Nouveau forum en français !


Les Editions Pilule Rouge


Guide Rapide des Signes

Cassiopée ? Forum de questions et réponses


Les Editions Pilule Rouge
Nos livres en français!


Nos Articles

Nouveau ! Programmes, tampons et "Esprit du prédateur"
- Laura Knight-Jadczyk

Nouveau ! Le résultat de l'impact du Dryas récent et les cycles de catastrophes cosmiques – les climatologues se réveillent
- R.H.

Nouveau SOTT Focus ! Pendant que les Européens sont en vacances, les Américains triment
- Marie Cocco

Nouveau SOTT Focus ! Comment créer la réalité de la "War on Terror" - guide pratique
- Joe Quinn

Nouveau SOTT Focus ! Des squatters sans conscience
- Henry See

Nouveau SOTT Focus ! Si le sociopathe habite à côté - montez à l'étage
- Keit

Nouveau ! L’Amérique fasciste, en dix mesures faciles
- Naomi Wolf, The Guardian

Nouveau ! Michael Topper à propos du Harcèlement
- Michael Topper

—SOTT

Virginia Tech – Le tueur était-il programmé mentalement
- B.K.

L'hypocrite Tony s'attaque à Téhéran
- Joe Quinn

La pression pour la paix et la "Pâque juive"
- Joe Quinn

Oubliez le réchauffement planétaire : nous sommes au bord de l’extinction !
- Laura Knight-Jadczyk & Henry See

Une vérité qui dérange
- Henry See

Piratage de la Démocratie
- Henry See

La main cachée derrière l'affrontement entre Hamas et Fatah
- Joe Quinn

Encore Des Absurdites « Al-Qaïda » Du Gang Bush
- Joe Quinn

Fascisme galopant: La France interdit à ses journalistes de rapporter la violence

Amir Peretz et la foi fondée à l'école de la politique
- Laura Knight-Jadczyk

Encore Des Absurdites « Al-Qaïda » Du Gang Bush
- Joe Quinn

Nous chutons tous
- Joe Quinn

D'Israël à Bush par l'entremise de la BBC et de CNN : Attaquez l'Iran -- sinon…
- Joe Quinn

Une Question Légale
- Henry See

Le Futur
- Steve McFarland

A quel point pensent-ils que nous sommes stupides?
- Henry See

Le Mythe Des Attentats Suicide Palestiniens
- Joe Quinn

Rassembler en un lieu tous les juifs
- Joe Quinn

Le MI6 et les médias - les manipulateurs de l'esprit
- Joe Quinn

Litvinenko - Par la tromperie
- Joe Quinn

Litvinenko - Par la tromperie 2
- Joe Quinn

La capture, le procès et la condamnation de Saddam Hussein – Une autre farce du renseignement américain
- Joe Quinn

La mystique contre Hitler
- Laura Knight-Jacdzyk

Les Bush et Le Roi Perdu
- Laura Knight-Jacdzyk

Bush révèle sa véritable politique iraquienne : le massacre de civils iraquiens
- Joe Quinn

Donnez leur un 5 novembre qu'ils n'oublieront jamais
- Télécharger des affiches Signs of the Times

Le sionisme et le président iranien
- Joe Quinn

Une planète au bord de l'anarchie?
- Joe Quinn

De l’Holocauste à l’Armageddon
- Joe Quinn

Ensemencement de graines de guerre civile
- Joe Quinn

Le racisme, pas la défense, au coeur de la politique israélienne
- Joe Quinn

Commentaires
- Signs of the Times

Commentaires des Signes 23 fev 2004 , 14 &15 Mar 2004

Supplément des Signs: Armes Ethniques Spécifiques

Supplément des Signs: L'Assassinat de JFK

HITLER : Tel que le Peuple Allemand Le Connaît

—Série JFK—
Laura Knight-Jacdzyk

John F. Kennedy, le Pétrole et la Guerre à la Terreur

John F. Kennedy, le Services Secrets et les Riches Texans Fascistes

John F. Kennedy et la Conspiration Monolithique et Impitoyable

John F. Kennedy et les Titans

John F. Kennedy et les Cochons de Guerre

John F. Kennedy et la Psychopathologie de la Politique

John F. Kennedy, J. Edgar Hoover, le Crime Organisé et le Village Mondial

John F. Kennedy et tous ces "ismes"

Sim City et John F. Kennedy

Le Gladiateur : John Fitzgerald Kennedy

Les Débris de l'Histoire

—11 septembre

Jim Hoffman – Attrape-nigaud pour les Chercheurs de Vérité du 11 septembre - Joe Quinn

L'ADMINISTRATION BUSH ET le 11 SEPTEMBRE: 100 RAISONS DE DISSIDENCE

La Cinquième Colonne

Commentaires sur l'attaque du Pentagone

Les récits de témoins oculaires du crash du Pentagone ne riment à rien

Le Mossad et les Sociétés de Déménagement

Mahmoud Ahmad et le Culte Secret

Commentaires sur l'attaque du Pentagone

—Ponérologie & Psychopathie—

Ponérologie Politique : une Science sur la Nature du Mal adaptée à des Buts Politiques

Le Paysage Intérieur du Psychopathe de Herve Cleckley

Le Psychopathe - Le Masque de Santé Mentale

Le Culte le plus dangereux dans le Monde - Laura Knight-Jadczyk

L'Idée la plus dangereuse dans le Monde - Laura Knight-Jadczyk

"Culture officielle" en Amérique:
Un Etat Naturel de Psychopathie?

Exposé Greenbaum

Contrôle des Mots, Contrôle des Pensées, Contrôle du Monde

La Bible déconstruite

Le Livre Q et les Origines Chrétiennes

La Véritable Identité de Fulcanelli, les Quatre éléments et Le Code Da Vinci

Qui a écrit la Bible et pourquoi?

—Les catastrophes
cycliques—

Jour d'Indépendance

Le Monde Arrive-t-il à sa Fin?

Est-ce que notre Soleil a un compagnon sombre?

—Les mystères—

Extraits de l'Histoire Secrète du Monde

Introduction à La Science antique

La chimie de l'alchimie

Réalité hyperdimensionnelle

Qui a écrit la Bible et pourquoi?

La Véritable Identité de Fulcanelli et Le Code Da Vinci

 

Les portails organiques ? L' "autre" race - 1ère partie

Prédateur Spirituel – Prem Rawat alias Maharaji - Henry See

Qui parle au nom de la Vérité?

Chronologie de Cointelpro Cosmique 11, 12

Etoiles déchues

Un gouffre dans le coeur - John Kaminski

Le Jeu Global du Survivant: Les Quatre Prochaines Années de l'Amérique

La Bête et Son Empire

La Haute Étrangeté des Dimensions et le Processus d'Enlèvement Alien

Schwaller de Lubicz et le Quatrième Reich
2, 3, 4

La face obscure du Tibet

Jupiter, Nostradamus, Edgar Cayce, et le Retour des Mongols
1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13

Vérité ou Mensonge
1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
, 7a, 7b

Ouspensky, Gurdjieff et les Fragments d'un Enseignement inconnu

Picknett et Prince sur les Cassiopéens

Le Crop Circle de Chibolton et les Cassiopéens sur les Crop Circles

Jour D'Indépendance - KAH

Les portails organiques ? L' "autre" race - 2ième partie

L'Affaire OVNI de Morris Jessup

Meilleurs voeux pour un monde heureux

Tyrannie du pouvoir executif

Le Matériel sur l'Aéroport de Denver

Les ETs et COINTELPRO cosmique

Pourriel Cosmique

Discernement ou Machiavel et les ET

Discernement 2: Le Monde est pénétré de malignité

St. Malachie et le Travail du Soleil

Les Compagnons du devoir de Liberté

Ascension

L'Onde

l'Onde: Chapitre 27

La Connexion Française


Adventures with Cassiopaea

Quantum Future Physics

Signs of the Times

The Wave


Nous vous proposons aussi les sites :

Alchymie.net



Ponrologie Politique :
une Science sur la Nature du Mal adapte des Buts Politiques

Andrew M. Lobaczewski, Ph. D.

avec commentaires et citations complmentaires
de Laura Knight-Jadczyk

Traduction franaise: Henri R.


Le livre de Andrew M. Lobczewski sera disponible chez Red Pill Press au printemps 2006.


Cet article est en deux parties. Je dois notifier le lecteur que l'information vraiment bonne est dans la seconde partie, donc ne la sautez pas!


La pathocratie est une maladie des grands mouvements sociaux suivie par des socits, nations, et empires entiers. Au cours de l'histoire humaine, elle a affect les mouvements sociaux, politiques, et religieux de mme que les idologies associes... et les tourna en caricatures d'elles-mmes... Ceci arriva comme rsultat de... participation des agents pathologiques dans un processus pathodynamiquement similaire. Cela explique pourquoi toutes les pathocraties du monde sont, et ont t, si similaires dans leurs prophties essentielles.

...Identifier ces phnomnes travers l'histoire et les qualifier proprement selon leur vraie nature et contenus - pas selon l'idologie en question, qui a succomb au processus de caricature - est un travail pour les historiens. [...]

Les actions de la pathocratie affectent une socit entire, en commenant par les leaders et en infiltrant chaque ville, affaire, et institution. La structure sociale pathologique couvre graduellement tout le pays en crant une "nouvelle classe" l'intrieur de cette nation. Cette classe privilgie [de pathocrates] se sent menace en permanence par les "autres", c'est--dire par la majorit des gens normaux. Les pathocrates n'entretiendraient pas non plus des illusions sur leur sort personnel s'il y avait un retour au systme de l'homme normal. [Andrew M. Lobaczewski, Ph.D. (psychologie); Political Ponerology: A science on the nature of evil adjusted for political purposes]   (Ponrologie Politique: Une Science sur la nature du mal adapte des buts politiques)


Le mot "psychopathe" voque gnralement des images du Dr. Hannibal Lecter peine retenu - quoique tonnamment urbain - du clbre "Silence des Agneaux". J'admettrais que ceci tait l'image qui venait mon esprit chaque fois que j'entendais le mot. Mais j'avais tort, et j'allais apprendre cette leon trs douloureusement par exprience directe. Les dtails exacts sont relats par ailleurs; ce qui est important est que cette exprience fut probablement un des plus pnibles et instructifs pisodes de ma vie et cela me permit de surmonter un blocage dans ma prise de conscience du monde autour de moi et de ceux qui y habitaient.

En ce qui concerne les blocages vers la prise de conscience, j'ai besoin de dclarer pour l'histoire que j'ai pass 30 ans tudier la psychologie, l'histoire, la culture, la religion, les mythes et le soi-disant paranormal. J'ai aussi travaill de nombreuses annes avec l'hypnothrapie - ce qui m'a donne une connaissance mcanique trs bonne de la manire dont l'esprit/cerveau de l'tre humain fonctionne des niveaux trs profonds. Mais mme ainsi, je fonctionnais encore avec certaines croyances fermement en place qui furent secoues par ma recherche dans la psychopathie. J'ai ralis qu'il y avait un ensemble certain d'ides que je tenais sur les tres humains qui taient sacro-saints. J'ai mme crit propos de ceci de la manire suivante:

...mon travail m'a montr que la vaste majorit des gens veut faire le bien, vivre de bonnes choses, avoir de bonnes penses, et prendre des dcisions avec de bons rsultats. Et ils essaient avec toute leur force pour le faire! Avec la majorit des gens ayant ce dsir intrieur, pourquoi diable cela n'arrive-t-il pas?

J'tais nave, je l'admets. Il y avait beaucoup de choses, que je ne connaissais pas, que j'ai apprises depuis que j'aie crit ces mots. Mais mme cette poque, j'tais consciente de la faon dont nos esprits peuvent tre utiliss pour nous tromper.

Maintenant, quelles croyances tenais-je qui ont fait de moi une victime d'un psychopathe? La premire et la plus vidente est que je croyais vraiment que profondment l'intrieur, tous les gens sont fondamentalement "bons" et qu'ils "veulent faire le bien, vivre de bonnes choses, avoir de bonnes penses, et prendre des dcisions avec de bons rsultats. Et ils essaient de le faire avec toute leur force..."

Il se trouve que ce n'est pas vrai car j'ai - et tout le monde impliqu dans le groupe de travail - appris mes dpens, comme ils disent. Mais nous avons aussi appris pour notre dification. Dans le but d'arriver comprendre exactement quel genre d'tre humain pourrait faire les choses qui m'taient faites (et d'autres proches de moi), et pourquoi ils pouvaient tre motivs - mme dirigs - se comporter de cette manire, nous avons commenc rechercher des indices dans la littrature de la psychologie parce que nous avions besoin de comprendre pour notre tranquillit d'esprit.

