A quel point pensent-ils que nous sommes stupides?

Henry See
Signs of the Times
Mardi, 30 Jan 2007

Traduction franšaise: Henri R.


Dans un article Publié cette semaine dans le "New-York Times" sur l'utilisation par Israël de bombes à fragmentation sur une population civile dans leur guerre illégale l'été dernier contre le Liban (effectuée sous l'apparence d'une attaque contre le Hezbollah) - bien que le Times ne l'ait pas vraiment exprimé de cette manière - nous lisons la justification suivante donnée par Sean McCormack du Département d'Etat US:

"Il est important de se rappeler la sorte de guerre que mène le Hezbollah," a-t-il dit. "Ils ont utilisé des civils innocents comme une façon de protéger leurs combattants."

Il n'est pas le premier, ni ne sera le dernier à faire une telle justification pour pulvériser le Liban avec des bombes à fragmentation. Donc arrêtons-nous un instant et considérons ce que cette déclaration dit en réalité. Imaginez la situation. Votre pays est attaqué par l'armée de l'air la plus forte dans la région, utilisant des bombes perfectionnées et des missiles capables d'atteindre n'importe quelle position qu'il souhaite. Des milliers de troupes ont traversé la frontière et prennent des positions. L'envahisseur est soutenu par les pays les plus puissants dans le monde. Vous avez à votre disposition fusils, mitrailleuses et la technologie des anciennes roquettes. Vous n'avez aucun avion, aucun missile sophistiqué, aucune marine. Est-ce que votre première réponse est de commander à tous vos combattants de se rassembler en des endroits facilement identifiables et atteignables, loin de tous les civils, pour fournir une cible facile pour votre ennemi ?

Ou vous engagez-vous dans la guérilla, en vous déplaçant silencieusement dans un terrain que vous connaissez bien, connaissance qui vous donne un avantage sur l'armée massive à laquelle vous êtes confronté, comme les peuples occupés ont fait au cours des âges ?

Que feriez-vous si un envahisseur menaçait vos maisons dans de telles conditions ?

La plainte israélienne revient à dire qu'ils ne faisaient pas face à une armée régulière, avec des compagnies de soldats se déplaçant sur des champs de bataille clairement définis avec des tanks et de l'équipement, comme ceux qu'ils avaient combattus auparavant en 1967 et 1973 et dont les conditions étaient la base pour l'accord sur l'utilisation de bombes à fragmentation :

Les accords ont dit que les munitions devaient être utilisées seulement contre des armées organisées et des cibles militaires clairement définies dans des conditions semblables aux guerres israélo-arabes de 1967 et 1973....

Il est clair qu'ils ne faisaient pas face à une armée régulière au Liban, une armée menant une guerre conventionnelle. Mais là-dessus le Liban n'est pas unique. Les Britanniques ont fait ce qui s'est élevé à la même plainte contre les colons américains se battant pendant la révolution américaine dans laquelle les Britanniques utilisaient des soldats de la Hesse entraînés de manière classique, se déplaçant et combattant en colonnes, tandis que les Américains recouraient souvent à la tactique de la guérilla qu'ils avaient appris du combat avec les Indiens d'Amérique. En utilisant une telle tactique, les colons ont été accusés par leurs adversaires de ne pas combattre loyalement. Est-ce que cela ne fait pas écho aux nuances des justifications d'Israël : "ces combattants du Hezbollah ne se battent pas loyalement."

Comme d'habitude, l'exceptionalisme américain et israélien gouverne notre époque. Vous pouvez aussi l'appeler la norme double.

La guérilla n'est pas originaire de ceux qui se battent contre l'occupation israélienne. Elle a grandi de la nécessité de trouver une stratégie pour user un adversaire plus puissant qui occupait votre pays, votre terre et vos maisons. Regardez son succès quand il fut utilisé par les Vietnamiens contre les Français et les Etats-Unis au Viêt-Nam. Évidemment ces pays avec de grandes armées et la technologie la plus moderne doivent diaboliser une telle stratégie parce que c'est une stratégie efficace. C'est la meilleure stratégie trouvée jusqu'à présent qui permettra aux gens occupés de résister et vaincre un adversaire plus fort.

