Un article par
Laura Knight-Jadczyk


Nouveau forum en français !


Les Editions Pilule Rouge


Guide Rapide des Signes

Cassiopée ? Forum de questions et réponses


Les Editions Pilule Rouge
Nos livres en français!


Nos Articles

Nouveau ! Programmes, tampons et "Esprit du prédateur"
- Laura Knight-Jadczyk

Nouveau ! Le résultat de l'impact du Dryas récent et les cycles de catastrophes cosmiques – les climatologues se réveillent
- R.H.

Nouveau SOTT Focus ! Pendant que les Européens sont en vacances, les Américains triment
- Marie Cocco

Nouveau SOTT Focus ! Comment créer la réalité de la "War on Terror" - guide pratique
- Joe Quinn

Nouveau SOTT Focus ! Des squatters sans conscience
- Henry See

Nouveau SOTT Focus ! Si le sociopathe habite à côté - montez à l'étage
- Keit

Nouveau ! L’Amérique fasciste, en dix mesures faciles
- Naomi Wolf, The Guardian

Nouveau ! Michael Topper à propos du Harcèlement
- Michael Topper

—SOTT

Virginia Tech – Le tueur était-il programmé mentalement
- B.K.

L'hypocrite Tony s'attaque à Téhéran
- Joe Quinn

La pression pour la paix et la "Pâque juive"
- Joe Quinn

Oubliez le réchauffement planétaire : nous sommes au bord de l’extinction !
- Laura Knight-Jadczyk & Henry See

Une vérité qui dérange
- Henry See

Piratage de la Démocratie
- Henry See

La main cachée derrière l'affrontement entre Hamas et Fatah
- Joe Quinn

Encore Des Absurdites « Al-Qaïda » Du Gang Bush
- Joe Quinn

Fascisme galopant: La France interdit à ses journalistes de rapporter la violence

Amir Peretz et la foi fondée à l'école de la politique
- Laura Knight-Jadczyk

Encore Des Absurdites « Al-Qaïda » Du Gang Bush
- Joe Quinn

Nous chutons tous
- Joe Quinn

D'Israël à Bush par l'entremise de la BBC et de CNN : Attaquez l'Iran -- sinon…
- Joe Quinn

Une Question Légale
- Henry See

Le Futur
- Steve McFarland

A quel point pensent-ils que nous sommes stupides?
- Henry See

Le Mythe Des Attentats Suicide Palestiniens
- Joe Quinn

Rassembler en un lieu tous les juifs
- Joe Quinn

Le MI6 et les médias - les manipulateurs de l'esprit
- Joe Quinn

Litvinenko - Par la tromperie
- Joe Quinn

Litvinenko - Par la tromperie 2
- Joe Quinn

La capture, le procès et la condamnation de Saddam Hussein – Une autre farce du renseignement américain
- Joe Quinn

La mystique contre Hitler
- Laura Knight-Jacdzyk

Les Bush et Le Roi Perdu
- Laura Knight-Jacdzyk

Bush révèle sa véritable politique iraquienne : le massacre de civils iraquiens
- Joe Quinn

Donnez leur un 5 novembre qu'ils n'oublieront jamais
- Télécharger des affiches Signs of the Times

Le sionisme et le président iranien
- Joe Quinn

Une planète au bord de l'anarchie?
- Joe Quinn

De l’Holocauste à l’Armageddon
- Joe Quinn

Ensemencement de graines de guerre civile
- Joe Quinn

Le racisme, pas la défense, au coeur de la politique israélienne
- Joe Quinn

Commentaires
- Signs of the Times

Commentaires des Signes 23 fev 2004 , 14 &15 Mar 2004

Supplément des Signs: Armes Ethniques Spécifiques

Supplément des Signs: L'Assassinat de JFK

HITLER : Tel que le Peuple Allemand Le Connaît

—Série JFK—
Laura Knight-Jacdzyk

John F. Kennedy, le Pétrole et la Guerre à la Terreur

John F. Kennedy, le Services Secrets et les Riches Texans Fascistes

John F. Kennedy et la Conspiration Monolithique et Impitoyable

John F. Kennedy et les Titans

John F. Kennedy et les Cochons de Guerre

John F. Kennedy et la Psychopathologie de la Politique

John F. Kennedy, J. Edgar Hoover, le Crime Organisé et le Village Mondial

John F. Kennedy et tous ces "ismes"

Sim City et John F. Kennedy

Le Gladiateur : John Fitzgerald Kennedy

Les Débris de l'Histoire

—11 septembre

Jim Hoffman – Attrape-nigaud pour les Chercheurs de Vérité du 11 septembre - Joe Quinn

L'ADMINISTRATION BUSH ET le 11 SEPTEMBRE: 100 RAISONS DE DISSIDENCE

La Cinquième Colonne

Commentaires sur l'attaque du Pentagone

Les récits de témoins oculaires du crash du Pentagone ne riment à rien

Le Mossad et les Sociétés de Déménagement

Mahmoud Ahmad et le Culte Secret

Commentaires sur l'attaque du Pentagone

—Ponérologie & Psychopathie—

Ponérologie Politique : une Science sur la Nature du Mal adaptée à des Buts Politiques

Le Paysage Intérieur du Psychopathe de Herve Cleckley

Le Psychopathe - Le Masque de Santé Mentale

Le Culte le plus dangereux dans le Monde - Laura Knight-Jadczyk

L'Idée la plus dangereuse dans le Monde - Laura Knight-Jadczyk

"Culture officielle" en Amérique:
Un Etat Naturel de Psychopathie?

Exposé Greenbaum

Contrôle des Mots, Contrôle des Pensées, Contrôle du Monde

La Bible déconstruite

Le Livre Q et les Origines Chrétiennes

La Véritable Identité de Fulcanelli, les Quatre éléments et Le Code Da Vinci

Qui a écrit la Bible et pourquoi?

—Les catastrophes
cycliques—

Jour d'Indépendance

Le Monde Arrive-t-il à sa Fin?

Est-ce que notre Soleil a un compagnon sombre?

—Les mystères—

Extraits de l'Histoire Secrète du Monde

Introduction à La Science antique

La chimie de l'alchimie

Réalité hyperdimensionnelle

Qui a écrit la Bible et pourquoi?

La Véritable Identité de Fulcanelli et Le Code Da Vinci

 

Les portails organiques ? L' "autre" race - 1ère partie

Prédateur Spirituel – Prem Rawat alias Maharaji - Henry See

Qui parle au nom de la Vérité?