S'il y a une thorie psychologique qui peut expliquer le comportement vicieux et nuisible, elle aide beaucoup les victimes de tels actes avoir cette information pour qu'elles ne doivent pas passer tout leur temps se sentir mal ou fches. Et certainement, s'il y a une thorie psychologique qui aide une personne trouver quel genre de mots ou d'actes peut diminuer l'abme entre les gens, gurir les malentendus, c'est aussi un but valable. C'tait dans une telle perspective que nous avons commenc notre vaste travail sur les sujets du narcissisme qui a alors men l'tude de la psychopathie.

Bien sr, nous n'avons pas commenc avec un tel "diagnostic" ou tiquet ce dont nous tions tmoins. Nous avons commenc avec des observations et avons recherch des indices dans la littrature, des profils, quoi que ce soit qui nous aiderait comprendre le monde intrieur d'un tre humain - en ralit un groupe de gens - qui semblait tre tout fait dprav et diffrent de tout ce que nous avions jamais rencontr auparavant.


Imaginez - si vous pouvez - ne pas avoir de conscience, pas du tout, aucun sentiment de culpabilit ou de remords peu importe ce que vous faites, aucun sens de limitation, d'attention pour le bien-tre des trangers, des amis, ou mme des membres de la famille. Imaginez aucune lutte avec la honte, pas une seule dans toute votre vie, peu importe quel genre d'action goste, paresseuse, nuisible, ou immorale vous aviez fait.

Et feignez que le concept de responsabilit vous soit inconnu, sauf comme un fardeau que les autres semblent accepter sans se poser de questions, comme des imbciles crdules.

Ajoutez maintenant cette fantaisie trange la capacit de cacher aux autres que votre conformation psychologique diffre radicalement de la leur. Puisque chacun suppose simplement que la conscience est universelle parmi les gens, cacher le fait d'tre sans conscience vous est presque facile.

Vous ne vous retenez pas de vos dsirs par la culpabilit ou la honte et vous n'tes jamais confront par d'autres pour votre sang-froid. L'eau glace dans vos veines est si bizarre, si compltement en dehors de leur exprience personnelle, qu'ils devinent mme rarement votre condition.

Autrement dit, vous tes compltement sans contraintes internes et votre souveraine libert  de faire comme il vous plat, sans tourments de conscience, est fort propos invisible au monde.

Vous pouvez faire tout, et mme votre avantage trange sur la majorit des gens, qui sont tenus en ligne par leurs consciences, restera trs probablement non dcouvert.

Comment vivrez-vous votre vie ?

Que ferez-vous avec votre avantage norme et secret et avec le handicap correspondant des autres gens (la conscience) ?

La rponse dpendra en grande partie de juste ce que vos dsirs se trouvent tre, parce que les gens ne sont pas tous les mmes. Mme ceux profondment sans scrupules ne sont pas tous les mmes. Quelques personnes -  qu'elles aient une conscience ou non - favorisent le bien-tre de l'inertie, tandis que d'autres sont remplies de rves et d'ambitions folles. Quelques tres humains sont brillants et dous, certains sont ternes et surtout, conscience ou pas, sont quelque part entre les deux. Il y a les gens violents et les non-violents, les individus qui sont motivs par la soif de sang et ceux qui n'ont aucun apptit de ce genre. [...]

Pourvu que vous ne soyez pas arrts de force, vous pouvez tout faire. Si vous tes ns au bon moment, avec un certain accs une fortune familiale et que vous ayez un talent spcial pour fouetter la haine des autres et le sens de privation, vous pouvez vous arranger pour tuer un grand nombre de gens peu souponneux. Avec assez d'argent, vous pouvez accomplir cela de loin et vous pouvez vous asseoir sans risque et observer avec satisfaction. [...]

Fou et effrayant - et rel, dans 4 pour cent environ de la population. On considre que le taux de frquence pour les dsordres alimentaires anorexiques est valu 3,43 pour cent, jug presque pidmique, et pourtant ce chiffre est une fraction plus faible que le taux de personnalit antisociale. Les dsordres trs en vue classs comme schizophrnie arrivent seulement environ 1 pour cent [de la population] - un simple quart du taux de la personnalit antisociale - et les Centres pour le Contrle de la Maladie et la Prvention disent que le taux de cancer du clon aux Etats-Unis, considr "lev de faon alarmante," est d'environ 40 pour 100.000 - cent fois plus bas que le taux de la personnalit antisociale.

La haute incidence de la sociopathie dans la socit humaine a un effet profond sur le reste d'entre nous qui devons, aussi, vivre sur cette plante, mme ceux de nous qui n'avons pas t cliniquement traumatiss. Les individus qui constituent ces 4 pour cent drainent nos relations, nos comptes bancaires, nos accomplissements, notre respect de soi, notre paix mme sur Terre.

Etonnamment pourtant, beaucoup de personnes ne connaissent rien de ce trouble, ou s'ils le connaissent, ils pensent seulement en termes de psychopathie violente - meurtriers, tueurs en srie, bouchers - les gens qui ont sensiblement enfreint la loi plusieurs fois et qui, s'ils sont attraps, seront emprisonns, peut-tre mme mis mort par notre systme lgal.

Nous ne sommes gnralement pas conscients, ni n'identifions pas non plus d'habitude, le plus grand nombre de sociopathes non-violents parmi nous, les gens qui ne sont pas souvent des transgresseurs flagrants de la loi et contre qui notre systme lgal formel fournit peu de dfense.

La plupart d'entre nous n'imaginerait pas de correspondance entre le dessein d'un gnocide ethnique et, disons, mentir innocemment son patron propos d'un collgue. Mais la correspondance psychologique n'est pas seulement l; c'est terrifiant. Simple et profond, le lien est l'absence de mcanisme intrieur qui nous culpabilise, motionnellement parlant, quand nous faisons un choix que nous voyons comme immoral, contraire la morale, ngligent, ou goïste.

La majorit d'entre nous se sent doucement coupable si nous mangeons le dernier morceau de gteau dans la cuisine, sans parler de ce que nous ressentirions si nous nous mettions faire du mal intentionnellement et mthodiquement une autre personne.

Ceux qui n'ont aucune conscience du tout sont un groupe part entire, qu'ils soient des tyrans homicides ou simplement des snipers sociaux impitoyables.

La prsence ou l'absence de conscience est une division humaine profonde, probablement plus significative que l'intelligence, la race, ou mme le sexe.

Ce qui diffrencie un sociopathe qui vit du travail des autres de celui qui vole de temps en temps dans les magasins de quartier, ou de celui qui est un requin de la finance contemporain - ou ce qui fait la diffrence entre un voyou ordinaire et un meurtrier sociopathe - n'est rien de plus que le statut social, l'impulsion, l'intellect, la soif de sang, ou la simple occasion.

Ce qui distingue tous ces gens du reste d'entre nous est un trou tout fait vide dans le psychisme, où il devrait y avoir la plus dveloppe de toutes les fonctions d'humanisation. [Martha Stout, Ph. D., The Sociopath Next Door (Le Sociopathe proximit) (fortement recommand)


Nous n'avions pas l'avantage du livre du docteur Stout au dbut de nos recherches. Nous avions bien sûr Hare et Cleckley et Guggenbuhl-Craig et d'autres. Il y en a eu toujours plus qui est apparu dans les quelques annes passes en rponse aux questions formules par beaucoup de psychologues et psychiatres sur l'tat de notre monde et la possibilit qu'il y ait une certaine diffrence essentielle entre des individus comme George W. Bush et beaucoup de Noconservateurs prtendus et le reste d'entre nous.

Le livre du docteur Stout a une des explications les plus longues quant pourquoi aucun de ses exemples ne ressemble aucune personne relle sur laquelle j'ai jamais lue. Et ensuite, dans un tout premier chapitre, elle dcrit un cas "composite" o le sujet a pass son enfance faire exploser des grenouilles avec des ptards. Il est largement connu que George W. Bush l'a fait, donc on se demande naturellement...

En tout cas, mme sans le travail du docteur Stout, au moment o nous tudiions la question, nous nous sommes rendus compte que ce que nous apprenions tait trs important pour chacun parce que, mesure que les donnes ont t assembles, nous avons vu que les indices, les profils, ont rvl que les questions auxquelles nous faisions face taient confrontes par chacun une fois ou une autre, dans une mesure ou une autre. Nous avons aussi commenc nous rendre compte que les profils qui sont apparus dcrivent aussi plutt exactement beaucoup d'individus qui cherchent les positions de pouvoir dans les domaines d'autorit, plus particulirement la politique et le commerce. Ce n'est pas une ide si surprenante, mais elle ne nous tait pas honntement venue jusqu' ce que nous ayons vu les modles et les ayons reconnus dans les comportements de nombreuses figures historiques et incluant rcemment George W. Bush et les membres de son administration.

Les statistiques actuelles nous disent qu'il y a plus de gens psychologiquement malades que sains. Si vous prenez un prlvement d'chantillons d'individus dans un domaine donn, vous allez probablement constater qu'un nombre significatif d'entre eux montre des symptmes pathologiques dans une mesure ou une autre. La politique n'y fait pas exception et par sa nature mme, aurait tendance attirer plus de "types dominateurs" pathologiques que d'autres domaines. C'est seulement logique et nous avons commenc nous rendre compte que c'tait non seulement logique, c'tait effroyablement prcis; effrayant parce que la pathologie parmi les gens au pouvoir peut avoir des effets dsastreux sur tous les gens sous le contrle de tels individus pathologiques. Et alors, nous avons dcid d'crire sur ce sujet et de le publier sur Internet.

A mesure que le matriel s'est accumul, des lettres de nos lecteurs ont commenc arriver en nous remerciant pour mettre un nom ce qui leur arrivait dans leurs vies personnelles ainsi que pour les aider comprendre ce qui arrivait dans un monde qui semble tre devenu compltement fou. Nous avons commenc penser que c'tait une pidmie et dans un certain sens, nous avions raison; pas de la manire que nous avions pens. Si un individu avec une maladie fortement contagieuse travaille dans un lieu qui le met en contact avec le public, une pidmie en rsulte. De la mme manire, si un individu dans une position de pouvoir politique est un psychopathe, il ou elle peut crer une pidmie de psychopathologie dans les gens qui ne sont pas essentiellement psychopathes. Nos ides le long de cette ligne reurent bientt la confirmation d'une source inattendue. J'ai reu un e-mail d'un psychologue polonais qui a crit comme suit :


Chres Mesdames et Messieurs.    

J'ai eu votre Projet de Recherches Spciales sur la psychopathie par mon ordinateur. Vous faites un travail des plus importants et de valeur pour l'avenir des nations. [...]    

Je suis un psychologue clinique trs g. Il y a quarante ans j'ai particip une enqute secrte sur la nature relle et la psychopathologie du phnomne macro-social appel "Communisme". Les autres chercheurs taient des scientifiques de la gnration prcdente qui sont maintenant dcds.    

L'tude profonde de la psychopathie de la nature, qui a jou le rle essentiel et inspirant dans ce phnomne psychopathologique macro-social et la distinction de ces autres anomalies mentales, a sembl tre la prparation ncessaire pour comprendre la nature entire du phnomne.    

La grande partie du travail, que vous faites maintenant, a t faite cette poque.    

Je suis capable de vous fournir un document scientifique de grande valeur, utile pour vos buts. C'est mon livre PONEROLOGIE POLITIQUE - Une science sur la nature du mal adapte des buts politiques. Vous pouvez aussi trouver un exemplaire de ce livre dans la Bibliothque du Congrs et dans certaines universits et bibliothques publiques aux Etats-Unis.    

Soyez gentils d'entrez en contact avec moi pour que je puisse vous expdier un exemplaire par la poste.    

Trs sincrement vtre!    

Andrew M. Lobaczewski


J'ai promptement crit une rponse. Quelques semaines plus tard le manuscrit est arriv dans le courrier.

