeler tout cela "un tissu de mensonges" semble plutt dur, mais il est de plus en plus vident qu'il induit certainement intentionnellement en erreur. Et, dans ce cas, comment l'appellerons-nous ?

Naturellement, tous ces problmes ont men beaucoup de solutions thologiques intressantes. Il est tonnant comment de vrais croyants cratifs peuvent tre quand ils font face des faits que cette ide ou cette autre qu'ils ont tenus pendant longtemps n'est plus soutenable.

Les thologiens chrtiens prtendent que les enseignements de Jsus (qui est le dogme religieux tabli, pas ncessairement ce que "Jsus" peut avoir enseign), sont inconditionnellement valables. Rudolf Augstein demande : "... Avec quel droit les glises chrtiennes se rfrent-elles Jsus qui n'a pas exist dans la forme qu'elles revendiquent, aux doctrines qu'il n'a pas enseignes, une autorit absolue qu'il n'a pas confre et une filiation avec Dieu qu'il n'a jamais revendique ?" [Jsus Menschensohn, Munich, 1972]

Quand nous prenons du recul par rapport la situation, la chose que nous voyons est que cette prophtie est au centre de la tradition judo-chrtienne-islamique. Les prophtes de ces religions ont revendiqu tre dans le contact direct avec le Crateur de l'Univers et ce crateur semble avoir t singulirement "personnel" dans le sens d'avoir des traits personnels, des caprices, des amours et des haines. Ses prophtes sont, naturellement, des messagers privilgis, recevant ses rvlations divines et ces rvlations divisent l'humanit en ceux qui les croient et ceux qui ne les croient pas. Naturellement, ceux qui ne les croient pas sont damns.

Il semble que les cultures "primitives" ou pr littraires avaient une certaine forme de communication codifie entre les esprits et les vivants. Ce phnomne semble tre universel dans le monde antique, et vint tre condamn seulement avec le dbut du monothisme vers 1000 av. J.-C.

Quand Yahweh parlait travers ses channels, ils taient appels prophtes et l'activit tait la "divine inspiration". Quand tout autre le faisait, c'tait de la ncromancie ou de la possession dmoniaque, ou mme de la tromperie totale. C'tait parce que, bien sr, puisque Jehovah/Yahweh tait dclar tre le seul dieu, ces autres "dieux" n'existaient pas, en consquence, quiconque dclarait les channeler mentait. Evidemment cela pose la question pourquoi les gens tait mis mort du fait de mentir sur la communication avec les dieux qui taient dclars ne pas exister? Et, s'ils existaient rellement, et communiquaient, comme Yahweh le faisait aussi, alors quel statut cela suggre sur Yahweh, puisqu'il tait celui qui rclamait tre le seul dieu et que c'tait vrai simplement parce que Yahweh disait ainsi via le channeling? Des plus curieux.

Au sixime sicle av. J.-C. les cultes dionysiaques de la Thrace taient connus pour utiliser des chamans comme channels en transe pour communiquer avec les esprits, ou ce qui tait alors connu comme les theoi ou les dieux; des tres dsincarns immortels avec des pouvoirs surhumains. Certains rudits suggrent que la philosophie rationaliste naquit des cultes de mystres dionysiaques, orphiques, et d'Eleusis consacrs au channeling de ces dieux; certainement beaucoup de l'antique philosophie grecque, spcialement celle de Pythagore, Hraclite et Platon, fut sature par ces mystres.

Cela soulve la question, bien sr, sur comment de l'information "channele" a pu avoir t la base de la philosophie rationaliste qu'il n'y avait rien channeler? Est-ce que cela pourrait tre simplement une progression de l'ide de Yahweh/ Jehovah qu'il n'y avait qu'un seul dieu, et que c'tait lui? Juste une autre tape en tant tout savoir rel de notre ralit des vies des tres humains?

Dans Theagetes de Platon, Socrate confesse, "Par la faveur des Dieux, j'ai t accompagn depuis mon enfance par un tre semi-divin dont la voix me dissuadait de temps en temps d'entreprendre certaines choses, mais ne me dirigeait jamais sur ce que je devais faire."

Les oracles de Dodone et de Delphes et d'autres sites prophtisaient en se mettant en transe durant laquelle ils taient possds par des esprits dsincarns; certains des plus clbres par un seul esprit, ou ce que nous appellerions aujourd'hui un "esprit-guide". Les oracles vivaient souvent dans des cavernes et pensaient que les esprits qu'ils channelaient venaient eux du monde souterrain au travers des fissures dans le roc.