Chronologie de Cointelpro Cosmique 11, 12

Etoiles déchues

Un gouffre dans le coeur - John Kaminski

Le Jeu Global du Survivant: Les Quatre Prochaines Années de l'Amérique

La Bête et Son Empire

La Haute Étrangeté des Dimensions et le Processus d'Enlèvement Alien

Schwaller de Lubicz et le Quatrième Reich
2, 3, 4

La face obscure du Tibet

Jupiter, Nostradamus, Edgar Cayce, et le Retour des Mongols
1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13

Vérité ou Mensonge
1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
, 7a, 7b

Ouspensky, Gurdjieff et les Fragments d'un Enseignement inconnu

Picknett et Prince sur les Cassiopéens

Le Crop Circle de Chibolton et les Cassiopéens sur les Crop Circles

Jour D'Indépendance - KAH

Les portails organiques ? L' "autre" race - 2ième partie

L'Affaire OVNI de Morris Jessup

Meilleurs voeux pour un monde heureux

Tyrannie du pouvoir executif

Le Matériel sur l'Aéroport de Denver

Les ETs et COINTELPRO cosmique

Pourriel Cosmique

Discernement ou Machiavel et les ET

Discernement 2: Le Monde est pénétré de malignité

St. Malachie et le Travail du Soleil

Les Compagnons du devoir de Liberté

Ascension

L'Onde

l'Onde: Chapitre 27

La Connexion Française


Adventures with Cassiopaea

Quantum Future Physics

Signs of the Times

The Wave


Nous vous proposons aussi les sites :

Alchymie.net



Jupiter, Nostradamus, Edgar Cayce, et le Retour des Mongols

Traduction franaise: Henri R.


Mercredi 17 mars 2004 : Le lecteur qui a suivi cette petite srie d'articles remarquera que j'ai, ce point, lgrement rorganis le matriel du chapitre prcdent et du prsent. Grce tous ceux d'entre vous qui avez crit demandant plus de dtails sur le livre d'Iman Wilkens et ceux qui ont envoy des indices complmentaires que j'inclus ici.

En ce qui concerne le livre d'Iman Wilkens, Where Troy Once Stood (O Troie se trouvait autrefois), ce livre m'a t recommand par un lecteur gallois. J'ai essay pendant quelque temps d'obtenir un exemplaire et, n'y arrivant pas, le lecteur avec bont m'en a prt un. J'ai regard le livre, lu les notices publicitaires et me suis dit : Ouais, juste! Quelle tissu de btises cela va tre! Cependant, puisque nous venions d'arriver rcemment en France, nos meubles et livres n'taient pas encore arrivs, j'ai t peu prs laisse sans autre livre dans la maison, sauf celui-ci. Avec une habitude perptuelle de lire quotidiennement, vous pourriez presque dire que j'ai t "force" de le lire malgr une attitude a priori de scepticisme extrme.

Je me suis prpare avec mon stylo et mon bloc-notes pour la longue liste de critiques que j'allais crire, mais en quelque sorte, une fois que j'avais commenc lire, le bloc-notes n'a jamais russi se remplir. Oui, il y avait des choses que je pensais qui auraient pu tre mieux expliques si l'auteur avait t conscient de l'histoire des cataclysmes et des changements de climat globaux sur la plante pendant les priodes par lesquelles il tait concern, mais pour la plupart, son approche et sa logique taient tout fait irrsistibles, mme si la preuve qu'il a rassemble tait seulement circonstancielle. L'histoire antique est un sujet trs difficile, mais quand tant de preuves peuvent tre assembles pour faire un cas et qu'une thorie peut tre forme et teste avec succs, alors peut-tre il est temps de sortir des "catgories durcies" et des croyances la vie dure en des explications qui ne fonctionnent pas.

Comme j'ai crit ailleurs, les historiens des poques antiques font face deux problmes constants : la pnurie de preuve et comment adapter la preuve qui EST connue dans le plus grand contexte d'autre preuve, pour ne pas mentionner le contexte du temps auquel elle appartient.

Heureusement, l'histoire antique n'est pas "statique" dans le sens que nous pouvons dire que nous savons tout ce qu'il y a savoir maintenant, simplement parce que le sujet est sur le "pass". Par exemple, la comprhension de l'histoire antique de nos propres pres et grands-pres tait, par ncessit, plus limite que la ntre propre en raison du fait que beaucoup de matriel a t dcouvert et a merg dans les deux ou trois gnrations passes par l'archologie et d'autres sciences historiques.

Les Juifs, les Chrtiens et les Musulmans ont une certaine notion du pass qui leur est transmis dans l'hagiographie, des histoires de la Bible et du Coran, aussi bien que dans des chronologies et des rcits historiques. Nous avons tendance accepter tous ceux-ci comme la "vrit" - comme des histoires chronologiques avec ce que nous connaissons de l'histoire - et nous rejetons souvent sans rflchir l'ide que ceux-ci peuvent tous tre des lgendes et des mythes qui sont mta-historiques - les faons spciales de parler d'vnements d'une faon qui dpasse l'histoire. Elles peuvent aussi tre l'histoire mythifie qui doit tre soigneusement examine d'une faon spciale pour extraire les probabilits historiques.

Les chronologies, la manire dont nous arrangeons les dates et les antcdents que nous supposons pour des vnements, devraient tre d'un certain souci considrable chacun. Si nous pouvons venir une certaine ide raisonnable des vnements RELS, les "faits", les donnes qui composent notre vision du monde dans lequel nous y vivons et notre propre place, donc peut-tre de tels faits de notre histoire peuvent expliquer pourquoi nos thologies et nos valeurs nous disent, pas ce que nous croyons, mais POURQUOI nous croyons ce que nous faisons et si vraiment nous devons vraiment renoncer ces croyances comme "historiques".

On pourrait dire, bien sr, que toute l'histoire est un mensonge. Chaque fois que nous racontons des vnements ou des histoires de gens et les temps qui ne sont pas immdiatement prsents nous, nous crons simplement une image PROBABLE du pass ou d'un "vnement loign." Pour la plupart des personnes, l'horreur et la souffrance des gens irakiens, actuellement dans le "temps", n'ont aucune signification spatiale parce que c'est "l-bas." C'est tout fait facile pour les images fausses de tels vnements d'tre cres et maintenues comme "l'histoire" par ceux qui n'prouvent pas directement les vnements, particulirement si la vrit sur eux ne leur a pas t dite par ceux qui CONNAISSENT VRAIMENT. Et cela a t ainsi travers toute l'histoire.

Un problme complmentaire est que cette histoire est non seulement gnralement dforme par les vainqueurs, elle est ensuite "mythifie" postrieurement. Il y a une histoire trouve dans l'Histoire de Hrodote, qui est une copie exacte d'un conte plus vieux d'origine indienne part le fait que dans l'original, c'tait une fable animale et dans la version de Hrodote, tous les personnages taient devenus humains. Dans chaque autre dtail, les histoires sont identiques. Joscelyn Godwin cite R. E. Meagher, professeur d'humanits et traducteur de classiques grecs disant : "Clairement, si les personnages changent d'espce, ils peuvent changer leurs noms et pratiquement toute autre chose sur eux-mmes."