A mesure que j'ai lu, je me suis rendue compte que ce que je tenais dans la main tait essentiellement une chronique d'une descente aux enfers, la transformation et le retour triomphant au monde avec la connaissance de cet enfer qui tait sans prix pour le reste d'entre nous, particulirement ce jour et cette poque o il semble vident qu'un enfer semblable enveloppe la plante. Les risques qui ont t pris par le groupe de scientifiques qui a fait la recherche sur laquelle ce livre est bas sont au-del de la comprhension de la plupart d'entre nous. Beaucoup d'entre eux taient jeunes, commenant juste leurs carrires quand les Nazis ont commenc marcher grands pas avec leurs bottes de cent lieues travers l'Europe. Ces chercheurs ont vcu travers cela et ensuite quand les Nazis ont t chasss et remplacs par les Communistes sous le joug de Staline, ils ont t confronts aux annes d'oppression du got que ceux d'entre nous qui voulons adopter aujourd'hui une attitude contre le Reich de Bush ne peuvent pas mme imaginer. Et alors, puisqu'ils taient l et qu'ils ont vcu travers cela et ont restitu l'information au reste d'entre nous, cela peut bien sauver nos vies d'avoir une carte pour nous guider dans l'obscurit qui tombe. C'est dans ce contexte que je voudrais amener comment le docteur Lobczewski discute dans son livre de la valeur de l'tude serre et clinique du mal avant que nous ne nous tournions rellement vers le sujet de la Ponrologie :


    Cette nouvelle science est d'une manire incalculable riche en dtails de casuiste Elle contient une connaissance et une description du phnomne dans les catgories de la vision du monde naturelle, modifies l'avenant conformment au besoin de comprendre [beaucoup de] questions...

    Le dveloppement de cette familiarit avec le phnomne est accompagn par le dveloppement du langage communicatif, au moyen duquel la socit peut rester informe et publier des avertissements de danger. Un troisime langage apparat ainsi ct du double langage idologique ... il emprunte en partie des noms utiliss par l'idologie officielle dans leurs significations modifies transformes. En partie, ce langage fonctionne avec des mots emprunts des blagues qui circulent, toujours plus vives. Malgr son tranget, ce langage devient un moyen utile de communication et joue un rle dans la rgnration des liens sociaux.... Cependant, malgr des efforts de la part des littraires et des journalistes, ce langage reste seulement communicatif l'intrieur; cela devient hermtique l'extrieur de la porte du phnomne, incomprhensible aux gens manquant de l'exprience personnelle approprie. [...]

    Cette nouvelle science, exprime en langage tir d'une ralit dviante, est quelque chose d'tranger aux gens qui veulent comprendre ce phnomne macro-social, mais pensent dans les catgories des pays de l'homme normal. Les tentatives pour comprendre ce langage produisent un certain sentiment d'impuissance qui provoque la tendance de crer des doctrines propres, construites partir de concepts de son propre monde et une certaine quantit de matriel de propagande pathocratique convenablement assimile. Une telle doctrine - un exemple serait la doctrine anti-communiste amricaine - la rend encore plus difficile comprendre que d'autres ralits. Puisse la description objective allgue ici leur permettre de surmonter l'impasse ainsi engendre. [...]

    Le rle spcifique de certains individus pendant de telles poques vaut la peine d'tre mis en valeur; ils ont particip la dcouverte de la nature de cette nouvelle ralit et ont aid d'autres trouver le juste chemin. Ils avaient une nature normale, mais une enfance malheureuse, tant soumis trs tt la domination d'individus avec des dviations psychologiques diverses, y compris l'gotisme pathologique et des mthodes pour terroriser les autres. Le nouveau systme de pouvoir a frapp de tels gens comme une multiplication sociale grande chelle de ce qu'ils connaissaient de l'exprience individuelle. Du tout dbut, ils ont donc vu cette ralit beaucoup plus prosaïquement, en traitant immdiatement l'idologie conformment aux histoires paralogistiques bien connues, dont le but tait de masquer la ralit amre de leurs expriences de jeunesse. Ils ont bientt atteint la vrit, puisque la gense et la nature du mal sont analogues sans tenir compte de l'chelle sociale dans laquelle il apparaît.

    De tels gens sont rarement compris dans les socits heureuses, mais l ils deviennent utiles; leurs explications et conseils se montrent prcis et sont transmis d'autres qui rejoignent le rseau de cet hritage d'aperception. Cependant, leur propre souffrance a t double, puisque c'tait trop d'une sorte similaire d'abus traiter dans une vie....

    Finalement, la socit voit l'apparition d'individus qui ont rassembl une perception intuitive exceptionnelle et une connaissance pratique dans le secteur sur la manire dont les pathocrates pensent et dont un tel systme d'autorit fonctionne.

    Certains d'entre eux deviennent si comptents en langage de psychopathe dviant et de son idiomatique qu'ils sont capables de l'utiliser, beaucoup comme une langue trangre qu'ils ont bien apprise. Puisqu'ils doivent dchiffrer les intentions du pouvoir, de tels gens offrent des conseils aux gens qui ont des difficults avec les autorits. Ces avocats de la socit des gens normaux, d'habitude dsintresss, jouent un rle irremplaable dans la vie de la socit. Les pathocrates, cependant, ne peuvent jamais apprendre penser dans des catgories humaines normales. En mme temps, la capacit de prvoir les voies de raction d'une telle autorit mne aussi la conclusion que le systme est rigidement causatif et manquant de libert naturelle de choix. [...]

    On m'a une fois attribu une patiente qui avait t interne dans un camp de concentration Nazi. Elle est revenue de cet enfer dans un tat si exceptionnellement bon qu'elle fut encore capable de se marier et d'avoir trois enfants. Cependant, ses mthodes pour lever les enfants taient si viles qu'elles taient trop rminiscentes de la vie de camp de concentration si obstinment persvrante chez les anciens prisonniers. La raction envers les enfants tait une protestation nvrose et de l'agressivit contre d'autres enfants.

    Pendant la psychothrapie de la mre, nous avons rappel les figures des officiers SS masculins et fminins dans son esprit, en faisant remarquer leurs caractristiques psychopathiques (de tels gens taient des recrues primaires). Pour l'aider liminer leur matriel pathologique de sa personne, je lui ai fourni des donnes statistiques approximatives quant l'apparition de tels individus dans la population dans son ensemble. Cela l'a aide atteindre une vue plus objective de cette ralit et rtablir la confiance dans la socit des gens normaux....

    En parallle au dveloppement de la connaissance pratique et d'un langage de communication d'initi, d'autres phnomnes psychologiques prennent forme; ils sont vraiment significatifs dans la transformation de la vie sociale sous l'autorit des pathocrates, et les discerner est essentiel si on souhaite comprendre les individus et les nations destines vivre dans de telles conditions et valuer la situation dans la sphre politique. Ils incluent l'immunisation psychologique populaire et leur adaptation la vie dans de telles conditions dviantes.

    Les mthodes de terreur psychologique (cet art pathocratique spcifique), les techniques d'arrogance pathologique et pitinant grands pas les mes des autres personnes ont initialement des effets traumatiques tels que les gens sont privs de leur capacit pour une raction avise; j'ai dj allgu les aspects psychophysiologiques de tels tats. Dix ou vingt ans plus tard, un comportement analogue peut tre reconnu comme une bouffonnerie bien connue et ne prive pas la victime de sa capacit de penser et de ragir efficacement. Ses rponses sont habituellement des stratgies bien conues, issues de la position de la supriorit d'une personne normale et souvent ornes avec raillerie. L'homme peut regarder la souffrance et mme la mort dans l'œil avec le calme requis. Une arme dangereuse tombe des mains du dirigeant.

    Nous devons comprendre que ce processus d'immunisation n'est pas simplement un rsultat de l'augmentation de la connaissance pratique du phnomne macro-social dcrit ci-dessus. C'est l'effet de plusieurs - le processus en couches, graduel de croissance dans la connaissance, la familiarisation avec le phnomne, la cration des habitudes ractives appropries et le sang-froid, avec une conception complte et des principes moraux tant mis au point entre-temps. Aprs plusieurs annes, les mmes stimuli qui autrefois causaient la froide impuissance spirituelle ou la paralysie mentale provoquent maintenant le dsir de se gargariser avec quelque chose de fort afin de se dbarrasser de cette salet.

    C'tait un temps, o beaucoup de personnes rvaient de trouver une pilule qui rendrait plus facile de supporter la confrontation avec les autorits ou la prsence des sessions d'endoctrinement obligatoires gnralement prsides par un personnage psychopathe. Quelques antidpresseurs se sont vraiment avrs en fait avoir l'effet dsirable. Vingt ans plus tard, cela avait t oubli entirement.

    Quand j'ai t arrt pour la premire fois en 1951, la force, l'arrogance et les mthodes psychopathiques de confession de force m'ont priv presque entirement de mes capacits d'autodfense. Mon cerveau s'est arrt de fonctionner aprs seulement l'arrestation de quelques jours sans eau, un point tel que je ne pouvais mme pas me rappeler correctement l'incident qui aboutit mon arrestation soudaine. Je n'tais pas mme conscient qu'il avait t provoqu exprs et ces conditions permettant l'autodfense existaient vraiment en fait. Ils ont fait presque tout ce qu'ils voulaient de moi.

    Quand j'ai t arrt pour la dernire fois en 1968, j'ai t interrog par cinq fonctionnaires de scurit l'air froce. un moment particulier, aprs avoir rflchi leurs ractions prvues, j'ai laiss mon regard fixe assimiler chaque visage squentiellement avec grande attention. Le plus important m'a demand, "Qu'est-ce que tu as dans la tte, mon gars, nous regarder fixement comme a ?" J'ai rpondu sans aucune crainte des consquences : "Je me demande juste pourquoi la carrire de tant de gentlemen comme vous se termine dans un hpital psychiatrique." Ils ont t dconcerts un instant, sur quoi le mme homme s'est exclam, "Parce que c'est un travail vachement horrible!" "Je suis de l'avis que c'est le contraire", j'ai calmement rpondu. Ensuite j'ai t renvoy ma cellule.

    Trois jours plus tard, j'avais l'occasion de lui parler de nouveau, mais cette fois il tait beaucoup plus respectueux. Alors il a ordonn que je sois emmen - l'extrieur, comme il en est sorti. J'ai pris le tramway pour rentrer la maison en passant devant un grand parc, toujours incapable d'en croire mes yeux. Une fois dans ma chambre, je me suis allong sur le lit; le monde n'tait pas encore tout fait rel, mais les gens puiss s'endorment rapidement. Quand je me suis rveill, j'ai parl haute voix : "Cher Dieu, n'tes-vous pas suppos tre responsable ici dans ce monde! "

    A ce moment-l, je savais non seulement que jusqu' 1/4 de tous les fonctionnaires de la police secrte finissaient dans les hpitaux psychiatriques. Je savais aussi que leur "maladie professionnelle" est la dmence congestive autrefois rencontre seulement parmi les vieilles prostitues. L'homme ne peut pas violer les sentiments humains naturels l'intrieur de lui impunment, peu importe quel genre de profession il a. De ce point de vue, le Camarade Capitaine avait partiellement raison. En mme temps, cependant, mes ractions taient devenues rsistantes, un cri lointain de ce qu'elles avaient t dix-sept ans plus tt.

    Toutes ces transformations de conscience et inconscience humaines aboutissent aux adaptations individuelles et collectives de vivre sous de tels systmes. Dans les conditions modifies de limitations tant matrielles que morales, une ressource existentielle apparat qui se prpare pour surmonter beaucoup de difficults. Un nouveau rseau de la socit des gens normaux est aussi cr pour l'auto-assistance et l'aide mutuelle.

    Cette socit agit de concert et est consciente du vritable tat des affaires; elle commence dvelopper les faons d'influencer les divers lments d'autorit et raliser les buts qui sont socialement utiles. L'avis que la socit est totalement prive d'une quelconque influence sur le gouvernement dans un tel pays est ainsi imprcis. En ralit, la socit co-gouverne vraiment jusqu' un certain degr, parfois avec succs et parfois en chouant dans sa tentative de crer des conditions de vie plus tolrables. Cela, cependant, arrive d'une faon totalement diffrente de ce qui arrive dans les pays dmocratiques.

    Ces processus : l'immunisation cognitive, psychologique et l'adaptation permettent la cration de nouveaux liens interpersonnels et sociaux, qui fonctionnent dans les limites de la grande majorit que nous avons dj appele la "socit des gens normaux." Ces liens s'tendent discrtement dans le monde de la classe moyenne du rgime, parmi les gens en lesquels on peut avoir confiance jusqu' un certain degr....

    L'change d'information, les avertissements et l'aide englobent la socit entire. Celui qui est capable de faire ainsi, offre l'aide quelqu'un qui se trouve dans l'embarras, souvent d'une faon telle que la personne aide ne connat pas celui qui a donn l'aide. Cependant, s'il a caus son malheur par son propre manque d'avertissement circonspect en ce qui concerne les autorits, il rencontre le reproche, mais pas le refus d'aide.