La chose la plus intressante de toutes est le fait que Pythagore utilisait quelque chose comme une tablette de oui-ja ds 540 av. J.-C: une "table mystique" sur roues bougeait et pointait vers des signes qui taient interprts par le philosophe lui-mme, ou son lve Philolaos. Mme jusqu'au jour prsent, les mystres de Pythagore sont sujets un intrt intense de la part des scientifiques et des mystiques galement. Et ici il semble qu'il y ait une vidence que le savoir avanc de Pythagore a pu tre obtenu via une tablette oui-ja!

A l'poque o les Romains avaient conquis la Grce, le mouvement rationaliste se tournait contre le channeling des esprits. Cicron, le rationaliste romain que les premiers Pres de l'Eglise rvraient hautement, s'en prit au channeling des esprits ou la ncromancie en raison qu'ils impliquaient des rituels affreusement paens. Le Rationalisme grec et le Monothisme firent un pas de deux quelque temps, mais, en ralit, le rationalisme tendit l'argument l'ide qu'il n'y a pas de dieu, il n'y a pas d'esprits, rien ne survit la mort du corps physique, donc il n'y a personne pour nous parler de l'"autre ct", donc pourquoi s'inquiter?

Le rationalisme fut utile au monothisme tant qu'il aida renverser les cultes paens, mais ds que le christianisme fut tabli, le rationalisme devint hrsie. La Science fut "ranime" la Renaissance et prit la vue que toute la chose religieuse tait un jeu de dupes, et c'est plutt l'avis scientifique courant du phnomne aujourd'hui. Et certainement, il semble que la science est correcte sur ce point. Mais mme Richard Dawkins concde qu'il y a une sorte de qualit religieuse qui caractrise le phnomne scientifique. "Le sens de la transcendance est quelque chose qui est partag par ceux qui ne s'appelle pas eux-mmes religieux", dit Dawkins. Mais videmment, Dawkins ne va pas au-del de spculations sur le monde MATERIEL. Pour lui, il n'y a rien considrer sauf ce qui existait APRES le Big Bang. D'autres scientifiques dans d'autres disciplines, considrent VRAIMENT les questions de ce qui se passait AVANT le Big Bang et ce qui peut se passer que nous ne pouvons percevoir de notre propre ralit. Un autre sujet dans les nouvelles d'hier: le professeur mdite sur les mondes parallles;

Vous pourriez vous sentir soit respectueux, soit petit, en coutant la lecture de Max Tegmark l'Universit du Delaware mercredi aprs-midi sur la probabilit de l'existence d'univers parallles mimant ou divergeant du ntre. Tegmark, un professeur de physique et d'astronomie l'Universit de Pennsylvanie, discuta du multivers (plus qu'un "uni-"vers) avec un groupe de plus de 50 physiciens bourgeonnants et divers majors en philosophie, biologie et science une lecture du Dpartement de Physique et d'Astronomie.

Evidemment, votre raction dpend de votre point de vue. Si vous titubez encore du fait anti-intuitif que la Terre n'est pas place au centre de l'univers certainement pas le systme solaire; que notre systme solaire est cach dans un bras extrieur obscur d'un tourbillon laiteux d'toiles; et que notre galaxie n'est qu'une parmi beaucoup fonant des vitesses normes travers l'espace glac et indiffrent Les thories de Tegmark que les versions multiples de vous-mme existent probablement au-dehors, quelque part, rend le sens commun ancien sembler encore plus hors de propos.

"Il peut y avoir au moins un millier d'univers parallles au-dehors" Tegmark dit son auditoire, et c'est bas entirement sur les dernires capacits de mesure et les quations mathmatiques conues par les physiciens ces dernires annes. []

Autrement dit, les paens peuvent avoir t prcisment sur quelque chose. Il y a de srieuses ramifications cette ide d'univers parallles sur laquelle nous reviendrons par la suite, mais pour l'instant, essayons d'arrter le cheminement ici et continuons dans une certaine mesure chronologiquement. Aprs tout, la chronologie est ce que nous essayons de comprendre!

La religion chrtienne et ses ramifications Nouvel ge, sont les partisans en chef des nombreux scnarios de Fin du Monde avec lesquels nous sommes les plus familiers. Les scnarios de la fin des temps prennent leur origine surtout dans le corps des critures apocalyptiques, eschatologiques des Nouveau et Ancien Testaments. C'est dans le livre final, l'Apocalypse, que les reprsentations les plus saisissantes et symboliques sur la fin du monde sont dpeintes par plusieurs.