Allant toujours plus loin, l'historienne de la religion, Mircea Eliade clarifie pour nous le processus de "mythification" des personnages historiques. Eliade dcrit comment un folkloriste roumain a enregistr une ballade dcrivant la mort d'un jeune homme ensorcel par une fe de montagne jalouse la veille de son mariage. Le jeune homme, sous l'influence de la fe a t pouss d'une falaise. La ballade de lamentation, chante par la fiance, tait remplie "d'allusions mythologiques, un test liturgique de beaut rustique."

La folkloriste, qui on avait dit que la chanson concernait une tragdie "d'il y a longtemps," a dcouvert que la fiance tait toujours vivante et est alle l'interviewer. sa surprise, il a appris que la mort du jeune homme tait arrive moins de 40 ans auparavant. Il avait gliss et tait tomb d'une falaise; en ralit, il n'y avait aucune fe de montagne implique.

Eliade note que "malgr la prsence du tmoin principal, quelques annes avaient suffi pour priver l'vnement de toute authenticit historique, le transformer en un conte lgendaire." Bien que la tragdie soit arrive un de leurs contemporains, la mort d'un jeune homme bientt mari "avait un surnaturel signifiant qui pouvait seulement tre rvl par son identification avec la catgorie du mythe."

Pour les masses, avides de crer un sens leur vie, le mythe semblait plus vrai, plus pur, que l'vnement prosaque, parce que "il faisait produire l'histoire relle une signification plus profonde et plus riche, rvlant un destin tragique." Nous pourrions mme suggrer que George Bush soit considr de cette faon par beaucoup d'Amricains qui prfrent croire qu'il est un prsident hroque atterrissant sur des porte-avions avec brio et lgance et un reflet d'acier dans ses yeux, les protgeant de mauvais terroristes quand en fait, il est un menteur bon march, un psychopathe et sans aucun doute complice dans la prparation de l'attaque sur le World Trade Center.

De la mme manire, une posie pique yougoslave clbrant une figure hroque du quatorzime sicle, Marko Kraljevic, supprime son identit historique, sa biographie est "reconstruite conformment aux normes du mythe." Sa mre est une Vila, une fe et sa femme aussi. Il se bat avec un dragon trois ttes et le tue, bataille avec son frre et le tue, en toute conformit avec les thmes mythiques classiques.

Le caractre historique des personnes clbres dans la posie pique n'est pas en question, Eliade note. "Mais leur historicit ne rsiste pas longtemps l'action corrosive de la mythification." Un vnement historique, malgr son importance, ne reste pas intact dans la mmoire populaire.

La mmoire de la collectivit est anhistorique. Murko, Chadwick et d'autres enquteurs ont rvl le rle de la personnalit cratrice, "de l'artiste", dans l'invention et le dveloppement de la posie pique. Ils suggrent qu'il y a "des artistes" derrire cette activit, qu'il y a des gens travaillant activement pour modifier la mmoire d'vnements historiques. De tels artistes sont soit naturellement soit en formant des adeptes de manipulation psychologique. Ils comprennent entirement que les masses pensent en "modles archtypaux." L'esprit des masses ne peut pas accepter ce qui est individuel et prserve seulement ce qui est exemplaire. Cette rduction des vnements aux catgories et des individus aux archtypes, effectue par la conscience des foules fonctionne conformment l'ontologie archaque. Nous pourrions dire - avec l'aide de l'artiste/pote ou du manipulateur psychologique - que la mmoire populaire est encourage rtablir l'vnement historique une signification qui imite un archtype et reproduit des gestes archtypaux.

ce point, comme Eliade suggre, nous devons nous demander si l'importance des archtypes pour la conscience des tres humains et l'incapacit de la mmoire populaire de ne conserver rien que des archtypes, ne nous rvlent pas quelque chose de plus qu'une rsistance l'histoire expose par la spiritualit traditionnelle ?

Qu'est-ce qui pourrait tre ce "quelque chose de plus"?

Je voudrais suggrer que c'est facilement expliqu par une autre maxime : "les vainqueurs crivent l'histoire". Autrement dit, le mensonge est plus acceptable aux masses parce qu'il produit en gnral ce qu'elles AIMERAIENT croire plutt que ce qui est en ralit vrai. Nous avons certainement vu quelques allusions que c'est exactement ce que George Bush et la socit ont fait et bas sur cette "action de rcriture de l'vnement" o Bush est prpar d'avance comme l'toile de l'exposition et le destinataire direct d'une "directive de Dieu," il a t capable de faire avancer des plans pour la domination du monde utilisant la religion qui, clairement n'est pas diffrente d'autres cultes, l'exception que George Bush et ses copains en sont les bnficiaires.

Ca semble tre beaucoup comme ce que Staline a fait en Russie et ce que la C.I.A. a fait partout sur la plante depuis la Seconde Guerre Mondiale et certainement ce que le monothisme a fait pendant les deux mille ans passs.

Le fait est, la manipulation de la conscience de masse est la "procdure d'exploitation standard" pour ceux au pouvoir. Les prtres du Judasme l'ont fait, Constantin l'a fait, Mohamet l'a fait et la vrit est que rien n'a chang depuis ces jours sauf que les mthodes et les capacits de manipuler les esprits des masses avec des "signes et des miracles" sont devenus de haute technologie et globaux de concert avec la communication globale.

En revenant Where Troy Once Stood, Iman Wilkens a fait ses devoirs d'une manire trs crative et avec un esprit ouvert. Parmi les choses qu'il a examines dans l'Iliade et l'Odysse taient les directions navigantes. En ayant un ami dans l'industrie de navigation qui est un spcialiste dans les systmes de guidage, je lui ai pos un certain nombre de questions de ce processus et il a confirm que l'approche et les conclusions de Wilkens taient correctes. Il s'est aussi concentr sur la gographie et les emplacements spatiaux du monde d'Homre. Iman Wilkens nous dit :

Comme le travail sur l'nigme d'Homre a progress, il s'est avr que beaucoup de villes, les et pays en Mditerrane orientale n'taient pas connus au moment de la Guerre de Troie par les noms mentionns par le pote.
 