    Il est possible de crer de tels liens parce que cette nouvelle division de la socit donne seulement une considration limite aux facteurs comme le niveau de talent ou d'ducation ou des traditions attaches aux anciennes couches sociales. Aucune des diffrences de prosprit rduites ne dissout non plus ces liens. Un ct de cette division contient ceux de la culture mentale la plus haute, des gens ordinaires simples, des intellectuels, des spcialistes de travail intellectuel, des ouvriers d'usine et des paysans unis selon la protestation commune de leur nature humaine contre la domination d'une exprience parahumaine et de mthodes gouvernementales. Ces liens engendrent une comprhension interpersonnelle et une sympathie parmi les gens et les groupes sociaux autrefois diviss par les diffrences conomiques et les traditions sociales. Les processus de pense servant ces liens ont plus de caractre psychologique, capables de comprendre les motivations de quelqu'un d'autre. En mme temps, les gens ordinaires conservent le respect pour les gens qui ont t instruits et reprsentent des valeurs intellectuelles. Des valeurs sociales et morales certaines apparaissent aussi, et peuvent s'avrer tre permanentes.

    La gense, cependant, de cette grande solidarit interpersonnelle devient seulement comprhensible une fois que nous connaissons dj la nature du phnomne macro-social pathologique qui a provoqu la libration de telles attitudes, compltes avec l'identification de sa propre humanit et celle des autres. Une autre rflexion se suggre elle-mme, savoir comment ces grands liens sont trs diffrents de la "socit comptitive" de l'Amrique


Ce travail est si important que je crois que chaque tre humain normal doit le lire pour sa propre hygine de scurit et mentale. Je vais prsenter ici quelques extraits importants du livre bientt disponible en entier.


De l'Avant-propos de l'Auteur :

    Dans la prsentation mes lecteurs honors avec ce volume, sur lequel je travaillais gnralement pendant les premires heures avant le dpart pour vivre une vie difficile, je voudrais d'abord faire des excuses pour les dfauts qui sont le rsultat de circonstances anormales comme l'absence d'un laboratoire appropri. J'admets aisment que ces lacunes devraient tre remplies, en prenant du temps comme cela peut tre, parce que les faits sur lesquels ce livre est bas sont instamment ncessaires. Par aucune faute de l'auteur, ces donnes sont venues trop tard.

    Le lecteur a droit une explication de la longue histoire et des circonstances dans lesquelles ce travail a t compil. C'est la troisime fois que j'ai trait le mme sujet. J'ai jet le premier manuscrit dans un four de chauffage central, ayant t averti juste temps d'une recherche officielle, qui a eu lieu quelques minutes plus tard. J'ai envoy le deuxime projet un dignitaire de l'église au Vatican au moyen d'un touriste amricain et je fus absolument incapable d'obtenir une quelconque sorte d'information sur le destin du colis une fois qu'il fut parti avec lui.

    Cette ... histoire ... a rendu la troisime version encore plus laborieuse. Des paragraphes antrieurs et d'anciennes expressions d'un ou des deux premiers projets hantent l'esprit de l'auteur et rendent la planification approprie du contenu plus difficile.

    Les deux premiers projets ont t crits dans un langage trs complexe pour le bnfice des spcialistes avec le contexte ncessaire, particulirement dans le domaine de la psychopathologie. La disparition irrparable de la deuxime version a aussi inclus la majorit crasante de donnes statistiques et les faits qui auraient t si valables et conclusifs pour des spcialistes. Plusieurs analyses de cas individuels ont t aussi perdues.

    La version prsente contient seulement des donnes statistiques qui avaient t retenues cause de l'utilisation frquente, ou qui pouvaient tre reconstruites avec une prcision satisfaisante. [...] Je nourris aussi l'espoir que ce travail peut atteindre une audience plus large et rendre disponibles quelques donnes scientifiques utiles qui peuvent servir de base pour la comprhension du monde contemporain et son histoire. Il peut aussi faciliter les lecteurs comprendre eux-mmes, leurs voisins et d'autres nations.

    Qui a produit la connaissance et a ralis le travail rcapitul dans les pages de ce livre ? C'est un effort commun contenant non seulement mes efforts, mais aussi reprsentant le travail de beaucoup de chercheurs ...

    L'auteur a travaill en Pologne loin des centres politiques et culturels actifs pendant beaucoup d'annes. C'est l o j'ai entrepris une srie de tests dtaills et d'observations qui devaient tre combines dans les gnralisations rsultantes pour produire une introduction complte pour une comprhension du phnomne macro-social nous entourant. Le nom de la personne attendue pour effectuer cette synthse tait un secret, comme il tait comprhensible et ncessaire, tant donn l'poque et la situation. Je recevais trs occasionnellement des rsums anonymes de rsultats de tests de Pologne et de Hongrie. Quelques donnes ont t publies, comme cela ne faisait natre aucun soupon qu'un travail spcialis tait compil et ces donnes pourraient toujours tre localises aujourd'hui.

    La synthse attendue de ce travail n'est pas arrive. Tous mes contacts sont devenus inoprants suite aux arrestations secrtes des chercheurs au dbut des annes soixante. Les donnes scientifiques restantes en ma possession taient trs incompltes, bien qu'inestimables en valeur. Cela a pris beaucoup d'annes de travail solitaire pour souder ces fragments dans un tout logique, en remplissant les lacunes avec ma propre exprience et recherche.

    Ma recherche sur la psychopathie essentielle et son rle exceptionnel dans le phnomne macro-social a t conduite concurremment avec celle d'autres personnes, ou peu de temps aprs. J'ai reu leurs conclusions plus tard et elles ont confirm la mienne. L'article le plus caractristique dans mon travail est le concept gnral pour une nouvelle discipline scientifique nomme "ponrologie". [...]

    Comme auteur du travail final, j'exprime par la prsente mon profond respect pour ceux qui ont initi la recherche et ont continu la conduire au risque de leurs carrires, sant et vies. Je rends hommage ceux qui ont pay le prix par la souffrance ou la mort. Puisse ce travail constituer une certaine compensation pour leurs sacrifices

    New York, N.Y. Août 1984


Le Docteur Lobaczewski s'est chapp aux Etats-Unis o il a rassembl et not sa recherche avant que Solidarnocz n'apportt la chute du communisme en Pologne. Lobaczewski a ajout quelques mots son introduction :


    Quinze ans ont pass, pleins d'occurrences politiques. Le monde a chang en raison des lois naturelles du phnomne dcrit dans ce livre et en raison des efforts des gens de bonne volont. Nanmoins, le monde n'est pas encore rtabli en bonne sant; et les restes de la grande maladie sont toujours trs actifs et menaant une roccurrence de la maladie. Tel est le rsultat d'un grand effort achev sans le support de la connaissance objective de la nature mme du phnomne. [...]

    L'auteur a t reconnu comme le porteur de cette science "dangereuse" seulement en Autriche, par un mdecin "amical" qui s'est avr tre un agent "rouge". Les groupes communistes New York ont t alors installs pour organiser une "action inverse." Il tait pouvantable d'apprendre comment le systme de pions conscients et inconscients fonctionnait. Les pires taient les gens qui avaient crdulement confiance en leurs "amis" conscients et excutaient les activits insinues avec ardeur patriotique. On a refus l'auteur l'aide et il a d sauver sa vie en travaillant comme soudeur. Ma sant s'est effondre et deux ans ont t perdus. Il est apparu que je n'tais pas le premier qui soit venu en Amrique apportant une connaissance semblable et, une fois l, trait d'une faon semblable.

    Malgr toutes ces circonstances, le livre a t crit l'heure, mais personne ne le publiait. Le travail a t dcrit comme "trs instructif" mais pour des diteurs psychologiques, il contenait trop de politique et pour des diteurs politiques, il contenait trop de psychologie, ou simplement "la dernire limite de la rdaction vient de passer." Graduellement, il est devenu clair que le livre ne passait pas l'inspection de l'initi. [...]

    La valeur scientifique qui peut servir le futur reste, et de nouvelles enqutes peuvent produire une nouvelle comprhension des problmes humains avec le progrs vers la paix universelle. C'tait la raison pour laquelle j'ai insist pour retaper, sur mon ordinateur, tout le manuscrit qui s'effaait dj. Il est ici prsent comme il a t crit en 1983-84 New York, aux Etats-Unis. Qu'il soit donc un document de bonne science et un travail dangereux. Le dsir de l'auteur est de remettre ce travail dans les mains des savants dans l'espoir qu'ils reprendront son fardeau et progresseront avec la recherche thorique dans la ponrologie - et le mettront en pratique pour le bien des gens et des nations.

    Pologne - juin 1998


Le Docteur Lobaczewski a quitt les Etats-Unis et est retourn en Pologne avant le 11 septembre 2001. Mais ses remarques taient prophtiques :

Nanmoins, le monde n'est pas encore rtabli en bonne sant; et les restes de la grande maladie sont toujours trs actifs et menacent une roccurrence de la maladie.

Quelle "science dangereuse" le docteur Lobaczewski portait-il avec lui quand il s'est chapp de la Pologne communiste ?

Il l'appelle "Ponrologie", que le dictionnaire dfinit comme: n. division de la thologie traitant du mal; doctrine thologique de la mchancet ou du mal; du grec : poneros - > mal '.

Mais le docteur Lobaczewski ne proposait pas une tude "thologique", mais plutt une tude scientifique de ce que nous pouvons simplement appeler le Mal. Le problme est que notre culture scientifique matrialiste n'admet pas aisment que le mal existe en ralit, en soi. Oui, le "mal" joue une partie dans le discours religieux, mais mme l il est expdi sans mnagement comme une "erreur" ou une "rbellion" qui sera corrige un certain point dans l'avenir, qui est discut dans une autre division thologique : l'eschatologie, qui est concerne par les vnements finaux dans l'histoire du monde, le destin suprme de l'humanit.

Il y a une multitude de psychologues modernes qui commencent rellement se dplacer dans la direction de ce que le docteur Lobaczewski a dit, qui avait dj t fait derrire le Rideau de Fer il y a beaucoup d'annes. J'ai une pile de leurs livres sur mon bureau. Certains d'entre eux semblent tomber en arrire dans la perspective religieuse simplement parce qu'ils n'ont aucune autre raison scientifique sur laquelle se tenir. Je pense que c'est contreproductif. Comme George K. Simon, Jr., crit dans son livre In Sheep's Clothing: ("En habits de mouton") (FORTEMENT recommand)


   ...[N]ous avons t prprogramms croire que les gens montrent seulement des comportements problmatiques quand ils sont "drangs" l'intrieur ou inquiets de quelque chose. On nous a aussi appris que les gens attaquent seulement quand ils sont attaqus d'une certaine faon. Ainsi, mme quand nos tripes nous disent que quelqu'un nous attaque et sans bonne raison, nous n'acceptons pas aisment la notion. Nous commenons d'habitude nous demander ce qui drange les personnes si gravement "au-dessous de tout" ce qui les fait agir d'une faon si inquitante. Nous pouvons mme nous demander ce que nous pouvons avoir dit ou fait qui les a "menacs". Nous ne pensons presque jamais qu'ils pourraient se battre simplement pour obtenir quelque chose, faire leur chemin, ou prendre le dessus. Ainsi, au lieu de les voir comme simplement en train de se battre, nous les voyons comme blessant principalement d'une certaine faon.

    Non seulement nous avons souvent des difficults reconnaître les manires dont les gens nous attaquent, mais nous avons aussi de la difficult discerner le caractre distinctement agressif de quelques personnalits. Le legs du travail de Sigmund Freud a beaucoup de rapport avec cela. Les thories de Freud (et les thories d'autres qui ont construit sur son travail) ont lourdement influenc la psychologie de la personnalit pendant une longue priode de temps. Les lments des thories classiques de la personnalit ont trouv leur voie dans beaucoup de disciplines autres que la psychologie aussi bien que dans beaucoup de nos institutions sociales et entreprises. Les principes de base de ces thories et leur marque de fabrique, la nvrose, sont devenus assez bien gravs dans la conscience publique.

    Les thories psychodynamiques de la personnalit ont tendance considrer chacun, au moins un certain degr, comme nvros. Les individus nvross sont des gens excessivement inhibs qui subissent une crainte draisonnable (anxit), culpabilit et honte quand il s'agit d'assurer leurs dsirs et besoins de base. L'impact malveillant de surgnraliser les observations de Freud d'un petit groupe d'individus excessivement inhibs dans un large jeu de suppositions des causes de mauvaise sant psychologique en chacun ne peut pas tre exagr. [...]