C'est un travail difficile comprendre. Probablement aucun autre morceau d'criture dans l'histoire n'a t examin plus fond et interprt plus largement. C'est la lgende de la fin du monde, un conte du jour du Jugement dernier sur du pain rassis avec des effets spciaux de ralit virtuelle en abondance. C'est la source inspirante pour les prophtes fous, les prdicateurs crachant de la salive, les magiciens Enochiens apocalyptiques, les vrais croyants fanatiques, les fabricants de films de srie-B et les tricheurs et les vendeurs d'lixir miracle de toute forme et toute sorte.

Cela signifie-t-il que nous pouvons simplement renoncer l'Apocalypse et aux autres prophties en tout ? Il serait agrable de penser ainsi, mais comme nous avons dj not, bien que le Systme de Contrle intervienne toujours pour faire le contrle des dgts, ils le font oh, si soigneusement! Tandis que le susdit est plutt prcis en termes des nombreuses interprtations diverses que l'on a donnes cette Mre de toutes les Prophties de la Fin des Temps, il n'y a aucune raison jeter le bb avec l'eau du bain. Quiconque a des yeux et des oreilles et la moiti d'un cerveau peut voir qu'il y a quelque chose qui ne va pas dans notre monde, dans notre ralit et une fois qu'on le voit et une fois que l'on pose les questions, qui mnent alors la recherche, nous en venons l'ide que quelque chose va vraiment arriver! Bien sr, cela N'indique PAS qu'aprs l'une ou l' autre religion va attnuer quoi que ce soit qui arrive dans le monde naturel selon des principes scientifiques.

Ce qui semble tre vrai est que les auteurs des Ancien et Nouveau Testaments ne pouvaient pas simplement jeter les traditions orales. Ils les ont utilises d'une faon trs spciale. Il semble souvent que tout ce qui tait positif a t tordu et retourn. Avec une conscience de comment l'histoire peut tre mythifie et ensuite officialise et n'importe quelle combinaison de cela, nous pouvons regarder les Ecritures Saintes d'un oeil diffrent. Nous pouvons thoriser qu'il doit y avoir eu une personne relle autour de qui la lgende de Jsus - l'histoire mythifie - a t enveloppe. Nous pouvons thoriser qu'il enseignait quelque chose d'important et de spectaculaire pour avoir fait un tel impact. Nous pouvons aussi thoriser que cet "impact" fut d'abord vu comme trs dangereux, mais plus tard - aprs que beaucoup de torsions et de dformations aient t introduites, on a pens qu'il pourrait tre utile d'utiliser le mythe croissant comme la pierre angulaire d'un Systme de Contrle. Mais, comme nous souponnons aussi, la nature mme de la Matrice elle-mme et nos observations de nos jours, aussi bien qu'un large examen historique, suggre que quoi que "Jsus" fisse et disse vraiment, cela a t trs certainement dform, corrompu et des accentuations ont t dplaces de faons assez prvisibles.

On nous dit que les premiers Chrtiens ont cru que la fin du monde et la rapparition de leur Messie tait imminentes. On nous dit que, depuis les premiers jours de l'glise organise, l'attente du millnaire - le rgne de mille ans du Christ revenu - tait en conflit avec la politique ecclsiastique qui grandissait rapidement dans la hirarchie de la nouvelle glise.

Dans ce qui est aujourd'hui la Turquie, un homme nomm Montanus a revendiqu avoir prouv une vision de la Nouvelle Jrusalem cleste sur le point de descendre sur la Terre. Montanus et son ide ont t peru comme une menace pour l'autorit ecclsiastique. Hippolyte, crivant en 215 ap. J.-C., a accus les partisans montanistes d'hrsie, y compris l'coute des rvlations de voyants fminins. Le montanisme a continu s'tendre, particulirement aprs que Tertullien - le savant lgal brillant qui tait n Carthage et converti au Christianisme en 196 ap. J.-C. - ait rejoint le mouvement. Il annona une vision de cette ville cleste descendant du ciel, une mtaphore qui a persist pendant des sicles.