Les endroits comme Thbes, la Crte, Lesbos, Chypre et l'Egypte avaient des noms entirement diffrents l'ge de Bronze, comme nous savons maintenant par la recherche archologique. Le thtre des popes d'Homre ne peut donc jamais avoir t en Mditerrane, de mme que, dit une pope trouve aux Etats-Unis d'une guerre Mdivale, mentionnant des noms de lieux europens (qui peuvent tre trouvs dans les deux pays) ne pourrait pas avoir eu lieu l, comme le continent amricain n'avait pas encore t dcouvert!
  Quant aux noms de lieux d'Homre, nous sommes confronts avec un problme semblable mais il n'est pas vraiment surprenant qu'une erreur si fondamentale dans la chronologie puisse persister pendant environ 2 700 ans comme des croyances traditionnelles passes au cours d'une longue priode sont rarement dfies : chaque gnration rpte simplement les enseignements du prcdent sans se demander les questions appropries.  
Mais maintenant que ce problme de chronologie a merg, nous sommes obligs de chercher les lieux d'Homre ailleurs que dans la Mditerrane orientale et placs prs de l'ocan et ses mares, en particulier o les leves ont empch des secteurs basse altitude d'tre inonds. Autrement dit : nous devons chercher les lieux d'Homre le long de la cte Atlantique.
 
Le rsultat de cette recherche sera troublant pour plusieurs et je me rends aussi compte par mon exprience propre que cela prend quelque temps pour s'habituer la gographie de l'ge de Bronze de l'Europe. La meilleure faon de s'ajuster est en lisant Homre avec les explications et les cartes de ce livre. Ceux qui restent sceptiques devraient se rendre compte que le problme de chronologie de noms de lieux en gnral et le phnomne de mares ocaniques en particulier excluent toute solution alternative. [...]
 
premire vue il semble impossible de pntrer dans un pass aussi loign, mais il s'avre tre toujours faisable de dcouvrir ce qui est arriv il y a plus de 3 000 ans et prcisment o, grce la branche de la linguistique traitant avec l'histoire des formes de mot - l'tymologie.
 
Tandis que l'orthographe en grec des noms gographiques d'Homre a t fixe une fois pour toutes quand les posies ont t crites... les noms de lieux en Europe occidentale ont continu changer conformment aux rgles de l'tymologie plus ou moins bien tablies, pour tre fixes en orthographiant seulement relativement rcemment.
 
En prenant ce fait en considration, nous verrons comment pratiquement 400 noms de lieux Homriques tranges peuvent tre en concordance d'une faon cohrente et logique avec des noms de lieux de l'Europe occidentale comme nous les connaissons aujourd'hui. Beaucoup d'entre eux sont toujours facilement reconnaissables, d'autres beaucoup moins ainsi, souvent parce qu'ils ont t changs par des envahisseurs parlant une langue diffrente.
 
Mme pendant les quelques derniers sicles, quelques noms de lieux ont chang dans le monde entier jusqu' en tre mconnaissables, en raison de la prononciation par les peuples de langues diffrentes. Qui, par exemple, croirait que Brooklyn New York vient de l'endroit hollandais nomm Breukelen, si ce n'tait pas un fait document ?
 
Bien qu'il ne soit pas possible de prouver quoi que ce soit qui est arriv il y a plus de 3 000 ans, j'espre que mes enqutes ont au moins produit la preuve circonstancielle suffisante pour convaincre les lecteurs que la clbre ville de Troie tait place en Europe occidentale. [...]
 
La raison de la longvit de noms de lieux en gnral et des noms fluviaux est en particulier que les conqurants adoptent gnralement le nom dj-existant, bien que souvent modifi ou adapt leur propre langue.
 
Une exception principale cette rgle est la Grce, o les envahisseurs arrivant dans un pays presque vid de sa population ont donn de nouveaux noms beaucoup de lieux - des noms qui leur taient familiers et apparaissant dans les travaux d'Homre. Mais les gens arrivant dans un pays nouveau et faible densit donnent bien sr au petit bonheur des noms familiers aux lieux.
 
En Australie, par exemple, Cardiff, Gateshead, Hamilton, Jesmond, Stockton, Swansea et Walsend, largement disperss en Grande-Bretagne, sont tous des faubourgs de Newcastle, en Nouvelles Galles du Sud. C'est prcisment cette transposition au petit bonheur de noms qui explique, par exemple, pourquoi Rhodes est une le en Grce, mais une rgion dans Homre; Euboea est une autre le grecque, mais la partie du continent dans Homre; Chios encore une autre le, mais pas dans Homre. De mme, Homre parle d'une le appele Syria qui ne peut pas clairement tre Syros dans les Cyclades. Le lecteur peut lever une objection que celles-ci sont simplement des imprcisions en raison de l'antiquit extrme du texte. Mais nous avons la preuve que l'Egypte, Chypre, Lesbos et la Crte prsentes, dont les noms apparaissant dans Homre, ne sont pas connus par ces noms l'ge de Bronze.
 
La liste de telles anomalies est longue. Mme l'identification de tels lieux Homriques comme Ithaque et Pylos a men la discussion infinie et peu concluante parmi des savants et la difficult de rendre logique quelque chose de Homre en Grce ou la Turquie est rvle dans des tudes rcentes par Malcolm Wilcock et G.S. Church. Il est donc clair que le pote, quoiqu'il utilise des noms que nous reconnaissons, ne parlait pas des lieux qui portent maintenant ces noms. [Where Troy Once Stood, Wilkens, p. 52-53]

Iman Wilkens cite maintenant la trs longue liste de raisons pour lesquelles la Turquie est exclue comme site de Troie. (Je ne vais pas traiter ces questions ici; le lecteur peut dsirer poursuivre cette ligne de recherche tout seul). De plus, il fait remarquer les nombreuses raisons qui supportent l'emplacement de la Troade dans un pays avec un climat tempr, ouvert en Atlantique et avec des mares. Comme Wilkens le note, considrant la preuve interne des travaux d'Homre, il est seulement logique de chercher la Troade en Europe, en pays autrefois habit par les Celtes, avec un climat Atlantique, spar du Continent par la mer et ayant sur sa cte orientale une large plaine avec une grande baie capable d'abriter une grande flotte de bateaux.

En Angleterre, il y a, comme il se trouve, un secteur correspondant parfaitement TOUTES les descriptions dans Homre - la plaine de l'Est Anglie entre la ville de Cambridge et le Wash. Wilkens apporte alors un argument irrsistible :

Homre ne nomme pas moins de quatorze rivires dans la rgion de Troie, huit d'entre elles tant inscrites ensemble dans le passage o il dcrit comment, aprs la Guerre de Troie, la violence de ces rivires en crue balaie le rempart en bois et en pierre construit autour du campement Achen et des bateaux. Il apparat que les gnrations de lecteurs doivent avoir saut sur ces lignes, pensant qu'elles contenaient des noms imaginaires sans intrt, car autrement, il est difficile de ne comprendre comment personne, pas mme les gens du secteur de Cambridge, n'ont t jamais frapps par la ressemblance entre les noms des rivires d'Homre et celles de ce secteur.