    Les mdecins dont la formation les a excessivement endoctrins dans la thorie de la nvrose, peut "modeler" des problmes qui leur ont t prsents inexactement. Ils peuvent, par exemple, supposer qu'une personne, qui a agressivement poursuivi l'indpendance toute sa vie et a dmontr peu d'affinit pour les autres, doit ncessairement "compenser" "pour une crainte" d'intimit. Autrement dit, ils considreront un lutteur endurci comme un coureur terrifi, ainsi ils percevront faussement la ralit fondamentale de la situation. [...]

    Nous avons besoin d'une structure thorique compltement diffrente si nous devons vraiment comprendre, traiter les sortes de gens qui se battent trop par opposition ceux qui se recroquevillent ou "fonctionnent" trop.

Le problme est, bien sûr, que quand vous lisez tous les livres de gens comme le docteur Simon dcrit, vous dcouvrez que le "traitement" signifie vraiment traiter les victimes parce que de tels agresseurs ne cherchent presque jamais d'aide.

Retour au docteur Lobaczewski : J'ai crit pour demander plus de dtails quant pourquoi ce travail important tait gnralement inconnu. Quelle tait la signification de sa remarque : "Il est apparu que je n'tais pas le premier qui soit venu en Amrique apportant une connaissance semblable et, une fois l, trait d'une faon semblable." Il a rpondu par courrier :

    [...] Il y a des annes, la publication du livre aux Etats-Unis a t tue par M. Zbigniew Brzezinski d'une faon trs ruse. Quelle tait sa motivation, je peux seulement la deviner. tait-ce sa propre stratgie prive, ou a-t-il agi comme un initi du "grand systme" comme il l'est srement ? Combien de milliards de dollars et combien de vies humaines le manque de cette science a cot au monde. [...]

Quant qui d'autre a autrement t impliqu dans ce travail : en ce temps-l, un tel travail pouvait seulement tre fait en plein secret. Pendant l'occupation allemande, nous avons appris ne jamais demander des noms quoique ce soit bien connu parmi nous que c'tait une communication internationale parmi quelques scientifiques. Je peux vous dire qu'un scientifique hongrois a t tu cause de son travail sur ce projet et en Pologne, le professeur Stephan Blachowski est mort mystrieusement en travaillant sur ces enqutes. C'est une certitude que le professeur Kasimir Dabrowski tait actif dans l'tude, tant un expert en psychopathie. Il s'est chapp aux Etats-Unis et New York, est devenu un objet de harclement comme je l'avais t. Il est parti au Canada et a travaill l'universit Edmonton.


Aprs la lecture du travail de Lobaczewski, il est facile de comprendre pourquoi Brzezinski l'a supprim. Il expose les Noconservateurs et les Pathocrates si compltement qu'ils ne pouvaient pas permettre que cela soit propag! Il se peut aussi qu'ils l'aient utilis comme un manuel mieux duper des masses.


    Continuons avec le livre de Lobaczewski :

Pathocratie

Quand j'tais jeune homme, j'ai lu un livre d'un naturaliste errant dans le dsert du Bassin de l'Amazone. un moment un petit animal est tomb d'un arbre sur la nuque de son cou, agrippant sa peau pniblement et suant son sang. Le biologiste l'a prudemment enlev - sans colre, puisque c'tait sa forme d'alimentation - et a continu l'tudier soigneusement. Cette histoire obstinment resta colle dans mon esprit pendant ces temps trs difficiles o un vampire est tomb sur nous, suant le sang d'une nation malheureuse.

    L'attitude d'un naturaliste - qui essaye de suivre la trace la nature de phnomnes macro-sociaux malgr toute l'adversit - a assur une certaine distance intellectuelle et une meilleure hygine psychologique, augmentant aussi lgrement le sentiment de scurit et fournissant une prmonition que cette mthode mme peut aider trouver une certaine solution cratrice. Cela ncessitait le contrle des rflexes de dgot naturels, moralisants et d'autres motions douloureuses que ce phnomne provoque dans n'importe quelle personne normale quand il la prive de sa joie de vivre et de la scurit personnelle, ruinant son propre avenir et celui de sa nation. La curiosit scientifique devient un alli loyal pendant de tels poques.

    Que le lecteur imagine un trs grand hall dans un btiment ancien d'universit Gothique. Beaucoup d'entre nous se rassemblaient l, au dbut de nos tudes, pour couter des cours de philosophes remarquables. Nous y avons t rassembls nouveau l'anne avant la remise d'un diplme pour couter les cours d'endoctrinement qui avaient t rcemment introduits. Quelqu'un, que personne ne connaissait, est apparu derrire le lutrin et nous a informs qu'il serait maintenant le professeur. Son discours tait loquent, mais il n'y avait rien de scientifique dedans : il choua distinguer entre des concepts scientifiques et quotidiens et traita de rves marginaux comme si c'tait la sagesse qui ne pouvait pas tre mise en doute. Pendant quatre-vingt-dix minutes chaque semaine, il nous a inonds avec une paralogistique nave et prsomptueuse, et une vue pathologique de la ralit humaine. Nous avons t traits avec mpris et haine mal contrle. Puisque les coups de coude d'amusement pouvaient entraner des consquences affreuses, nous avons d couter attentivement et avec gravit extrme.

    Le tlphone arabe a bientt dcouvert les origines de cette personne. Il venait d'un faubourg de Cracovie et avait t un lyce, bien que personne ne sache s'il avait obtenu un diplme. De toute faon, c'tait la premire fois qu'il avait pass les portails de l'universit - comme professeur, rien que a! [...]

    Aprs une telle torture mentale, cela a pris une longue priode de temps pour que quelqu'un brise le silence. Nous avons tudi nous-mmes, puisque nous avons estim que quelque chose d'trange avait pris en main nos esprits et que quelque chose de valeur s'en chappait irrparablement. Le monde de la ralit psychologique et des valeurs morales semblait suspendu comme dans un brouillard froid. Notre sentiment humain et la solidarit tudiante perdaient leur signification, aussi bien que le patriotisme et nos vieux critres tablis. Donc nous demandmes l'un l'autre : "Passes-tu travers a aussi ?" Chacun d'entre nous prouvait ce souci propos de sa propre personnalit et avenir selon sa manire propre. Certains d'entre nous rpondaient aux questions par le silence. La profondeur de ces expriences s'avrait tre diffrente pour chaque individu.

    Nous nous demandions ainsi comment nous protger des rsultats de cet "endoctrinement". Thrse D. fit la premire suggestion : passons un week-end dans les montagnes. Cela fonctionna. La compagnie plaisante, un peu de plaisanterie, puis l'puisement suivi par le sommeil profond dans un abri et nos personnalits humaines revinrent, bien qu'avec un certain reste. Le temps s'avra aussi crer une sorte d'immunit psychologique, bien que pas avec tous. L'analyse des caractristiques psychopathiques de la personnalit du "professeur" prouva une autre faon excellente de protger sa propre hygine psychologique.

    Vous pouvez juste imaginer nos soucis, dception et tonnement quand quelques collgues que nous connaissions bien ont soudainement commenc changer leur vision du monde; leurs modles de pense nous ont en outre rappels le bavardage du "professeur". Leurs sentiments, qui avaient t amicaux rcemment, devinrent remarquablement plus froids, quoique pas encore hostiles. Les arguments d'tudiant bienveillants ou critiques rebondissaient sur eux. Ils donnaient l'impression de possder un peu de connaissance secrte; nous tions seulement leurs anciens collgues, croyant toujours ce que ces anciens professeurs nous avaient appris. Nous devions tre prudents dans ce que nous leur disions.

    Nos anciens collgues ont bientt rejoint le Parti. Qui taient-ils ? De quels groupes sociaux venaient-ils ? Quel genre d'tudiants et de gens taient-ils ? Comment et pourquoi changrent-ils tellement en moins d'une anne ? Pourquoi ni moi, ni une majorit de mes camarades d'tude ne succombrent ce phnomne et ce processus ? Beaucoup de ces questions flottaient alors dans nos ttes. Cette fois, les questions et les attitudes provoquaient l'ide que ce phnomne pourrait tre objectivement compris, une ide dont la signification plus grande cristallisa avec le temps. Beaucoup d'entre nous participrent aux observations initiales et aux rflexions, mais la majorit s'mietta face aux problmes matriels ou universitaires. Seuls quelques-uns restrent; donc l'auteur de ce livre est peut-tre le dernier des Mohicans.

    Il tait relativement facile de dterminer les environnements et l'origine des gens qui succombrent ce processus, que j'ai alors appel "transpersonnification". Ils venaient de tous les groupes sociaux, y compris de familles aristocratiques et ardemment religieuses et provoqurent une cassure de notre solidarit d'tudiant un niveau d'environ 6 %. La majorit restante subit des degrs variables de dsintgration de la personnalit qui donna lieu des efforts individuels dans la recherche des valeurs ncessaires pour nous retrouver; les rsultats furent varis et parfois crateurs.

    Mme alors, nous n'avions aucun doute quant la nature pathologique de ce processus de "transpersonnification", qui fonctionna de manire semblable, mais pas identiquement dans tous les cas. La dure des rsultats de ce phnomne varia aussi. Certains de ces gens sont devenus plus tard des fanatiques. D'autres ont profit plus tard de circonstances diverses pour se retirer et rtablir leurs liens perdus vers la socit des gens normaux. Ils furent remplacs. La seule valeur constante du nouveau systme social tait le nombre magique de 6 %.

    Nous essaymes d'valuer le niveau de talent de ces collgues qui avaient succomb ce processus de transformation de la personnalit et atteignmes la conclusion qu'en moyenne, c'tait lgrement plus bas que la moyenne de la population des tudiants. Leur moindre rsistance rsidait videmment dans d'autres caractristiques bio-psychologiques qui taient le plus probablement qualitativement htrognes.

    Je dus tudier des sujets avoisinant la psychologie et la psychopathologie pour rpondre aux questions rsultant de nos observations; la ngligence scientifique dans ces secteurs se prouva tre un obstacle difficile surmonter. En mme temps, quelqu'un guid par une connaissance spciale vida apparemment les bibliothques de tout ce que nous pourrions avoir trouv sur le sujet.

Est-ce tonnant pourquoi, de nos jours, n'importe quel groupe cherchant fournir cette connaissance mme d'autres est tiquet un "culte"?

    En analysant maintenant ces occurrences rtrospectivement, nous pourrions dire que le "professeur" tait l'appt pendant au-dessus de nos ttes, bas sur la connaissance psychologique spcifique des psychopathes. Il savait d'avance qu'il ferrerait des individus maniables, mais les nombres limits l'ont du. Le processus de transpersonnification faisait son chemin gnralement chaque fois que la sous-strate instinctive d'un individu tait marque par la pleur ou quelques dficits. Dans une moindre mesure, cela fonctionnait aussi parmi les gens qui manifestaient d'autres manques, aussi l'tat provoqu en eux tait partiellement transitoire, tant en grande partie le rsultat d'induction psychopathologique.

    Cette connaissance de l'existence d'individus susceptibles et comment travailler sur eux continuera tre un outil pour la conqute du monde tant qu'il reste le secret de tels "professeurs". Quand elle deviendra une science habilement popularise, elle aidera les nations dvelopper une immunit. Mais aucun de nous ne le savait l'poque.

    Nanmoins, nous devons admettre qu'en manifestant les proprits de la pathocratie de telle faon nous forcer la subir en profondeur, le professeur nous a aids comprendre la nature du phnomne dans une plus grande porte que beaucoup de vrais chercheurs scientifiques participant ce travail d'une manire ou d'une autre. [...]

    La vision du monde psychologique, sociale et morale naturelle est un produit du processus li au dveloppement de l'homme dans une socit, sous l'influence constante de ses traits inns. Aucune personne ne peut se dvelopper sans tre sous l'influence d'autres gens et de leurs personnalits, ou par les valeurs imprgnes par sa civilisation et ses traditions morales et religieuses. C'est pourquoi sa vision du monde ne peut tre ni universelle, ni vraie.

    Il est ainsi significatif que les valeurs principales de cette vision humaine du monde de la nature indiquent des ressemblances de base malgr les grandes tendues de temps, race et civilisation. Il est ainsi suggr que la "vision humaine du monde" provienne de la nature de notre espce et de l'exprience naturelle des socits humaines qui ont ralis un certain niveau ncessaire de civilisation. Les raffinements bass sur des valeurs littraires ou des rflexions philosophiques et morales indiquent vraiment quelques diffrences, mais en gnral, ils ont tendance rassembler le langage conceptuel naturel de civilisations et res diverses.