L'omniprsence de cette vision est intressante pour beaucoup de raisons, plus particulirement quand on considre la possibilit que ces premiers Chrtiens peuvent avoir interagi avec des ralits hyperdimensionnelles. Tandis que quelques groupes gnostiques ont "spiritualis" les vnements prvus dans l'Apocalypse, il y avait toujours ceux qui ont insist pour que ce paradis soit tout fait rel et physique et pourrait exister sur la terre. Cette ide est devenue connue comme le chiliasme, une forme de vision apocalyptique qui a dpeint le millenium comme une priode physique et matrielle.

Un prophte gnostique nomm Cerinthus a dit qu'il y aurait un royaume terrestre du Christ et que la chair de gens peuplant de nouveau Jrusalem serait soumise aux dsirs et au plaisir. Il a ajout, "Le royaume du Christ ... consisterait en la satisfaction de l'estomac et des organes infrieurs, dans le manger et le boire et les plaisirs nuptiaux." Un auteur a dcrit Cerinthus et ses disciples en notant, "il y avait le grand enthousiasme parmi ses partisans pendant cette fin..." Pas de doute.

Beaucoup de chiliastes croyaient que dans le millenium toute manire de sollicitation physique serait rassasie, que les hommes trouveraient toutes les femmes belles et dsirant participer dans des plaisirs charnels. D'autres ont appris que les femmes porteraient beaucoup d'enfants, mais sans la douleur d'accouchement ni mme l'inconvnient du sexe. Il peut tre not qu'il y a un fil d'allusions sexuelles dans la vision millnariste qui - pendant les sicles - est apparue maintes reprises.

Il est assez simple de voir dans "la graine" du chiliasme primitif des premires ides chrtiennes le concept de Boucles de Temps et des faits hyperdimensionnels aussi bien que l'ide de catastrophes cycliques signalant tant la fin que le dbut de "mondes". Cependant, il semble y avoir eu quelque chose d'autre de ce premier christianisme qui a cr des problmes pour les pres de l'Eglise qui taient occups codifier le dogme et la construction d'un vaste empire ecclsiastique. Puisque "la fivre de la fin des temps" ne partait pas, elle a t codifie comme "croyez en nos dogmes et vous irez au ciel la Fin des Temps. Cela arrivera seulement une fois et nous sommes les agents de Dieu qui va dtruire tous ceux qui n'appartiennent pas notre club."

La question est : si les premiers Pres de l'Eglise ont limin le "chiliasme primitif" du christianisme, quoi d'autre ont-ils limin ? Comme not, ce que nous connaissons comme le christianisme aujourd'hui, selon beaucoup d'experts, est un peu plus qu'une amalgamation de beaucoup de reprsentations mythiques du thme de la mort et de la rsurrection de Dieu. Plus que quoi que ce soit, il reflte le drame Tammuz avec un revtement majeur de la religion gyptienne du temps.

maintes reprises nous revenons la question : "comment pouvaient-ils le faire ?" Il semble mme impossible de concevoir qu'une telle fraude soit commise sur le Monde Occidental entier. Mais, comme not, l'tude de l'histoire n'est pas statique. Des dcouvertes sont faites chaque jour qui tendent notre comprhension et nous donnent un meilleur contexte dans lequel placer les dtails que nous avons dj. Et trs souvent, quand nous plaons l'histoire "crite" dans le contexte de ce que la science doit nous montrer, cela simplement NE colle PAS. Et c'est alors que nous devons commencer poser des questions srieuses.

Au lieu de supposer que nos anctres ne nous mentiraient pas, nous devons demander pourquoi ont-ils cru ce qu'ils ont fait et l'ont transmis comme mandat saint ? Nous pouvons certainement penser qu'un parent qui transmet ses enfants certaines ides qui sont "factuelles" autant qu'il les connat, ne ment pas en soi. Il ne peut pas juste connatre la vrit. Mais tout de mme, le rsultat est que l'empilement de mensonge sur mensonge et notre comprhension de notre monde devient un peu plus qu'une conversation chuchote transmise le long d'une file de 100 ou plus de personnes, la fin de laquelle, la dclaration finale est sans rapport avec l'original.

ce point nous voudrions faire note d'une srie curieuse de remarques par l'alchimiste semi-lgendaire, Fulcanelli, dans les premires pages de son livre les Demeures Philosophales. Il nous dit dans ses premires phrases qu'il y a une ide fausse grossire sur le Moyen ge, commune parmi les savants et les profanes, produite par une histoire crite qui n'est pas supporte par l'vidence.