Regardez cette liste de noms de rivires, en gardant l'esprit les plusieurs milliers d'annes qui sont passes et que ces changements sont tout fait conformes aux changements phontiques selon les rgles de l'tymologie :

Orthographe habituelle du nom de la rivire grecque dans Homre

Nom moderne de la rivire correspondante en Angleterre

Aesepus

Ise

Rhesus

Rhee

Rhodius

Roding

Granicus

Granta

Scamander

Cam

Simois

Great Ouse

Satniois

Little Ouse

Larisa

Lark

Caystrius or Cayster

Yare with Caister-on-sea and Caistor castle at the mouth

Thymbre

Thet

Caresus

Hiz

Heptaporus

Tove

Callicolone

Colne

Cilla

Chillesford

Temese

Thames

Comme Wilkens le note, il est impossible de trouver ces rivires en Turquie. Tout ce qui peut tre trouv sont quatre rivires qui taient des noms Homriques donns postrieurement sans respect pour les descriptions gographiques dans l'Iliade.

La preuve que la plaine troyenne est la plaine de l'Est Anglie est aussi confirme selon les descriptions d'Homre de la terre : le sol fertile, la terre riche, des prs marcageux, des prs en floraison, des vergers excellents, des champs de bl et beaucoup d'autres dtails qui dcrivent parfaitement l'Angleterre, mais n'a absolument aucun rapport avec la Turquie, soit moderne soit passe comme l'archologie le dmontre.

Il existe toujours les restes trs substantiels de deux normes remparts de terre, parallles entre eux, au nord-est de Cambridge, un de douze kilomtres de long et l'autre de quinze.

Les fosss creuss devant les leves sont sur le ct faisant face l'intrieur, pas vers la mer, ce qui signifie qu'ils ont t construits par des envahisseurs, pas des dfenseurs exactement comme dcrits par Homre. On connat celles-ci aujourd'hui sous les noms Fleam Dyke et Devil's Dyke.

Comme Wilkens le note, il est vident que l'envahisseur qui a construit cet norme potentiel de dfense faisait des projets de sige de longue dure. Une trs grande arme aurait t ncessaire pour dplacer le volume norme de terre qui est entr dans la cration de ces leves qui ont 20 mtres de haut et 30 mtres de large la base. Donc, il semble que le nombre valu de combattants dans l'arme Achenne - entre 65 000 et 100 000 - n'tait pas une exagration.

Les deux leves sont cartes d'environ 10 km, laissant la place pour le dploiement de deux grandes armes si les dfenseurs devaient percer le premier rempart. Une ligne dessine perpendiculairement aux deux leves, se prolongeant vers l'intrieur des terres, coupe la colline la plus haute dans le secteur de Cambridge maintenant connu comme le Wandlebury Ring (Anneau de Wandlebury), faisant partie d'un plateau appel les Collines Gog Magog. Wilkens produit encore une autre confirmation :

Une deuxime indication que Wandlebury tait le site de Troie est fournie par un nouveau dtail du texte d'Homre, o il dit comment l'arme troyenne, avant la construction des leves, se rassembla sur une petite colline isole devant Troie :   Il est devant la ville un haute butte, l'cart, dans la plaine, accessible sur tout son pourtour; les hommes lui donnent le nom de Batie, pour les Immortels c'est la tombe de la bondissante Myrine, [une Amazone]. C'est l que s'organisent les Troyens et leurs allis. [Iliade, II, 811-815] (1)   Quelques kilomtres au nord de Wandlebury, il y a l en effet, une colline isole o le village de Bottisham se trouve maintenant. Il semble permis d'associer le nom Homrique de Batieia avec celui de Bottis (ham). [...]  
Quand Priam, avec un hraut, est sur le chemin de Troie au camp Achen par la mer pour demander Achille de rendre le corps de son fils, Hector, ils suivent apparemment le cours du Scamandre et s'arrtent pour faire boire leurs chevaux un autre lieu qui est de grand intrt pour nous :
  Pendant ce temps, les voyageurs ont dpass la grand tombeau d'Ilos. Ils arrtent au fleuve mules et chevaux pour les faire boire. L'ombre dj est tombe sur la terre... [l'Iliade, XXIV, 349-351] (1)   Une carte moderne nous montre qu' mi-chemin entre l'endroit o Troie tait et le camp Achen, sur la rivire Cam, se trouve la petite ville d'Ely, qui doit trs probablement son nom Ilus et anctre de Priam et le fondateur de Troie. Il se peut bien, donc, que la grande cathdrale gothique d'Ely ait t construite sur le site o Homre a vu le tombeau du premier roi troyen. [Wilkens]

Selon le conte, aprs dix ans de guerre et de morts innombrables, Troie a t essentiellement efface de la face de la Terre. videmment, chacun n'est pas mort, mais l'envasement du Wash rendait impossible la reconstruction sur le mme site ce moment-l, en supposant que les survivants avaient le cur faire ainsi. Une nouvelle ville a t construite sur la Tamise Ilford, ou Ford d'Ilium l'est de la Ville prsente de Londres. Les Romains ont appel cette ville Londinium Troia Nova, ou "Nouvelle Troie." On l'a aussi connue comme Trinobantum et les Celtes l'ont appel Caer Troia, ou "Ville de Troie."

Geoffrey de Monmouth a crit que la Nouvelle Troie a t fonde par Brutus en 1100 av. J.-C. Cela mettrait certainement "la Guerre de Troie relle" tout fait un peu plus tt que la plupart des "experts" considrent tre le placement temporel appropri de cette guerre. Ce qui semble tre le cas est que la Guerre de Troie - la signification de la guerre entre Troie et les Achens qui fut mene entre Troie en Angleterre et les Achens de quelque part ailleurs - tait une autre couche sur l'exemplaire de la guerre entre l'Atlantide et Athnes et ensuite les guerres postrieures en Mditerrane ont t assimiles au modle. L'Hon. R.C. Neville a trouv des objets de verre de la Mditerrane orientale qui ont t dats comme tant du quinzime sicle av. J.-C environ 5 km de l'Anneau de Wandlebury. Les objets d'une date et d'une origine semblables ont aussi t trouvs dans d'autres parties de l'Angleterre, montrant qu'il y avait commerce entre les Peuples de l'Atlantique et ceux de la Mditerrane.