    Les gens avec une ducation "humaniste" peuvent avoir l'impression qu'ils ont atteint la sagesse, mais ici nous nous approchons d'un problme; nous devons poser la question suivante : Mme si la vision du monde naturelle tait raffine, reflterait-elle la ralit avec une fiabilit suffisante ? Ou reflte-t-elle seulement la perception de notre espce ? Dans quelle mesure pouvons-nous en dpendre comme base pour le processus dcisionnel dans les sphres de vie individuelles, sociales et politiques ?

    L'exprience nous apprend, tout d'abord, que cette vision du monde naturelle a des tendances permanentes et caractristiques vers la dformation dicte par nos caractristiques instinctives et motionnelles. Deuximement, notre travail nous expose beaucoup de phnomnes qui ne peuvent pas tre compris et dcrits par le langage naturel seul.

    En considrant la tendance la plus importante dformer la ralit, nous remarquons que ces caractristiques motionnelles, qui sont un composant naturel de la personnalit humaine, ne sont jamais compltement appropries la ralit prouve. Cela rsulte tant de notre instinct que de notre conditionnement d'ducation. C'est pourquoi les meilleures traditions de pense philosophique et religieuse ont conseill de rfrner les motions pour raliser une vision plus prcise de la ralit.

    Un autre problme est le fait que notre vision du monde naturelle est gnralement caractrise par une tendance doter nos avis de jugements moraux, souvent ngatifs au point de reprsenter l'indignation. Cela fait appel aux tendances qui sont profondment enracines dans la nature humaine et les coutumes sociales.

    Nous rencontrons souvent des gens sensibles dots d'une vision du monde naturelle bien dveloppe en ce qui concerne les aspects psychologiques, sociaux et moraux, frquemment raffins via des influences littraires, dbats religieux et rflexions philosophiques. De telles personnes ont une tendance prononce surestimer les valeurs de leur vision du monde. Elles ne tiennent pas compte du fait que leur systme peut tre aussi faux puisque c'est insuffisamment objectif.

    Appelons une telle attitude l'gotisme de la vision du monde naturelle. Jusqu' prsent, cela a t le type le moins pernicieux d'gotisme, en tant simplement une surestimation de cette mthode de comprhension contenant les valeurs ternelles de l'exprience humaine.

    Aujourd'hui, cependant, le monde est mis en danger par un phnomne qui ne peut pas tre compris et dcrit au moyen d'un tel langage conceptuel naturel; cette sorte d'gotisme devient ainsi un facteur dangereux touffant la possibilit de quelques mesures neutralisantes. Le dveloppement et la popularisation de la vision du monde psychologique objective pourraient ainsi significativement tendre la porte de traiter avec le mal via une action sensible et des contre-mesures trs prcises.

    Depuis le pass, les philosophes et les penseurs religieux reprsentant diverses attitudes dans des cultures diffrentes ont cherch la vrit en ce qui concerne les valeurs morales, en essayant de trouver des critres pour ce qui est juste, ce qui constitue le bon conseil. Ils ont dcrit les vertus du caractre humain et ont suggr ceux-ci comme acquis. Ils ont cr un hritage qui contient des sicles d'exprience et de rflexions. Malgr les diffrences videntes parmi les attitudes, la similitude ou la complmentarit des conclusions atteintes par les anciens clbres sont saisissantes, bien qu'ils aient travaill dans des poques et des lieux largement divergents. Aprs tout, toute chose qui est de valeur est conditionne et cause selon les lois de la nature agissant sur les personnalits tant des tres humains individuels que des socits collectives.

    Il est galement stimulant, cependant, de voir comment relativement peu a t dit de l'autre ct de la pice de monnaie; la nature, les causes et la gense du mal. Ces questions sont d'habitude masques derrire les susdites conclusions gnralises avec une certaine quantit de secret. Un tel tat des affaires peut tre partiellement attribu aux conditions sociales et aux circonstances historiques dans lesquelles ces penseurs ont travaill. Leur modus operandi peut avoir t dict au moins en partie par le destin personnel, les traditions hrites, ou mme la pudibonderie. Aprs tout, la justice et la vertu sont les opposs de la force et de la perversit, la mme chose s'applique la vracit contre le mensonge, de la mme faon que la sant est l'oppos d'une maladie.

    Le caractre et la gense du mal sont ainsi rests cachs dans des ombres discrtes, le laissant aux dramaturges pour traiter le sujet dans leur langage fortement expressif, mais cela n'a pas atteint la source primitive des phnomnes. Un certain espace cognitif reste ainsi non examin, un maquis de questions morales qui rsiste la comprhension et aux gnralisations philosophiques. [...]

    De toute ternit, l'homme a rv d'une vie dans laquelle ses efforts pour accumuler des bnfices peuvent tre ponctus par le repos pendant lequel il jouit de ces bnfices. Il a appris comment domestiquer les animaux pour accumuler plus de bnfices et quand cela n'a plus rpondu ses besoins, il a appris asservir d'autres gens simplement parce qu'il tait plus puissant et pouvait le faire.

    Les rves d'une vie heureuse o l'on jouit de "davantage de bnfices accumuls" et plus de temps de loisir dans lequel en jouir, ont ainsi donn l'impulsion pour forcer sur les autres, une force qui dprave l'esprit de son utilisateur. C'est pourquoi les rves de l'homme concernant le bonheur ne se sont pas raliss partout dans l'histoire : la vision hdoniste du "bonheur" contient les graines de la misre. L'hdonisme, la poursuite de l'accumulation de bnfices dans l'unique but de l'auto-plaisir, alimente le cycle ternel o des priodes bonnes mnent des priodes mauvaises.

    Pendant les bonnes priodes, les gens perdent de vue le besoin de la pense, l'introspection, la connaissance des autres et une comprhension de la vie. Quand les choses sont "bonnes", les gens se demandent si a vaut le cot de rflchir sur la nature humaine et les dfauts dans la personnalit (la sienne propre, ou celle d'un autre). Dans les bonnes priodes, des gnrations entires peuvent grandir sans comprhension de la signification cratrice de la souffrance puisqu'ils ne l'ont jamais prouve eux-mmes. Quand toutes les joies de la vie sont l pour tre prises, l'effort mental de comprendre la science et les lois de nature - pour acqurir la connaissance qui ne peut pas tre directement rapproche de la substance qui s'accumule - ressemble un travail injustifi. Avoir un "esprit sain," et tre positif - un bon sport sans jamais un mot dcourageant - est vu comme une bonne chose et quelqu'un qui prvoit des consquences sinistres comme le rsultat d'une telle insouciance est tiquet rabat-joie.

    La perception de la vrit sur la ralit, particulirement une comprhension relle de la nature humaine en toutes ses gammes et permutations, cesse d'tre une vertu acqurir. Les incrdules pensifs sont les "mouches du coche" qui ne peuvent pas assez bien laisser tranquille. "Ne le rparez pas, si ce n'est pas cass." Cette attitude mne un appauvrissement de connaissance psychologique incluant la capacit pour diffrencier les proprits de la nature humaine et de la personnalit et la capacit de modeler les esprits sains avec crativit.

    Le culte du pouvoir supplante ainsi les valeurs mentales et morales si essentielles maintenir la paix par des moyens pacifiques. On pourrait considrer un enrichissement ou une complication nationale par rapport sa vision du monde psychologique comme un indicateur disant si son avenir est bon ou mauvais.

    Pendant les bonnes priodes, la recherche de la signification de la vie, la vrit de notre ralit, devient inconfortable parce qu'elle rvle des facteurs incommodes. L'limination inconsciente des donnes qui sont, ou semblent tre, inopportunes, commence tre habituelle, une tradition accepte par des socits entires. Le rsultat est que tout processus de pense bas sur une telle information tronque ne peut pas mener des conclusions correctes. Cela mne alors la substitution du mensonge commode au moi pour remplacer des vrits inconfortables s'approchant ainsi des frontires des phnomnes qui devraient tre vus comme psychopathologiques.


Les faits sont que les "bonnes priodes" pour un groupe de gens ont t historiquement enracines dans une certaine injustice pour d'autres groupes de gens. Dans une telle socit, o toutes les vrits caches se tapissent au-dessous de la surface comme un iceberg, le dsastre est juste proximit.

Il est clair que l'Amrique a vcu une longue priode de "bon temps" pour la plupart de son existence, (peu importe combien de gens ils ont d opprimer ou tuer pour faire ainsi), mais particulirement ainsi pendant les 50 annes prcdant le 11 septembre 2001. Pendant ces 50 annes, plusieurs gnrations d'enfants sont ns et ceux qui sont ns au dbut de ce temps, qui n'ont jamais connu de "temps difficiles," sont maintenant un ge o ils veulent "jouir" des bnfices qu'ils ont accumuls. Malheureusement, il ne semble pas que ce soit sur le point d'arriver; le 11/9 a tout chang si profondment qu'il semble qu'il n'y ait aucun plaisir pour qui que ce soit pendant une trs, trs longue priode de temps.

Comment cela a-t-il pu arriv ?

La rponse est que quelques gnrations dignes des "bons temps" aboutissent aux susdits dficits sociaux dcrits quant aux comptences psychologiques et critique morale. Les longues priodes de proccupation du moi et des "bnfices qui s'accumulent" pour le moi, diminuent la capacit de lire exactement l'environnement et les autres gens. Mais la situation est plus srieuse que juste une faiblesse gnralise d'une socit qui pourrait tre "durcie" avec un peu de "temps difficiles".


Lobaczewski crit :

    Les caractristiques psychologiques de chaque crise de ce type sont uniques la culture et l'poque, mais un dnominateur commun qui existe au dbut de tous ces "temps difficiles" est une exacerbation de la condition hystrique de la socit. L'motivit dominant dans l'individu, la vie collective et politique, combine avec la slection subconsciente et la substitution de donnes dans le raisonnement, mne l'gotisme individuel et national. La manie de prendre offense au pied lev provoque une vengeance constante, profitant de l'hyperirritabilit et hypocriticalit de la part des autres. C'est cette caractristique, cette hystrification de la socit, qui permet aux conspirateurs pathologiques, charmeurs de serpent et autres non-conformistes primitifs d'agir comme des facteurs essentiels dans les processus de l'origine du mal une chelle macro-sociale.


Qui sont exactement les "conspirateurs pathologiques," et ce qui peut motiver de tels individus pendant les temps qui sont gnralement compris par d'autres comme "bons" ? Si les temps sont "bons", pourquoi quelqu'un veut-il comploter et produire le mal ?

Bien, certainement, l'administration amricaine actuelle a invent une rponse : "Ils nous dtestent cause de nos liberts." C'est un exemple principal de "slection et substitution de donnes dans le raisonnement" qui est volontairement et volontiers accept comme une explication par le public cause de leurs dficits de comptences psychologiques et critique morale.


    Lobaczewski : Les philosophes actuels dveloppant la mta-thique essayent de s'avancer dans leur comprhension et mesure qu'ils glissent le long de l'espace lastique menant une analyse du langage de l'thique, ils contribuent l'limination de quelques imperfections et habitudes de langage conceptuel naturel. La pntration dans ce noyau toujours mystrieux, cependant, est fortement tentant pour un scientifique. [...]

    Si les mdecins se sont comports comme des thicistes et ont chou tudier les maladies parce qu'ils taient seulement intresss par l'tude des questions de la sant, il n'y aurait rien comme la mdecine moderne. [...] Les mdecins taient corrects dans leur accent sur l'tude de la maladie par dessus tout pour dcouvrir les causes et les proprits biologiques des maladies et ensuite comprendre la pathodynamique de leurs parcours. Une comprhension de la nature d'une maladie et le parcours qu'elle suit, aprs tout, permet aux moyens de gurison appropris d'tre labors et employs. [...]

    La question surgit ainsi : un certain modus operandi analogue ne pourrait-il pas tre utilis pour tudier les causes et la gense d'autres sortes de mal fouettant des individus humains, des familles, des socits ? L'exprience a appris l'auteur que le mal est semblable la maladie dans la nature, bien que probablement plus complexe et lusif notre comprhension. [...]

    Paralllement l'approche traditionnelle, les problmes gnralement perus comme moraux peuvent aussi tre traits sur la base des donnes fournies par la biologie, la mdecine et la psychologie, comme les facteurs de cette sorte sont simultanment prsents dans la question comme un tout. L'exprience nous apprend qu'une comprhension essentielle et la gense du mal se servent gnralement des donnes de ces secteurs. [...]