Pour diaboliser la guérilla, ceux qui la pratiquent doivent être diabolisés. Comment cela est-il fait ? Premièrement, appelez les combattants "terroristes" plutôt que guérilleros ou partisans ou simplement combattants ou soldats. Deuxièmement, accusez-les d'utiliser des civils innocents comme protections. Troisièmement, soutenez que n'importe quel civil qui soutient les guérilleros n'est plus "innocent" et est donc une cible potentielle. Quatrièmement, répétez l'annonce ad nauseum que la victime est l'agresseur et que l'envahisseur agit dans l'autodéfense. Nous y reviendrons ci-dessous.

L'entrée avec une armée massive et combattant porte à porte, comme les Américains ont dû faire en Irak, n'était pas une stratégie viable parce que le plan de guerre d'Israël était de durer trois semaines, faire autant de dégâts que possible à l'infrastructure libanaise, infliger autant de pertes humaines que possible et partir, comme il avait été convenu avec les Américains à l'avance. Donc d'autres mesures ont dû être utilisées. Que ces mesures aient entraîné la mort de civils innocents n'a pas importé à Israël. Il est bien connu que la vie d'un goy ne vaut rien comparé à la vie d'un Juif et si ce goy se trouve être un Arabe à tabasser...

De plus, l'utilisation de bombes à fragmentation contre des civils l'été dernier n'était pas la première fois qu'Israël faisait exactement la même chose. Comme le mentionne l'article, les bombes à fragmentation ont été utilisées contre des civils dans l'invasion du Liban de 1982 par Israël, provoquant une telle atrocité internationale que le président américain Reagan a été obligé d'arrêter l'expédition des bombes en Israël pendant une période. Où était le tollé international cette fois-là ?

Cette même invasion en 1982 a aussi vu le criminel de guerre israélien Ariel Sharon permettre les massacres à Sabra et Chatila, un autre incident qui révèle les vraies intentions des Israéliens vis-à-vis des civils arabes. Et si vous avez besoin de plus d'exemples, vous n'avez qu'a regarder le massacre en cours des civils palestiniens dans les Territoires Occupés. La guerre aux civils arabes par les Sionistes est en cours depuis que le projet sioniste a été annoncé à la fin du 19ème siècle. Israël a été fondé sur une guerre contre des civils - incluant massacres et déportation obligatoire.

Bien sûr les Israéliens se donnent toujours beaucoup d'échappatoires afin que la presse occidentale puisse les présenter dans la meilleure lumière. On le connaît aussi comme le mensonge. Ils prétendent qu'Israël a largué des prospectus avertissant les civils à partir. Les villages étaient vides, disent-ils. Les gens avec de meilleures mémoires se rappelleront les hommes, femmes et enfants libanais qui ont été abattus par l'IDF après l'avertissement pour sortir de leurs villages pendant la guerre l'été dernier. Tandis que les Libanais se déplaçaient le long des routes de la ville, ils ont été attaqués et assassinés. Donc peu importe ce qu'Israël dit ou fait, leurs actions sont blanchies dans la Presse et leurs adversaires meurent.

© Unknown

Une bombe à fragmentation larguée par Israël au Liban pendant la guerre de l'été 2006.

Un autre point sur l'utilisation israélienne de bombes à fragmentation contre des civils est que ces 1.200 des bombes ont été larguées dans les trois derniers jours de la guerre. Ces bombes contenaient plus de 1 million de bombelettes. Quand ces bombes ont été larguées, Israël savait qu'un cessez-le-feu était imminent. Quel était le but militaire stratégique alors, de larguer ces bombes ? Il n'y en avait pas. Les bombes ont été larguées pour que les Libanais continuent à mourir, après que le cessez-le-feu a commencé. Et mourir, ils l'ont fait.

Depuis la fin de la guerre de l'été dernier, des équipes de déminage ont localisé 800 secteurs de bombes à fragmentation et ils ont détruit 95.000 bombelettes, a dit Christophe Clark, le gestionnaire de programmes pour le Service d'Action contre les Mines des Nations Unies au Liban...

Le taux d'accident est descendu brusquement, a-t-il dit. Directement après la guerre, il y avait plus de 40 pertes humaines par semaine; maintenant c'est environ 3 ou 4 par semaine.

Mais regardons les nombres de pertes humaines dans la guerre :

Liban-Israël
43 civils israéliens tués (Ministère des Affaires étrangères d'Israël)
51 civils étrangers tués (Sources diverses,liens sur Wikipedia)
Quelque part au-dessus de 1.000 civils libanais tués (Arutz Sheva)

Le Hezbollah dit que 250 de ses combattants sont morts.