Supposer que les grandes cultures dans le secteur de la Mditerrane orientale et dans le Proche-Orient aient t spares l'une de l'autre, au dbut, par le plus large des golfes, est une interprtation compltement au dsaccord avec les faits. Au contraire, il a t clairement assez tabli que nous devons avoir affaire, dans cette rgion, une culture originale ou de base si non uniforme, si largement rpandue que nous pouvons l'appeler Afrasienne. "[A. W. Persson]

Il y a deux figures des gants Gog et Magog qui frappent les heures sur une horloge Dunstan-in-the West, dans Fleet Street,, mais peu de personnes Londres semble savoir pourquoi ils sont l. Adrian Gilbert crit dans The New Jerusalem:

Encore une fois nous devons retourner au livre de Geoffrey de Monmouth, dans lequel il y a une histoire sur comment, quand Brutus et ses Troyens sont arrivs en Grande-Bretagne, ils ont trouv l'le peu habite par une race de gants. Un de ceux-ci, appel Gogmagog, a lutt avec un hros troyen appel Corineus et a t finalement jet mort d'un sommet de falaise appel en consquence ' le Saut de Gogmagog '.   Dans la traduction en anglais de 1811 de Brut Tysilio, une version galloise des chroniques traduites par le cur Peter Roberts, il y a une note en bas de page suggrant que Gogmagog soit une forme corrompue de Cawr-Madog, signifiant ' Madog le grand ' ou ' Madog le gant ' en gallois. [...]   Dans une autre version du conte de Gogmagog, le Recuyell des histoires de Troie, Gog et Magog sont deux gants spars. Dans cette histoire ils ne sont pas tus, mais ramens comme des esclaves par Brutus sa ville de la Nouvelle Troie. L ils devaient tre employs comme des portiers, ouvrant et fermant les grandes portes du palais.   L'histoire de Gog et Magog, les gants appareills qui manuvraient les portes de Londres, tait trs populaires au moyen ge et des effigies d'eux ont t places sur les portes de la ville au moins aussi tt que le rgne d'Henry VI. Celles-ci ont t dtruites dans le Grand Incendie de 1666, mais elles taient si populaires que de nouvelles ont t faites en 1708 et installes au Guildhall. Cette paire de statues a t dtruite en 1940 pendant le Blitz, le troisime grand feu de Londres, quand le toit et beaucoup de mobilier intrieur du Guildhall ont t brls. Une nouvelle paire des statues a t sculpte pour les remplacer quand le Guildhall a t rpar aprs la guerre. [Pp. 60-61]

Dans la citation ci-dessus, nous avons un indice que les gants, Gog et Magog, taient connus des gens de l'Angleterre longtemps avant qu'ils n'aient l'accs une Bible, ainsi les collines Gog Magog n'ont certainement pas t nommes aprs la guerre dcrite par zchiel. Plutt, zchiel doit avoir connu le conflit pouvantable men sur le plateau de Gog Magog.

La question que l'on pose souvent est : pourrait-il y avoir eu des villes d'une taille aussi grande que 100 000 habitants en Angleterre pendant l'ge de Bronze ? La population a certainement fluctu avec le temps, mais les archologues valuent une population d'au moins 3 millions la fin de l'ge de Bronze. Selon quelques experts, l'Angleterre tait un pays populeux avec une agriculture bien dveloppe ce moment-l. Nous lisons dans l'Iliade des vergers, des vignes et des champs de bl.

En 2000 av. J.-C environ, arriva le peuple de Bell-beaker, dont les spultures sont dans des tombes simples, avec des effets de tombes individuelles. La remarquable Culture du Wessex de l'ge de Bronze qui apparat vers 1500 av. J.-C est pense tre base sur cette tradition. Les articles funraires suggrent l l'existence d'une aristocratie de guerrier ' avec une srie gradue des obligations du service ... par une noblesse militaire en bas aux artisans et aux paysans, comme dans la socit Homrique. C'est la sorte de socit qui est dcrite dans les sagas irlandaises et il n'y a aucune raison pour laquelle une date si recule pour l'arrive des Celtes devrait tre impossible.... Il y a les considrations de langue et de culture qui ont plutt tendance la soutenir. [M. Dillon et N. Chadwick, The Celtic Realms (les Royaumes celtiques), Weidenfield et Nicolson, Londres, 1972]

Si c'est ainsi que Troie tait en Angleterre, donc le premier Roi document de l'Angleterre tait Priam - l'ge de Bronze. Cela explique aussi pourquoi des labyrinthes en spirale prhistoriques gravs sur des roches ou disposs sur le terrain avec des pierres sont toujours appels des "Villes de Troie" ou des "murs de Troie" en Angleterre, "Caerdroia" au Pays de galles et "Trojaborgs" en Scandinavie.

Il y a plus d'un rapport symbolique entre le labyrinthe en spirale et la ville de Troie. Selon K. Kerenyi, la racine du mot truare signifie "un mouvement circulaire autour d'un centre stable." Bas sur la preuve archologique, le symbolisme du labyrinthe circulaire est beaucoup plus vieux que le temps d'Homre, remontant l'ge de Pierre.

Ayant dcouvert qu'il y a une bonne raison de croire que Troie tait situe en Angleterre, nous devons ensuite considrer maintenant l'identification et les emplacements des Achaens. Comme Wilkens a not :

Les lieux comme Thbes, la Crte, Lesbos, Chypre et l'Egypte avaient des noms entirement diffrents l'ge de Bronze, comme nous savons maintenant par la recherche archologique. Le thtre des popes d'Homre ne peut donc jamais avoir t en Mditerrane, de mme que, dit une pope trouve aux Etats-Unis d'une guerre Mdivale, mentionnant des noms de lieux europens (qui peuvent tre trouvs dans les deux pays) ne pourrait pas avoir eu lieu l, comme le continent amricain n'avait pas encore t dcouvert!

Ainsi, si l'Egypte que nous connaissons n'tait pas l'Egypte ce moment-l, o tait-ce ? De mme, o tait la terre des Achens ?

Si quatorze rivires dans la mme rgion de l'Angleterre correspondent linguistiquement et gographiquement avec ceux de la plaine troyenne comme dcrit par Homre, la concidence est si grande que cela ne peut pas tre accidentel et nous devons en effet parler de la mme plaine.... la fin de l'Iliade, Homre expose explicitement o Troie a t place, parlant par la voix d'Achille parlant au vieux Roi Priam, venu pour revendiquer le corps de son fils, Hector :   Et toi-mme, vieillard, ne le savons-nous pas? Tu fus heureux nagure. Dans tout le pays que limitent, du ct de la mer, Lesbos, sjour de Macar et plus loin, la Phrygie, et l'immense Hellespont, tu l'emportais sur tous, par ta richesse et tes enfants. [Iliade, XXIV, 543-546] (1)   Cela semble vraiment dlimiter le royaume de Priam assez prcisment et ces lieux doivent en effet maintenant tre trouvs en Mditerrane. Lesbos est une le grecque de la cte turque, la Phrygie est le haut plateau de la Turquie occidentale et le Hellespont est le nom classique pour le Dtroit des Dardanelles. C'est prcisment cette description qui a inspir Schliemann pour chercher les ruines de Troie dans une plaine en Turquie du nord-ouest. [Wilkens]

Considrant le fait que la preuve archologique des nombreux niveaux de la "Troie" que Schliemann a dcouvert ne supportent simplement pas tous les dtails de l'histoire de la guerre de Troie, je suis d'accord avec Wilkens qu'il semble qu'il y avait un changement gnral de noms de lieux Homriques de l'Europe occidentale la Mditerrane aprs la fin de l'ge de Bronze.