    La pense philosophique peut avoir engendr toutes les disciplines scientifiques, mais ces dernires n'ont pas mûri jusqu' ce qu'elles soient devenus indpendantes, bases sur des donnes dtailles et un rapport d'autres disciplines fournissant de telles donnes.

    Encourag par la dcouverte souvent "coïncidente" de ces aspects naturalistes du mal, l'auteur a initi la mthodologie de la mdecine; psychologue clinique et collaborateur mdical par profession, il avait de telles tendances de toute faon. Comme c'est le cas avec les mdecins et la maladie, il a pris les risques du contact proche avec le mal et en a subi les consquences. Son but tait de vrifier les possibilits de comprhension de la nature du mal, ses facteurs tiologiques et suivre la trace sa pathodynamique. [...]

    Une nouvelle discipline a ainsi surgi : la Ponrologie. Le processus de la gense du mal a t appele, galement, "ponrogense". [...]

    Des avantages moraux, intellectuels et pratiques considrables peuvent tre glans d'une comprhension de la gense du Mal grce l'objectivit requise pour l'tudier impartialement. L'hritage humain de l'thique n'est pas dtruit en prenant une telle approche : il est en ralit renforc parce que la mthode scientifique peut tre utilise pour confirmer les valeurs de base des enseignements moraux.

    Comprendre la nature de la pathologie macro-sociale nous aide trouver une attitude saine et protge ainsi nos esprits d'tre contrls ou empoisonns par les contenus maladifs et l'influence de leur propagande.

    Nous ne pouvons que vaincre ce cancer social norme, contagieux si nous comprenons son essence et ses causes tiologiques.

    Une telle comprhension de la nature des phnomnes mne la conclusion logique que les mesures pour gurir et rordonner le monde devraient aujourd'hui compltement diffrer de celles jusqu'ici utiliss pour rsoudre les conflits internationaux. Il est aussi vrai que, ayant simplement la connaissance et la conscience des phnomnes de la gense du Mal macro-social peut commencer gurir les humains individuels et aider leurs esprits regagner l'harmonie. [...]


Lobaczewski discute le fait que les " temps difficiles," semblent avoir un "but" historique. Il semble que souffrir pendant les temps de crise mne l'activit mentale visant rsoudre ou mettre fin la souffrance. L'amertume de la perte mne invariablement une rgnration des valeurs et de l'empathie.


Lobaczewski : Quand des temps difficiles arrivent et que les gens sont crass par un excs de mal, ils doivent rassembler toute leur force physique et mentale pour se battre pour l'existence et protger la raison humaine. La recherche d'une certaine sortie des difficults et des dangers rallume des pouvoirs longtemps enterrs ou la discrtion. De tels gens ont une tendance initiale compter sur la force pour neutraliser la menace; ils peuvent, par exemple, avoir "la gchette facile" ou dpendre des armes. Lentement et laborieusement, cependant, ils dcouvrent les avantages confrs par l'effort mental; comprhension amliore de situations psychologiques en particulier, meilleure diffrentiation de caractres humains et personnalits, et finalement, comprhension de ses adversaires. Pendant de tels temps, les vertus que d'anciennes gnrations ont relgues aux motifs littraires regagnent leur substance relle et utile et deviennent apprcies pour leur valeur. Une personne sage capable de fournir un conseil avis est fortement respecte.

    Il semble qu'il y a eu plusieurs "temps difficiles" de ce genre au cours de l'histoire humaine et ce fut pendant de tels temps que les grands systmes d'thique ont t dvelopps. Malheureusement, pendant les "bons temps," personne ne veut en entendre parler. Ils veulent "jouir" des choses, avoir du plaisir et des expriences plaisantes et ainsi toute littrature qui touche de tels temps est perdue, oublie, supprime, ou autrement ignore. Cela mne au nouveau rabaissement de la monnaie intellectuelle et ouvre la brche pour que les temps difficiles reviennent.

    Si une collection devait tre faite de tous les livres qui dcrivent les horreurs des guerres, les cruauts des rvolutions et les actes sanglants des leaders politiques et des systmes, la plupart des personnes viteraient une telle bibliothque. Dans une telle bibliothque, des travaux antiques seraient trouvs ct de livres d'historiens contemporains et de journalistes. La preuve crite sur l'extermination et les camps de concentration allemands, complets avec de sches donnes statistiques, dcrivant le "travail" bien organis de la destruction de la vie humaine, serait vue, pour utiliser un langage correctement calme, et fournirait la base pour reconnatre la nature du Mal.

    L'autobiographie de Rudolf Hess, le commandant des camps Osweicim (Auschwitz) et Brzezinka, (Birkenau) est un exemple classique de la manire dont un psychopathe intelligent pense et sent.

    Notre bibliothque de mort inclurait des travaux sur la philosophie discutant les aspects sociaux et moraux de la gense du Mal, en utilisant l'histoire pour partiellement justifier les "solutions" trempes de sang.

    La bibliothque montrerait au lecteur alerte une sorte d'volution depuis les attitudes primitives, qu'il est bien d'asservir et d'assassiner les peuples vaincus, la moralisation du jour prsent qui dclare qu'un tel comportement est barbare et digne de condamnation.

    Cependant, une telle bibliothque manquerait d'un tome crucial : il n'y aurait pas de travail simple offrant une explication suffisante des causes et des processus par lesquels de tels drames historiques proviennent, comment et pourquoi les gens dgnrent priodiquement dans la folie sanguinaire.

    Les vieilles questions resteraient sans rponse : qu'est-ce qui a fait arriver cela ? Chacun porte-t-il les graines de crime l'intrieur, ou seulement certains d'entre nous ?

Peu importe la fidlit aux vnements ou la prcision psychologique des livres qui sont disponibles, ils ne peuvent pas rpondre ces questions ni ne peuvent entirement expliquer non plus l'origine du Mal.

    Ainsi, l'humanit un grand dsavantage parce que sans une explication entirement scientifique des origines du Mal, il n'y a aucune possibilit du dveloppement de principes suffisamment efficaces pour neutraliser le Mal.

    La meilleure description littraire d'une maladie ne peut pas produire une comprhension de son tiologie essentielle et ne peut ainsi fournir aucun principe pour le traitement. De la mme manire, les descriptions des tragdies historiques sont incapables d'laborer des mesures efficaces pour neutraliser la gense, l'existence, ou l'tendue du Mal.

    Dans l'utilisation du langage naturel pour discuter des concepts psychologiques, sociaux et moraux, nous constatons que nous pouvons seulement produire une approximation, qui mne un soupon harcelant d'impuissance.

    Notre systme ordinaire de concepts n'est pas investi avec le contenu factuel ncessaire - des observations scientifiques du Mal - qui permettrait la comprhension de la qualit des nombreux facteurs (particulirement les psychologiques) qui sont actifs avant et pendant la naissance de temps inhumainement cruels.

    Nanmoins, les auteurs de certains des livres que nous trouverions dans notre Bibliothque du Mal ont pris grand soin pour infuser leurs mots avec la prcision approprie comme s'ils espraient que quelqu'un, quelque moment, utiliserait leurs rapports pour expliquer ce qu'ils ne pouvaient pas expliquer eux-mmes, mme en langage littraire le meilleur.

    Une telle littrature horrifie la plupart des gens. Les socits hdonistes ont la tendance forte d'encourager l'vasion dans l'ignorance ou les doctrines naïves. Quelques personnes ressentent mme du mpris pour la souffrance des autres.

    Il est vrai que dans le dpistage des mcanismes comportementaux de la gense du Mal, il faut tenir le dgoût et la crainte sous contrle, se soumettre une passion pour la science et dvelopper la perspective calme ncessaire dans l'histoire naturelle.

    Ce livre aspire prendre le lecteur par la main dans un monde au-del des concepts et des imaginations en lesquels il a eu confiance et qu'il a utiliss depuis l'enfance. C'est ncessaire en raison des problmes auxquels notre monde fait actuellement face, des choses que nous ne pouvons plus ignorer, ou ignorer seulement au pril de toute l'humanit. Nous devons nous rendre compte que nous ne pouvons probablement pas distinguer le chemin vers la catastrophe nuclaire du chemin vers le dvouement crateur moins que nous ne marchions au-del du monde subjectif de concepts bien connus et que nous devions aussi nous rendre compte que ce monde subjectif a t choisi pour nous par des forces puissantes contre lesquelles notre nostalgie d'ides intimes, humaines de chaleur et de scurit n'est pas de taille.

    Le mal moral et le mal psychobiologique sont lis via tant de rapports causals et d'influences mutuelles qu'ils peuvent seulement tre spars au moyen de l'abstraction. Cependant, la capacit de les distinguer nous protge qualitativement d'interprtations de moralisation qui peuvent si facilement empoisonner l'esprit humain d'une faon insidieuse.

    Les phnomnes macro-sociaux du Mal, qui constituent l'objet le plus important de ce livre, semblent tre soumis aux mmes lois de la nature fonctionnant dans des gens des niveaux individuels ou de petits groupes. Le rle de personnes avec divers dfauts psychologiques et anomalies d'un niveau cliniquement bas semble tre une caractristique ternelle de tels phnomnes.

    Dans le phnomne macro-social o le Mal est effrn, la "Pathocratie", une certaine anomalie hrditaire isole comme "psychopathie essentielle" sont catalytiquement et causativement essentiels pour la gense et la survie d'un tel état. [...]


Cette dernire remarque est la cl des "grandes conspirations" dont beaucoup sont convaincus qu'elles ne peuvent pas exister. Le Docteur Lobaczewski discute les sortes d'individus qui forment une "Pathocratie", ou un "gouvernement psychopathe," et plus loin, il labore des dtails de psychopathes bass sur ses tudes et les tudes de ceux avec qui il tait associ, qui n'ont jamais t ouvertement discuts autant que je puisse dire aprs avoir lu des milliers de pages de matriel sur le sujet produit l'Ouest. Le Docteur Lobaczewski, d'autre part, a entrepris ses tudes "dans le ventre de la bte," pour ainsi dire, avec des "spcimens" vivants. La valeur d'une telle tude ne peut pas tre exagre.


    Lobaczewski : Les processus pathologiques ont eu historiquement une influence profonde sur la socit humaine en grand, en raison du fait que beaucoup d'individus avec des caractres dforms ont jou des rles minents dans la formation de constructions sociales. Il est utile d'avoir un certain contexte sur cela. Le Docteur Lobaczewski crit :

    Le tissu crbral est trs limit dans sa capacit rgnratrice. S'il est endommag et que le changement gurit par la suite, un processus de radaptation a lieu grce auquel le tissu sain voisin reprend la fonction de la partie endommage. Cette substitution n'est jamais tout fait parfaite, ainsi quelques dficits en ce qui concerne la comptence et les processus psychologiques appropris peuvent tre dtects, mme dans les cas de trs petits dgts, en utilisant les tests appropris. [...]

    En ce qui concerne les facteurs pathologiques de processus ponrogniques, des dgts prinatals ou d'enfant en bas ge ont des rsultats plus actifs que les dgts qui arrivent plus tard.

    Dans des socits avec des soins mdicaux fortement dvelopps, nous constatons parmi les catgories infrieures des coles primaires que 5 7 pour cent des enfants ont subi des lsions de tissu crbral qui causent certaines difficults universitaires ou comportementales. [...] 15

    C'est rellement un chiffre effrayant. Si nous nous rendons compte qu'un pourcentage encore plus haut des gnrations prcdentes a subi des lsions de tissu crbral pendant un temps o il n'y avait pas de soins prinatals et de soins mdicaux nonatals fortement dvelopps, sans mentionner les dgts qui peuvent tre subis parmi ces populations aujourd'hui o un tel soin est toujours primitif, nous pouvons comprendre que beaucoup de notre propre culture a t forme par des gens avec des dgts crbraux et nous sommes confronts traiter avec un monde dans lequel le cerveau des individus endommags ont une influence importante sur la construction sociale! Gardez l'esprit que si votre grand-pre a subi des dgts crbraux prinatals ou  nonatals, cela a affect la manire dont il a lev un de vos parents, qui affecte la manire dont ce parent vous a lev!

    L'pilepsie constitue les rsultats connus les plus vieux de telles lsions; elle est observe en relativement petit nombre de personnes subissant de tels dgts. Les chercheurs dans ces questions sont plus ou moins unanimes croire que Jules Csar et plus tard Napolon Bonaparte avaient des crises d'pilepsie. La mesure dans laquelle ces maux avaient un effet ngatif sur leurs caractres et le processus dcisionnel historique, ou a jou un rle ponrognique, peut tre le sujet d'une tude spare. Dans la plupart des cas, cependant, l'pilepsie est un mal vident, qui limite son rle comme facteur ponrognique.