Ainsi, pendant la guerre, 43 civils israéliens ont été tués. Après le cessez-le-feu, ces nombreux Libanais étaient tués chaque semaine par les bombes à fragmentation! Combien d'Israéliens ont été tués par le Hezbollah depuis le cessez-le-feu ? Et encore nous devons lire des déclarations comme la chose suivante :

David Siegel, un porte-parole israélien, a dit : "Israël a subi de lourdes pertes dans ces attaques et a agi comme n'importe quel gouvernement dans l'exercice de son droit à l'autodéfense."

Quand l'invasion illégale d'un autre pays avait eu un rapport avec l'autodéfense ? L'autodéfense est utilisée par les déviants au pouvoir pour manipuler la population civile du pays dans le soutien de guerres à l'extérieur de ses frontières.

Quels droits les gens du Liban avaient-ils pour "agir comme n'importe quel gouvernement dans l'exercice de son droit à l'autodéfense?" Les Libanais ont subi pendant la guerre plus de vingt fois le nombre de pertes humaines civiles que les Israéliens. Avaient-ils "20 fois" le droit ? Non, ils n'avaient aucun droit du tout.

Les remarques comme faites ci-dessus par David Siegel sont incontestées dans le "New-York Times". La majorité des pertes humaines libanaises était des civils; la majorité des pertes israéliennes était des soldats. Clairement, la cible du Hezbollah était l'armée opposée; la cible des Israéliens était des civils. Il ne faut pas être grand clerc pour être capable de le voir. Mais, bien sûr, les équipes de la propagande israélienne omniprésentes sont toujours prêtes à nous dire comment penser et nous instruire sur les morales pathologiques.

Nous avons discuté ci-dessus comment un envahisseur et un occupant puissants doivent se battre contre l'idée même de guérilla comme une forme légitime d'autodéfense parce que c'est la stratégie adoptée par les adversaires plus faibles qui leur permettent d'user et vaincre un adversaire plus puissant.

Le professeur de droit de Harvard Alain Dershowitz est un des propagandistes les plus virulents dans cette guerre d'idées. Dershowitz, l'homme qui fut rapide à réagir après l'attaque menée par le Mossad contre les Etats-Unis le 11 septembre 2001 pour soutenir l'utilisation de la torture contre les "terroristes" – de la sorte arabe, bien sûr, pas la sorte israélienne - offre maintenant son argument "moral" parallèle à la défense du meurtre des civils libanais. C'est récapitulé ici par un de ses supporters :

Dershowitz met en doute deux suppositions qui sont à la base du dilemme que présente Walzer. La première est si les civils qui incitent des terroristes peuvent être absous simplement parce qu'ils sont 'exploités'. S'ils sont tenus responsables, ils ne peuvent pas être correctement appelés des civils. De plus, il met en doute que la responsabilité de la mort des civils se trouve principalement avec l'armée israélienne et pas avec les terroristes intégrés.

La nature même de la guérilla nécessite une coopération proche entre le peuple occupé et ceux qui se battent pour sa libération. Cette coopération permet aux combattants de se fondre dans le paysage, de devenir invisibles. Mais gardez s'il vous plaît à l'esprit le contexte pour une telle stratégie : votre pays a été envahi et occupé par une puissance étrangère armée avec une puissance et une technologie écrasantes. La guérilla n'est pas la stratégie de l'envahisseur. Cela ne peut jamais fonctionner parce qu'il n'y a pas de connexion proche entre l'envahisseur et le peuple. Cela ne peut pas être. Imaginez-vous dans leur position. Imaginez que votre propre pays soit occupé ou bombardé par un adversaire qui a des armes énormément supérieures tant en nombre qu'en technologie.

En effaçant un tel contexte important de la discussion, en refusant de l'adresser, les propagandistes érigent une image fausse, un homme de paille. Mais, alors, c'est leur travail.

Dershowitz commence en présentant le consensus général : l'armée doit faire tout en son pouvoir pour limiter les pertes humaines civiles et que dans un cas où il y aura inévitablement des pertes humaines civiles, ces pertes humaines doivent être "proportionnées" aux pertes humaines qui seraient empêchées par l'action militaire.

Pourtant, après la reconnaissance de ce principe, il trouve rapidement une façon de s'en débarrasser.

Quoique Dershowitz reconnaisse ce principe, il met en doute si ces règles de guerre doivent s'appliquer aux entités militaires dévoyées qui n'ont aucune règle morale d'engagement.