L'histoire nous dit que le Moyen Age tait un temps d'invasions, de guerres, de famines, d'pidmies et un hte de ruptures de la vie et de la culture; cependant la mme priode tait le temps de la construction de grandes cathdrales, de monuments, de maisons, de villes, et ainsi de suite; aucun desquels ne porte les marques de tels flaux.

Fulcanelli continue alors faire remarquer que l'art est entirement le reflet d'une culture et prospre gnralement seulement pendant les temps de paix.

Les constructions gothiques - les cathdrales et d'autres - tous refltent indniablement la paix, la srnit, la prosprit et une socit heureuse florissante. La statuaire, ayant videmment utilis des modles vivants, nous montrent des gens dodus, bien aliments, avec des expressions joviales, aimant la bonne vie et la satire. Mme les gargouilles sont plus comiques qu'effrayantes et les Christs en souffrance sont gnralement dpeints comme "en repos" plutt qu'en ralit dans le supplice.

Comme Fulcanelli fait remarquer, si cette priode de d'histoire avait t aussi "sombre" qu'elle est dpeinte, si les gens avaient t souffrants et gmissants dans la misre de la douleur humaine, l'art l'aurait dpeint.

Mais il ne l'a pas fait.

Quelque chose est, en effet, inexplicablement incorrect ici. Et, comme Fulcanelli fait remarquer :

"Il est facile de fabriquer des textes et des documents partir de rien. [] la falsification et la contrefaon sont aussi vieux que les collines et l'histoire, qui abhorre les vides chronologiques, devait parfois appeler [des contrefacteurs] l'aide."

Au dix-septime sicle, un Pre Jsuite, Jean Hardouin, a dcouvert une fraude o les gens du pays craient des pices de monnaie et des mdailles grecques et romaines antiques et les enterraient dans la campagne pour "remplir les vides" de l'histoire et aussi se faire de l'argent en vendant de telles "trouvailles". En 1639, un certain Jacques de Bie publia Les Familles de France, Illustre par les Monuments des Mdailles Anciennes et Modernes, qui, d'aprs Anatole de Montaiglon contient plus "de mdailles inventes que de vraies".

Fulcanelli continue en citant plus de cas dans lesquels la possibilit - la probabilit - que notre histoire a t en grande partie fabrique de lueurs comme un spectre de confusion toujours croissant. Nous avons dj vu comment l'histoire d'un astrode impactant la Terre fut "falsifie" comme un "fait historique", savoir la conversion de Constantin par un signe de Dieu, et nous dcouvrirons, comme nous progressons, que ce problme de falsification de l'histoire n'est pas qu'une chose occasionnelle, mais rpte encore et encore.

Il se trouve qu'il y a quelques experts minents au jour prsent qui ont senti que quelque chose n'allait pas et qui proposent la mme chose exacte que Fulcanelli a suggre.

En plus de la falsification des vnements, nous avons le problme de falsification de la chronologie dans le but de supporter les faux vnements.

Quand nous examinons la question, nous dcouvrons que la chronologie de l'histoire antique et mdivale dans sa forme prsente a t cre et acheve dans une mesure considrable dans une srie de travaux pendant les 16me et 18me sicles, commenant par J. Scaliger (1540-1609), "le fondateur de la science chronologique moderne." et D. Petavius (1583-1652). La chronologie est ce qui nous dit combien de temps s'est coul entre un certain vnement et le prsent. Pour dterminer la chronologie relle, il faut tre capable de traduire les donnes dans les documents antiques dans la terminologie et les units de compte des temps modernes. Beaucoup de conclusions et d'interprtations historiques dpendent de quelles dates nous attribuons aux vnements dans un document antique donn.

La chronologie traditionnelle accepte du monde antique et mdival repose sur une base de sable mouvant. Par exemple, entre les versions diffrentes de la datation d'un vnement aussi important que la fondation de Rome, il existe une divergence de 500 ans. Qui plus est, "la falsification des nombres a t effectue jusqu' l'histoire contemporaine". Alexandre Polyhistor a fait les premiers pas pour remplir les cinq cents ans, qui voulaient mettre la destruction de Troie et l'origine de Rome dans la connexion chronologique. Mais, aidait-il, ou embrouillait-il encore plus la question ? Il se trouve que, selon une autre chronologie, Troie tait tombe en mme temps que la fondation de Rome et pas 500 ans avant elle!