    Dans une partie beaucoup plus grande des porteurs de dgts de tissu crbral, la dformation ngative de leurs caractres grandit au fil du temps. Cela prend sur des images mentales diverses selon les proprits et les localisations des dgts, leur temps d'origine et aussi les conditions de vie de l'individu aprs leur occurrence. Nous appellerons les dsordres de caractre rsultant d'une telle pathologie "Caractropathies".

    Certaines caractropathies jouent un rle remarquable comme agents pathologiques dans les processus de la gense du mal une grande chelle sociale. [...]

    Un exemple relativement bien document d'une telle influence d'une personnalit caractropathique une chelle macro-sociale est le dernier empereur allemand, Guillaume II. Il a t soumis au trauma crbral la naissance. Pendant et aprs son rgne entier, son handicap physique et psychologique a t cach de la connaissance publique. Les capacits moteur de la partie suprieure gauche de son corps taient handicapes. Etant enfant, il avait de la difficult apprendre la grammaire, la gomtrie et le dessin, ce qui constitue la triade typique des difficults universitaires causes par des lsions crbrales mineures. Il a dvelopp une personnalit avec des caractristiques d'infantilisme et un contrle insuffisant de ses motions et aussi un avis quelque peu paranoaque qui a facilement vit le cur de quelques questions importantes dans le processus d'esquive des problmes.

    Les poses militaristes et l'uniforme de gnral ont surcompens ses sentiments d'infriorit et ont efficacement masqu ses dfauts. Politiquement, son contrle insuffisant des motions et des facteurs de rancur personnelle sont apparus. Le vieux Chancelier de Fer a d partir, ce politicien rus et impitoyable qui avait t loyal envers la monarchie et avait cr la puissance prussienne. Aprs tout, il tait trop bien inform des dfauts du prince et avait oeuvr contre son couronnement. Un destin semblable a rencontr d'autres gens excessivement critiques, qui ont t remplacs par des personnes avec une intelligence moindre, plus d'obsquiosit et parfois, des dviations psychologiques discrtes. La slection ngative a eu lieu.


Remarquez ce dernier terme : "la slection ngative a eu lieu." C'est--dire un chef d'Etat dfectueux a choisi son personnel, son gouvernement, bas sur sa vision du monde pathologiquement endommage. Je suis sre que le lecteur peut percevoir comment une telle situation peut tre dangereuse pour les gens dirigs par une telle cabale  "ngativement choisie". La chose importante considrer est ici quel effet cela avait sur la construction sociale conformment l'autorit de tels individus.


Lobaczewski explique : L'exprience des gens avec de telles anomalies grandit partir du monde humain normal auquel ils appartiennent par nature. Ainsi, leur avis diffrent, leur violence motionnelle et leur gotisme trouvent relativement facilement entrer dans d'autres esprits populaires et sont perus dans les catgories de la vision du monde naturelle. Un tel comportement de la part des personnes avec de tels dsordres de caractre traumatise les esprits et les sentiments des gens normaux, diminuant graduellement leur capacit utiliser leur bon sens. Malgr leur rsistance, les gens s'habituent aux habitudes rigides de pense pathologique et d'preuve. Chez les jeunes, en consquence, la personnalit souffre de dveloppement incorrect menant sa malformation. Ils reprsentent ainsi les facteurs ponrogniques pathologiques qui, par leur activit secrte, engendrent facilement de nouvelles phases dans la gense ternelle du mal, ouvrant la porte une activation postrieure d'autres facteurs qui reprennent le rle principal. [...]

    [Dans le cas de l'effet de Guillaume II], beaucoup d'Allemands ont t progressivement privs de leur capacit utiliser leur bon sens cause de l'empitement de matriel psychologique du type caractropathique, comme le peuple est enclin s'identifier avec l'empereur...

    Une nouvelle gnration a grandi avec des difformits en ce qui concerne le sentiment et la comprhension de la morale, les ralits psychologiques, sociales et politiques. Il est extrmement typique que dans beaucoup de familles allemandes contenant un membre qui tait psychologiquement pas tout fait normal, c'est devenu une question d'honneur (exemptant mme une conduite abominable) de cacher ce fait de l'opinion publique - et mme la conscience d'amis proches et des parents. De grandes parties de la socit ont ingr le matriel psychopathologique, ensemble avec cet avis peu raliste o les slogans prennent le pouvoir des arguments et les donnes relles sont soumises une slection subconsciente.

    C'est arriv une poque o une onde d'hystrie grandissait partout dans l'Europe, y compris une tendance pour les motions dominer et pour le comportement humain contenir un lment thtral. [...] Cela a progressivement pris possession de trois empires et d'autres pays sur le continent.

    Dans quelle mesure Guillaume II y a-t-il contribu, avec deux autres empereurs dont les esprits aussi ne comprenaient pas les faits rels de l'histoire et du gouvernement ? Dans quelle mesure taient ils eux-mmes sous l'influence d'une intensification d'hystrie pendant leurs rgnes ? Cela ferait un sujet intressant de discussion parmi les historiens et les ponrologistes.

    Les tensions internationales ont augment; l'Archiduc Ferdinand a t assassin Sarajevo. Cependant, ni le Kaiser ni une autre autorit gouvernementale dans son pays ne possdaient la raison. (En raison du processus de slection ngatif mentionn ci-dessus.) Ce qui est entr en jeu fut l'attitude motionnelle de Guillaume et les strotypes de pense et l'action hrite du pass. La guerre a clat. Des plans de guerre gnraux prpars plus tt, qui avait perdu leur actualit dans les nouvelles conditions, se rvlrent plutt comme des manuvres militaires. Mme ces historiens familiers avec la gense et le caractre de l'tat prussien, y compris sa tradition idologique d'expansionnisme sanglant, sentent intuitivement que ces situations ont contenu une certaine activit d'une fatalit incomprhensible qui chappe une analyse en termes de causalit historique.

    Beaucoup de personnes rflchies continuent poser la mme question inquite : comment la nation allemande pouvait-elle avoir choisi pour Führer un psychopathe clownesque qui n'a pas hsit propos de sa vision pathologique de l'autorit du surhomme ? Sous sa direction, l'Allemagne a alors dclench une deuxime guerre, criminelle et politiquement absurde. Pendant la deuxime moiti de cette guerre, des officiers de l'arme hautement forms ont honorablement excut des ordres inhumains, insenss du point de vue politique et militaire, issus d'un homme dont l'tat psychologique correspondait aux critres ordinaires pour tre remis de force en hospitalisation psychiatrique.

    N'importe quelle tentative pour expliquer les choses qui sont arrives pendant la premire moiti de notre sicle au moyen des catgories gnralement admises dans la pense historique laisse derrire un sentiment harcelant d'inadquation. Seulement une approche ponrologique peut compenser ce dficit dans notre comprhension, comme elle rend justice au rle des divers facteurs pathologiques dans la gense du mal chaque niveau social.

    Alimente pendant des gnrations de matriel psychologique pathologiquement modifi, la nation allemande est tombe dans un tat comparable avec ce que nous voyons dans certains individus levs par des personnes qui sont tant caractropathiques qu'hystriques. Les psychologues savent par exprience combien souvent de tels gens se laissent alors commettre des actes qui en blessent srieusement d'autres. [...]

    Les Allemands ont inflig et ont subi une norme douleur pendant la premire guerre mondiale; ils n'ont ainsi senti aucune culpabilit substantielle et ont  pens que mme s'ils avaient eu tort, puisqu'ils se comportaient conformment leur habitude usuelle sans tre conscients de ses causes pathologiques. Le besoin de cet tat tre habill dans le costume hroque aprs une guerre pour viter la dsintgration amre est devenu trop commun. Une sollicitation mystrieuse a surgi, comme si l'organisme social tait devenu accro une certaine drogue. C'tait la faim de matriel psychologique pathologiquement modifi, un phnomne connu dans l'exprience psychothrapeutique. Cette faim pouvait seulement tre satisfaite par une autre personnalit et systme de gouvernement, tous les deux similairement pathologiques.

    Une personnalit caractropathique a ouvert la porte la direction par un individu psychopathe.


Ce qui est intressant ce point dans le discours de Lobaczewski est son indication que ce modle se rpte lui-mme maintes reprises dans l'histoire : un individu pathologiquement atteint de lsion crbrale cre les circonstances qui conditionnent le public d'une certaine faon et cela, ensuite, ouvre la porte pour que le psychopathe arrive au pouvoir. Quand je l'ai lu, j'ai repens aux 45 ou 50 dernires annes de l'histoire en Amrique et me suis rendue compte que la "guerre froide," la menace nuclaire, l'assassinat de JFK, les cabrioles de Nixon, Johnson, Reagan, Clinton, la manipulation des Amricains via les mdias, taient juste de tels conditionnements caractropathiques qui ont ouvert la porte aux Noconservateurs et leur marionnette nominale, George W. Bush, qui peut certainement tre dcrit comme un "psychopathe clownesque qui n'hsite pas dire sa vision pathologique de l'autorit super-amricaine." Nous pouvons mme voir dans la cabale qui est assemble autour de George W. Bush, la mme "slection ngative" de conseillers et de fonctionnaires de cabinet comme Lobaczewski a dcrit qui taient assembls autour du Kaiser Guillaume.

Ainsi, nous commenons comprendre comment cette "science du mal adapte des buts politiques" peut tre importante et de combien de comprhension nous manquons, en tant que socit. Pour comprendre exactement comment une socit entire, mme une nation entire, peut devenir une Pathocratie, nous devons comprendre un peu propos des types des individus qui composent le cur d'une telle "conspiration". Lobaczewski discute des caractropathies les plus frquentes et de leur relation avec les lsions crbrales en donnant des exemples.

    Suite à venir....

Le 28 novembre 2005

 


En tant que propriétaires et éditeurs de ces pages, nous souhaitons souligner que le matériel présenté ici est le fruit de notre recherche et de notre expérimentation en communication supraluminique. Nous nous demandons parfois si les Cassiopéens sont ce qu¹ils prétendent être, parce que nous ne tenons rien pour vérité indiscutable. Nous prenons tout "cum granulo salis", même si nous considérons qu¹il y a de bonnes chances que ce soit la vérité. Nous analysons constamment ce matériel ainsi que beaucoup d¹autres qui attirent notre attention, issus de divers domaines de la Science et du mysticisme. Honnêtement, nous ne savons pas CE QU'EST la vérité, mais nous croyons qu¹elle est « quelque part par là» et que nous pouvons sans doute en découvrir une partie. Oui, nous pouvons dire que nos vies ont été enrichies par ces contacts, mais certains éléments nous ont aussi rendus perplexes et nous ont désorientés, et ils restent encore à être clarifiés. Nous avons certes trouvé beaucoup de «confirmations» et de « corroborations » dans d¹autres domaines, entre autres la Science et l¹Histoire, mais il y a aussi de nombreux éléments qui, par nature, sont invérifiables. C¹est pourquoi nous invitons le lecteur à partager notre recherche de la Vérité en lisant avec un esprit ouvert, mais sceptique.

Nous n¹encourageons pas « l'adepte-isme », ni aucune « Vraie Croyance ». Nous ENCOURAGEONS la recherche de la Connaissance et de la Conscience dans tous les domaines qui en valent la peine, comme le meilleur moyen de discerner le mensonge de la vérité. Voici ce que nous pouvons dire au lecteur: nous travaillons très dur, plusieurs heures par jour, et nous le faisons depuis de nombreuses années, pour découvrir la raison de notre existence sur Terre. C¹est notre vocation, notre queste, notre mission. Nous recherchons constamment à valider et/ou à affiner ce que nous envisageons comme possible, probable, ou les deux. Nous faisons cela avec l¹espoir sincère que toute l¹humanité pourra en bénéficier, si ce n¹est maintenant, alors dans un de nos futurs probables.

Contactez l¹administrateur web à cassiopaea.com
Copyright © 1997-2003 Arkadiusz Jadczyk et Laura Knight-Jadczyk. Tous droits réservés. "Cassiopaea, Cassiopaean, Cassiopaeans," est une marque déposée par Arkadiusz Jadczyk et Laura Knight-Jadczyk.
Les lettres adressées à Cassiopaea, à la Quantum Future School, Ark ou Laura, deviennent la propriété de Arkadiusz Jadczyk et Laura Knight-Jadczyk.

La réédition et la rediffusion du contenu de cette page ou d¹une quelconque portion de ce site web sont expressément interdites sans approbation écrite préalable.

You are visitor number .