La mer au-dessus de laquelle la Troade tait sise s'appelait le Hellespont. Cela signifie "la Mer de Helle." Selon la lgende, Helle tait une fille qui tait tombe du dos d'un blier ail et s'tait noye dans la mer qui a t alors nomme d'aprs elle. Elle tait la fille d'Athamas, le Roi d'Orchomenus et la sur de Phrixus.

Le nom Hel, ou Helle est aussi crit comme El ou Elle par ces groupes linguistiques qui ne prononcent pas le "H". C'est un mot d'origine indo-europenne trs antique. Non seulement El tait le nom du Dieu principal du panthon d'Ugarith, la ville syrienne antique sur la Mditerrane, mais "el" signifie "aussi Dieu" en langues Smitiques.

L'atlas de l'Europe contient tant de noms de lieu commenant par hel, Helle, El et Elle que a vaut bien la peine de jeter un coup d'il : (je m'excuse que le scan de la carte soit si difficile lire en raison du contraste, mais l'ide peut tre obtenue en jetant un regard et ensuite un examen ultrieur d'un atlas fournira la preuve complmentaire.)

A part les eaux de l'extrmit occidentale de la France, toujours appele Chenal de la Helle, le nom Hellespont ou la Mer Helle a disparu de l'Europe occidentale. Mais, il y a de bonnes raisons de penser que cela doit avoir t le nom de la mer dont les rivages ont tant de lieux nomms "Helle" qui restent. Aussi, il reste toujours un estuaire dans le delta du Rhin appel Hellegat, ou la "Porte de Helle," tandis que l'origine du nom de la station estivale franaise de Houlgate sur la cte de la Manche est sans aucun doute Hellegat. Le nom du port de Hull sur la cte nord-est de l'Angleterre vient du mot "enfer" selon le dictionnaire d'Oxford d'tymologie anglaise. De plus, le nom de Brocliande, la fort norme de Paimpont en Bretagne, connue du cycle des Chevaliers de la Table ronde est "Bro-Hellean" dans le Breton Armoricain, signifiant la "Terre prs de l'Enfer."

Il semble donc logique de conclure que le vaste Hellespont d'Homre n'tait pas le dtroit troit des Dardanelles au nord-ouest de la Turquie, mais la mer sparant l'Angleterre du continent de l'Europe, autrement dit, la Manche, la Mer du Nord et la Baltique, d'autant plus ainsi parce que l'adjectif grec qui avait l'habitude de dcrire le Hellespont, apeiros, est beaucoup plus fort que 'norme' : cela signifie 'illimit' qui peut seulement s'appliquer aux mers des rivages occidentaux de l'Europe, ou, autrement dit, l'Atlantique. [Wilkens]

La Phrygie est la deuxime frontire de la Troade mentionn par Homre et il le dcrit comme des "hautes terres". Nous pouvons chercher l'tymologie du mot Phrygie tant du nom de la desse nordique Freya, que du nom Phrixos, le frre de Helle. Le nom du royaume de leur pre tait Orchomenus et il y a, en fait, une place l'ouest l'Ecosse appele Orchy et sur le nord de l'Ecosse il y a les les Orkney, dont l'orthographe archaque est Orcheny. Dans les Orkneys, il y a une ville nomme Aith, le mme nom que celui du cheval d'Agamemnon. En suivant les principes d'tymologie, nous trouvons mme le nom du Roi Athamos prserv : Atham > Ethem > Eden > Edin > Edimbourg.

Beaucoup de dcouvertes archologiques rcentes mettent en vidence de grandes fermes en Ecosse datant d'aussi loin que 4000 av. J.-C, tmoignant d'une culture avance qui s'tendit par la suite au sud de la Grande-Bretagne.

Lesbos serait alors l'le de Wight. Le nom de la rivire principale dans l'le de Wight est Medina, apparent avec le Grec Methymna. Le dtroit troit sparant l'le du continent est appel le Solent, reli au nom grec solen qui signifie le canal ou le dtroit. Les cartes de l'le montrent un promontoire connu comme le point d'Egypte.

Selon Homre, l'Egypte est seulement quelques jours de voyage de Troie. Et alors, si Troie tait en Angleterre, l'Egypte ne doit pas tre loin. Quelque part en Europe occidentale il doit y avoir une rgion qui a par la suite donn son nom d'ge de Bronze la terre des Pharaons au sud en Afrique beaucoup plus tard.

Au moment de Homre, la terre des Pharaons n'tait pas appele Egypte, mais Misr, Al-Khem ou Kemi et souvent Mero. Ce dernier nom s'appliquait l'Egypte Suprieure et ce qui est maintenant appel l'Ethiopie. Le nom biblique pour l'Egypte tait Mitsrayim qui est toujours l'hbreu moderne pour l'Egypte. Depuis son indpendance, le nom arabe officiel pour l'Egypte est retourn Masr.

Ce fut Hrodote, le premier grec visiter les pyramides qui a d'abord appel la Terre des Pharaons par un nom pris de Homre, Egypte. Alexandre le Grand en a fait le nom officiel du pays en 332 av. J.-C. Autrement dit, les Grecs ont fait exactement ce que tous les colonialistes font : ils ont donn des noms familiers aux places dans leurs colonies et ont impos leur langue aux peuples en vertu de la faire la langue d'administration.

Ce qui est vident est que la description d'Homre de l'Egypte ne correspond pas du tout aux caractristiques de la Terre des Pharaons. Cela a t not par le Philosophe grec Eratosthne qui a vcu Alexandrie. (284-192 av. J.-C)

Homre utilise l'Egypte pour dsigner "une rivire alimente par l'eau du ciel" et parfois la campagne environnante avec ses " champs excellents." Mais jamais, jamais, il ne mentionne les pyramides qui taient, censment, vieilles de milliers d'annes au moment de la Guerre de Troie. De plus, les pyramides ne sont pas mentionnes par Eschyle dans son drame les Suppliantes, dont le sujet est la tradition druidique du nord. Il nous dit comment les suppliantes, un groupe de cinquante jeunes femmes qui veulent chapper aux mariages obligatoires, fuient l'Egypte " travers les ondes sales pour atteindre la terre d'Argos." Plus tard dans la pice, il crit comment la jeune Io, poursuivie par un taon, revient d'Argos en Egypte et "est arrive la terre sainte de Zeus, riche en fruits de toutes sortes, dans les prs alimente par la neige fondante et attaque par la fureur de Typhon, sur les berges du Nil dont les eaux sont toujours pures."

Ne semble pas tre beaucoup comme l'Egypte, n'est-ce pas ?