Isaac Newton consacra beaucoup d'annes aux tudes historiques et chronologiques. Il a compos ses tables propres qui s'avrrent tre la chronologie gnralement admise. Beaucoup de gens ne sont pas conscients que certains des vnements importants de l'histoire grecque ont t arbitrairement avancs par lui de 300 ans et ceux des Egyptiens ont t avancs jusqu' mille ans.

Naturellement, des esprits pntrants taient capables de discerner les problmes et ds le seizime sicle, le professeur de Arcilla ,de l'Universit de Salamanque, a publi deux papiers dans lesquels il a dclar que toute l'histoire avant le 4me sicle ap. J.-C., avait t falsifie.

Dans les temps plus modernes, la premire tentative srieuse de systmatiser le matriel critique considrable et d'analyser les paradoxes historiques et les duplicata du point de vue des sciences naturelles a t entreprise par un scientifique russe et un acadmicien, N. A. Morozov (1854-1946).

En 1994, A. T. Fomenko, un mathmaticien russe, publia une analyse empirico-statistique de matriels narratifs et ses applications la datation historique. Le rsum de ce livre dit :

Ces deux volumes reprsentent un travail majeur, unique qui est le premier de la sorte publi en langue anglaise.

Un jeu complet de nouvelles techniques statistiques est prsent pour l'analyse de donnes historiques et chronologiques. Cette technique constitue une nouvelle tendance importante dans la statistique applique.

Le premier volume se concentre principalement sur le dveloppement d'outils statistiques mathmatiques et leurs applications aux donnes astronomiques : datation d'clipses antiques, datation de l'Almageste, etc Les problmes de datation correcte pour des vnements antiques et mdivaux sont discuts.

Le deuxime volume se concentre sur l'analyse de chroniques antiques et mdivales et des rapports (tels qu'gyptien, byzantin, romain, grec, babylonien, europen etc). On considre une richesse stupfiante de donnes.

Les conclusions qui sont tires concernant la datation chronologique accepte d'vnements dans l'histoire antique provoqueront certainement la controverse et un srieux dbat. L'auteur suggre une nouvelle chronologie qui diffre radicalement de la traditionnelle. [...]

Le rsultat principal est comme suit : le "manuel" moderne d'histoire antique et mdivale traditionnelle est la chronique fibreuse drive en collant ensemble les quatre rpliques pratiquement identiques A, B, C, D de la chronique plus courte A. Trois chroniques B, C, D sont obtenues de A en la translatant comme un bloc rigide en arrire de 333, 1053 et 1778 ans (approximativement).

Autrement dit, tout le "manuel moderne" peut tre compltement reconstitu de sa moindre partie A entirement place droite de 960, c'est--dire chaque poque de l'histoire, place aujourd'hui gauche (en dessous) de 960, est une rflexion de certains vnements rels de l'intervalle 960 - 1600. [...]

Le livre fournit le contexte et le matriel ncessaires pour la participation intelligente dans de tels dbats. [Kluwer Academic Publishers, 1994. P.O.Box 17, 3300 AA Dordrecht, Pays-Bas. ISBN 0-7923-2604-0 (Volume 1) ISBN 0-7923-2605-9 (Volume 2)]

Le travail de Fomenko mrite une srie entire de volumes pour le discuter correctement et ce serait impossible ici sauf de noter que des historiens dans la ligne du courant dominant et des archologues crient "Abominable!" sur cela malgr le fait qu'il a tir quelques conclusions extraordinaires et prsente ses analyses minutieuses avec des arguments logiques et un dsir sincre d'arriver la Vrit.

Comme nous avons dj not, il est de plus en plus clair que le "statu quo" est plus important certaines personnes que la Vrit. Quant la priode mdivale par laquelle nous sommes actuellement concerns, (gardant l'esprit que l'anglais n'est pas la premire langue de Fomenko) Fomenko fait remarquer que :

Nous avons dcouvert qu'existe l un paralllisme fort entre les dures de rgnes pour l'histoire anglaise des annes 640-1327 d'un ct et l'histoire byzantine des annes 378-830 continue par l'histoire byzantine des annes 1143-1453 d'un autre ct.

Il suggre que Byzance soit un original dans le susdit paralllisme et l'Angleterre avant l'an 1327 - une rflexion. On pourrait voir [...] comment l'histoire anglaise avant l'an 1327 fut construite de plusieurs rflexions de l'Empire de Byzance des annes 1143-1453. []

Le lecteur demande : Comment les chroniques byzantines pourraient-elles tre insres dans l'histoire anglaise mdivale (de l'le Anglia) ? La rponse sera extrmement simple si nous effaons de nos esprits l'image qui est impose par la chronologie traditionnelle de Scaliger.