Ici nous voyons le diabolisation des soldats guérilleros. Ils sont "des entités militaires dévoyées"! La stratégie entière de la guérilla est dénoncée comme étant sans "règles morales d'engagement", ce qui est exactement ce dont les Anglais se plaignaient quand les colons américains utilisaient de tels moyens il y a plus de 200 ans! Que sont alors les règles morales d'engagement ? Deux armées se battant sur le champ de bataille et le bombardement des villes de chacun depuis les airs, peut-être ? Pouvez-vous voir la perspective déviante ici ? La légitimation de la stratégie des puissants contre le faible, de l'envahisseur contre l'occupé ?

La justification déviante continue :

Le Hezbollah et d'autres groupes terroristes exploitent des civils à leur propre avantage. En effet, le Hezbollah bénéficie militairement des pertes humaines israéliennes et politiquement des pertes humaines palestiniennes.

Le Hezbollah, revendique-t-il, bénéficie des pertes humaines des deux côtés! Voyez comment ils sont "inhumains"! La logique implique que s'ils profitent des deux, ils veulent les deux, ils choisissent des stratégies pour augmenter les deux. Bref, ils sont violents, bellicistes et sanguinaires.

L'argument se termine avec ceci :

Ainsi, Dershowitz argumente que nous devons reconnaître que "l'usage impropre des civils comme protections et épées exigent une réévaluation des lois de la guerre."

En effet, une "réévaluation des lois de la guerre", celle qui rendrait illégale la guérilla, empêchant n'importe quel peuple occupé de se battre contre un oppresseur puissant qui occupe leur pays! Juste ce que veut l'Axe du mal ziocon!

Évidemment, les pathocrates ont appris une leçon importante de leur défaite au Viêt-Nam. Ils ont compris qu'ils doivent se battre avec la même idée du droit d'un peuple pour résister à l'occupation étrangère en diabolisant une stratégie qui s'est avérée couronnée de succès dans une telle lutte. Après la victoire vietnamienne et la libération de leur pays, la campagne idéologique contre "le terrorisme" a commencé sérieusement. Pour effacer la question, des opérations de faux drapeau ont été entreprises par des agences de renseignement diverses, en particulier le Mossad, pour créer la menace "terroriste" moderne et implanter la crainte et la haine envers les Arabes dans les populations de l'Europe occidentale et l'Amérique du Nord. On a donné le combat pour "la démocratie" et le besoin "de nous défendre de ceux qui détestent nos libertés" comme la justification idéologique pour les guerres d'occupation futures. La diabolisation de la stratégie de la guérilla a été entreprise pour supprimer les moyens les plus efficaces pour un peuple de résister à l'invasion et à l'occupation étrangères.

Très net.

Il y a un aspect final à cette bataille idéologique : elle permettra maintenant à l'Axe du Mal sioniste de récrire "les règles morales de la guerre" pour leur permettre ouvertement et "moralement", de tirer sur les populations civiles. Ce combat contre les civils a déjà commencé sur le terrain. Plus de 650.000 civils irakiens sont morts depuis le début de l'invasion de l'Irak par les Etats-Unis. Plus d'un million d'Irakiens, surtout des enfants, sont morts dans la période entre la première Guerre du Golfe et l'invasion de mars 2003. Chaque jour, des civils palestiniens sont tués par l'IDF dans leur purification ethnique de la Palestine au cours de leur marche guerrière vers la création "de l'état d'Israël au complet".

Mais ne pensez pas que cette guerre aux civils, cette guerre contre vous et moi ayant lieu quelque part "là-bas", s'arrêtera là. C'est le masque derrière lequel est préparée une guerre à tous les gens normaux par les leaders déviants de notre monde. Nous sommes ceux qui sont toujours sacrifiés, que ce soit sur les champs de bataille, dans leurs camps, en raison de leurs embargos ou maladie ou famine. Dans les pays de l'Europe occidentale et en Amérique du Nord, "la guerre au terrorisme" est utilisée comme l'excuse pour enlever des droits durement gagnés et installer la base pour "apporter la guerre à la terreur au pays".

Cela ne va qu'empirer.

Pour répondre à la question posée dans le titre de cet article, ils pensent que nous sommes très stupides. De toute évidence nous devons comprendre leur plan qui est exposé au grand jour. Il peut être rassemblé et mis en lumière. Cependant, les pathocrates pensent que nous sommes trop stupides pour le faire et si nous le faisons, que nous sommes trop stupides pour en faire quoi que ce soit.

Prouvons leur qu'ils ont tort.

You are visitor number .