Comme ceux de vous qui avez tudi la gographie, comprenez, Argos n'a jamais fait partie, ou n'tait prs de l'Egypte comme nous le savons maintenant. En outre, l'Egypte - comme nous le savons maintenant - tait la terre de Ra, le Dieu Soleil et, en Egypte antique, Zeus tait compltement inconnu. Finalement, les prs arross par la neige fondante, de n'importe quelle faon, ne pourraient jamais dcrire la terre que nous connaissons maintenant comme l'Egypte.

Ainsi, puisque l'Egypte dcrite tant par Homre qu' Eschyle ne s'adapte pas l'Egypte que nous connaissons maintenant, et nous ne pensons pas qu'ils auraient oubli de mentionner la caractristiques en chef de l'Egypte - les pyramides - nous devons conclure qu'ils ne parlaient pas de l'Egypte que nous connaissons comme l'Egypte aujourd'hui.

Zeus tait certainement connu en France la mesure qu'un jour la semaine, Jeudi, vient de son nom. C'est la distance juste de Troie, mais, comme Wilkens le fait remarquer, nous ne trouvons pas beaucoup tymologiquement parlant, pour supporter l'ide que l'Egypte tait la France. Cependant, il y a quelques indices.

Il se trouve qu'il y a une ville et une branche du Nil dans l'Egypte du jour prsent que les Grecs appelaient Bolbitiron et Bobitinon. galement, il y a une ville appele Bolbec prs de l'embouchure de la Seine. Ensuite, il y a une rivire en France appele l'Epte. Cette rivire coule du nord pour rejoindre la Seine prs de Vernon, mi-chemin entre Paris et Rouen.

Il y a beaucoup d'artefacts tymologiques du nom du Nil en France o beaucoup de villages contiennent - Nil - dans leurs noms. Il y a Mesnil, prs du Havre qui, dans le latin d'glise du douzime-sicle a t appel "mas-nilii" ou la "maison dans le pays du Nil.." Ensuite il y a Miromesnil, Ormesnil, Frichemesnil, Longmesnil, Vilmesnil, et cetera. Mnilmontant, ou " la maison sur le Nil suprieur " est un quartier Paris et il y a une banlieue appele Blanc-Mesnil. Le Dieu du Nil avait une fille appele Europe dont le nom est prserv dans la rivire Eure, un affluent du sud de la Seine.

A l'poque du Pharaon, dans ce que nous connaissons maintenant comme l'Egypte, le Nil tait appel Ar ou Aur. Pendant les priodes o elle tait inonde, il tait appel Hape le Grand.

Homre mentionne une ville en Egypte, Thbes, qui ne peut pas tre la mme ville que nous connaissons en Egypte qui tait, pendant le temps des Pharaons connus comme Wase ou Wo-se. Ce fut seulement huit sicles aprs Homre que les Grecs lui ont donn le nouveau nom de Thbes.

En utilisant les principes de l'tymologie, Wilkens suggre que la Thbes d'Homre est maintenant appele Dieppe.

Selon les dictionnaires tymologiques le 'd' a t autrefois prononc 't' et le nom est connect avec le tief Germanique ('profond' en franais) car le port se situe profondment dans le pays. Laissez-nous vous rappeler que Homre, qui choisissait toujours des descriptions sonores et concises, parle d'un pays de ' champs beaux' et d'une rivire 'alimente par le 'ciel. L'arrire-pays de Dieppe est une belle rgion agricole et la pluie n'est jamais vraiment arrte dans cette partie de la France. Qui plus est, la recherche archologique rcente a rvl que de grandes fermes ont exist dans beaucoup de parties de la France dans la priode celtique, donc des champs bien entretenus taient une caractristique de la campagne mme dans cette re loigne. [...]

  La preuve initiale trouve est jusqu'ici ainsi en faveur de l'identification de l'Egypte de l'ge de Bronze comme correspondant approximativement au dpartement prsent de la Seine Maritime. [Wilkens]

A suivre...

(1) Traduction de Paul Mazon Folio Classique - Gallimard

 


En tant que propriétaires et éditeurs de ces pages, nous souhaitons souligner que le matériel présenté ici est le fruit de notre recherche et de notre expérimentation en communication supraluminique. Nous nous demandons parfois si les Cassiopéens sont ce qu¹ils prétendent être, parce que nous ne tenons rien pour vérité indiscutable. Nous prenons tout "cum granulo salis", même si nous considérons qu¹il y a de bonnes chances que ce soit la vérité. Nous analysons constamment ce matériel ainsi que beaucoup d¹autres qui attirent notre attention, issus de divers domaines de la Science et du mysticisme. Honnêtement, nous ne savons pas CE QU'EST la vérité, mais nous croyons qu¹elle est « quelque part par là» et que nous pouvons sans doute en découvrir une partie. Oui, nous pouvons dire que nos vies ont été enrichies par ces contacts, mais certains éléments nous ont aussi rendus perplexes et nous ont désorientés, et ils restent encore à être clarifiés. Nous avons certes trouvé beaucoup de «confirmations» et de « corroborations » dans d¹autres domaines, entre autres la Science et l¹Histoire, mais il y a aussi de nombreux éléments qui, par nature, sont invérifiables. C¹est pourquoi nous invitons le lecteur à partager notre recherche de la Vérité en lisant avec un esprit ouvert, mais sceptique.

Nous n¹encourageons pas « l'adepte-isme », ni aucune « Vraie Croyance ». Nous ENCOURAGEONS la recherche de la Connaissance et de la Conscience dans tous les domaines qui en valent la peine, comme le meilleur moyen de discerner le mensonge de la vérité. Voici ce que nous pouvons dire au lecteur: nous travaillons très dur, plusieurs heures par jour, et nous le faisons depuis de nombreuses années, pour découvrir la raison de notre existence sur Terre. C¹est notre vocation, notre queste, notre mission. Nous recherchons constamment à valider et/ou à affiner ce que nous envisageons comme possible, probable, ou les deux. Nous faisons cela avec l¹espoir sincère que toute l¹humanité pourra en bénéficier, si ce n¹est maintenant, alors dans un de nos futurs probables.

Contactez l¹administrateur web à cassiopaea.com
Copyright © 1997-2003 Arkadiusz Jadczyk et Laura Knight-Jadczyk. Tous droits réservés. "Cassiopaea, Cassiopaean, Cassiopaeans," est une marque déposée par Arkadiusz Jadczyk et Laura Knight-Jadczyk.
Les lettres adressées à Cassiopaea, à la Quantum Future School, Ark ou Laura, deviennent la propriété de Arkadiusz Jadczyk et Laura Knight-Jadczyk.

La réédition et la rediffusion du contenu de cette page ou d¹une quelconque portion de ce site web sont expressément interdites sans approbation écrite préalable.

You are visitor number .