Commenant au 11me sicle, plusieurs croisades prennent d'assaut l'Empire byzantin. Les tats de plusieurs croiss fodaux ont t fonds sur le territoire de l'Empire byzantin aux 11e-14me sicles. Dans ces tats, beaucoup de nations ont t mlanges : population locale, croiss de l'Angleterre, de la France, de l'Allemagne, de l'Italie etc. Dans ces rgions de croiss et dans l'Empire byzantin la nouvelle culture a t cre, en particulier une chronique historique a t crite.

Parmi des habitants byzantins, beaucoup de gens taient de l'Europe, particulirement d'une certaine le, qui sera appele plus tard l'Angleterre.

En 1453 ap. J.-C. les Turcs ont conquis Constantinople. L'Empire Byzantin a t ruin et les foules de ses habitants ont quitt le pays. Beaucoup d'entre eux sont retourns en Europe, dans leur ancienne patrie. En particulier - dans l'le Anglia.

Ces descendants de croiss ont pris avec eux leur chronique byzantine, parce que ces textes dcrivent leur propre histoire relle Byzance (pendant beaucoup d'annes - des centaines d'annes). Plusieurs dcennies ont pass. Dans l'le Anglia [les immigrants] commencent l'criture de son histoire (c'est--dire, l'histoire des gens vivant dans l'le).

Dans les 16e-17me sicles quelques historiens qualifis apparaissent et commencent crer l'histoire gnrale du pays Anglia entier ("depuis le dbut"). Ils cherchent des documents antiques. Soudain ils trouvent plusieurs vieux coffres avec de "trs vieux" documents. Les documents sont poussireux, le papier est trs fragile et les vieux livres tombent en pices. Ces chroniques ont t transportes de l'empire byzantin. Mais maintenant (aux 16e-17me sicles) personne ne le savait. Malheureusement, la prhistoire de ces coffres est oublie. Et, malheureusement, on a oubli que ces chroniques dcrivent l'histoire d'un AUTRE PAYS.

Les historiens anglais des 16e-17me sicles analysent soigneusement ces textes comme l'histoire "de l'le l'Angleterre" et les mettent dans la base de "l'ancienne histoire de l'le britannique, qui a commenc il y a des sicles". Dans un sens fort ils avaient raison parce que vraiment les auteurs des chroniques ont t troitement connects avec l'le Anglia (mais, laissez-nous rpter, ils ont dcrit un AUTRE PAYS l'empire byzantin). Ce processus est tout fait naturel et ne suggre pas de falsification spciale de l'histoire.

De telles erreurs naturelles taient invitables aux premires tapes de cration de l'histoire gnrale. En consquence, il est apparu des chroniques telles que la Chronique Anglo-saxonne, la chronique de Nennius, etc

Aprs quelque temps, cette version errone d'une ancienne histoire anglaise reste fige, devient un "monument". De nouveaux historiens modifient simplement (seulement un peu) l'arrangement initial de l'histoire, ajoutent quelques nouveaux documents.

Et seulement aujourd'hui, en utilisant certaines mthodes statistiques et d'autres nous commenons dcouvrir quelques rgularits tranges l'intrieur du "manuel de l'histoire" et commencer nous rendre compte que l'histoire relle tait probablement suffisamment plus courte et qu'aujourd'hui nous devons supprimer de "l'ancienne histoire anglaise" sa "partie byzantine" et rendre ce morceau sa juste place (dans le temps et dans le sens gographique). Cette procdure est trs douloureuse. Nous le comprenons parce que nous avons dcouvert le mme problme dans l'ancienne histoire russe, quand nous avons aussi trouv plusieurs duplicata chronologiques.

Il est possible, que ce processus "d'insertion d'anciennes chroniques byzantines" au dbut d'une "histoire locale" soit prsent pour plusieurs rgions diffrentes qui ont t troitement connectes avec l'Empire byzantin. C'est particulirement vrai pour la Russie, pour l'Angleterre, pour Rome, pour la Grce. [Et la France] [Op. Cit.]

Comme not ci-dessus, il est facile de fabriquer des textes et des documents partir de rien. La falsification et la contrefaon sont aussi vieux que les collines. J. K. Huysmans a crit dans Las-bas,

"Les vnements sont pour un homme de talent rien d'autre qu'un tremplin d'ides et de style, puisqu'ils sont tous attnus ou aggravs selon les besoins d'une cause ou selon le temprament de l'auteur qui les manipule. Pour autant que les documents qui les supportent sont concerns, c'est encore plus mauvais, puisqu'aucun d'eux n'est irrductible et tous sont rvisables. S'ils ne sont pas juste apocryphes, d'autres documents non moins certains peuvent tre dterrs plus tard, qui les contredisent, attendant leur tour d'tre dvalus par le dterrement d'encore d'autres archives pas moins certaines." [Huysmans, 1891, Ch II].

Fomenko est gnreux en suggrant qu'un tel processus de la falsification de d'histoire est quelque chose qui en quelque sorte "arriva" et sans intention de conspiration. J'ai tendance tre d'accord avec lui pour l'essentiel. Mais il y a certainement d'autres choses qui suggrent fortement la dissimulation intentionnelle de la vrit. Et, bien sr, de la part de l'histoire de Byzance, dont il y a beaucoup de documentation, nous constatons que la falsification des faits tait aussi active alors que a l'est aujourd'hui.

Mais il y a quelque chose mme plus trange sur cela que l'explication simple que Fomenko a donne : nous voulons demander quel genre de vide a exist en Europe occidentale pour qu'il soit possible d'importer l'histoire de Byzance ? Ils n'avaient pas dj leur propre histoire? Qu'est-ce qui se passait l tandis que l'Empire Romain et le christianisme grandissaient l'Est ?

Et ici, dans cette question, nous trouvons quelques indices des plus intressants.

 


En tant que propriétaires et éditeurs de ces pages, nous souhaitons souligner que le matériel présenté ici est le fruit de notre recherche et de notre expérimentation en communication supraluminique. Nous nous demandons parfois si les Cassiopéens sont ce qu¹ils prétendent être, parce que nous ne tenons rien pour vérité indiscutable. Nous prenons tout "cum granulo salis", même si nous considérons qu¹il y a de bonnes chances que ce soit la vérité. Nous analysons constamment ce matériel ainsi que beaucoup d¹autres qui attirent notre attention, issus de divers domaines de la Science et du mysticisme. Honnêtement, nous ne savons pas CE QU'EST la vérité, mais nous croyons qu¹elle est « quelque part par là» et que nous pouvons sans doute en découvrir une partie. Oui, nous pouvons dire que nos vies ont été enrichies par ces contacts, mais certains éléments nous ont aussi rendus perplexes et nous ont désorientés, et ils restent encore à être clarifiés. Nous avons certes trouvé beaucoup de «confirmations» et de « corroborations » dans d¹autres domaines, entre autres la Science et l¹Histoire, mais il y a aussi de nombreux éléments qui, par nature, sont invérifiables. C¹est pourquoi nous invitons le lecteur à partager notre recherche de la Vérité en lisant avec un esprit ouvert, mais sceptique.

Nous n¹encourageons pas « l'adepte-isme », ni aucune « Vraie Croyance ». Nous ENCOURAGEONS la recherche de la Connaissance et de la Conscience dans tous les domaines qui en valent la peine, comme le meilleur moyen de discerner le mensonge de la vérité. Voici ce que nous pouvons dire au lecteur: nous travaillons très dur, plusieurs heures par jour, et nous le faisons depuis de nombreuses années, pour découvrir la raison de notre existence sur Terre. C¹est notre vocation, notre queste, notre mission. Nous recherchons constamment à valider et/ou à affiner ce que nous envisageons comme possible, probable, ou les deux. Nous faisons cela avec l¹espoir sincère que toute l¹humanité pourra en bénéficier, si ce n¹est maintenant, alors dans un de nos futurs probables.

Contactez l¹administrateur web à cassiopaea.com
Copyright © 1997-2003 Arkadiusz Jadczyk et Laura Knight-Jadczyk. Tous droits réservés. "Cassiopaea, Cassiopaean, Cassiopaeans," est une marque déposée par Arkadiusz Jadczyk et Laura Knight-Jadczyk.
Les lettres adressées à Cassiopaea, à la Quantum Future School, Ark ou Laura, deviennent la propriété de Arkadiusz Jadczyk et Laura Knight-Jadczyk.

La réédition et la rediffusion du contenu de cette page ou d¹une quelconque portion de ce site web sont expressément interdites sans approbation écrite préalable.

You are visitor number .