Un article par
Laura Knight-Jadczyk


Nouveau forum en français !


Les Editions Pilule Rouge


Guide Rapide des Signes

Cassiopée ? Forum de questions et réponses


Les Editions Pilule Rouge
Nos livres en français!


Nos Articles

Nouveau ! Programmes, tampons et "Esprit du prédateur"
- Laura Knight-Jadczyk

Nouveau ! Le résultat de l'impact du Dryas récent et les cycles de catastrophes cosmiques – les climatologues se réveillent
- R.H.

Nouveau SOTT Focus ! Pendant que les Européens sont en vacances, les Américains triment
- Marie Cocco

Nouveau SOTT Focus ! Comment créer la réalité de la "War on Terror" - guide pratique
- Joe Quinn

Nouveau SOTT Focus ! Des squatters sans conscience
- Henry See

Nouveau SOTT Focus ! Si le sociopathe habite à côté - montez à l'étage
- Keit

Nouveau ! L’Amérique fasciste, en dix mesures faciles
- Naomi Wolf, The Guardian

Nouveau ! Michael Topper à propos du Harcèlement
- Michael Topper

—SOTT

Virginia Tech – Le tueur était-il programmé mentalement
- B.K.

L'hypocrite Tony s'attaque à Téhéran
- Joe Quinn

La pression pour la paix et la "Pâque juive"
- Joe Quinn

Oubliez le réchauffement planétaire : nous sommes au bord de l’extinction !
- Laura Knight-Jadczyk & Henry See

Une vérité qui dérange
- Henry See

Piratage de la Démocratie
- Henry See

La main cachée derrière l'affrontement entre Hamas et Fatah
- Joe Quinn

Encore Des Absurdites « Al-Qaïda » Du Gang Bush
- Joe Quinn

Fascisme galopant: La France interdit à ses journalistes de rapporter la violence

Amir Peretz et la foi fondée à l'école de la politique
- Laura Knight-Jadczyk

Encore Des Absurdites « Al-Qaïda » Du Gang Bush
- Joe Quinn

Nous chutons tous
- Joe Quinn

D'Israël à Bush par l'entremise de la BBC et de CNN : Attaquez l'Iran -- sinon…
- Joe Quinn

Une Question Légale
- Henry See

Le Futur
- Steve McFarland

A quel point pensent-ils que nous sommes stupides?
- Henry See

Le Mythe Des Attentats Suicide Palestiniens
- Joe Quinn

Rassembler en un lieu tous les juifs
- Joe Quinn

Le MI6 et les médias - les manipulateurs de l'esprit
- Joe Quinn

Litvinenko - Par la tromperie
- Joe Quinn

Litvinenko - Par la tromperie 2
- Joe Quinn

La capture, le procès et la condamnation de Saddam Hussein – Une autre farce du renseignement américain
- Joe Quinn

La mystique contre Hitler
- Laura Knight-Jacdzyk

Les Bush et Le Roi Perdu
- Laura Knight-Jacdzyk

Bush révèle sa véritable politique iraquienne : le massacre de civils iraquiens
- Joe Quinn

Donnez leur un 5 novembre qu'ils n'oublieront jamais
- Télécharger des affiches Signs of the Times

Le sionisme et le président iranien
- Joe Quinn

Une planète au bord de l'anarchie?
- Joe Quinn

De l’Holocauste à l’Armageddon
- Joe Quinn

Ensemencement de graines de guerre civile
- Joe Quinn

Le racisme, pas la défense, au coeur de la politique israélienne
- Joe Quinn

Commentaires
- Signs of the Times

Commentaires des Signes 23 fev 2004 , 14 &15 Mar 2004

Supplément des Signs: Armes Ethniques Spécifiques

Supplément des Signs: L'Assassinat de JFK

HITLER : Tel que le Peuple Allemand Le Connaît

—Série JFK—
Laura Knight-Jacdzyk

John F. Kennedy, le Pétrole et la Guerre à la Terreur

John F. Kennedy, le Services Secrets et les Riches Texans Fascistes

John F. Kennedy et la Conspiration Monolithique et Impitoyable

John F. Kennedy et les Titans

John F. Kennedy et les Cochons de Guerre

John F. Kennedy et la Psychopathologie de la Politique

John F. Kennedy, J. Edgar Hoover, le Crime Organisé et le Village Mondial

John F. Kennedy et tous ces "ismes"

Sim City et John F. Kennedy

Le Gladiateur : John Fitzgerald Kennedy

Les Débris de l'Histoire

—11 septembre

Jim Hoffman – Attrape-nigaud pour les Chercheurs de Vérité du 11 septembre - Joe Quinn

L'ADMINISTRATION BUSH ET le 11 SEPTEMBRE: 100 RAISONS DE DISSIDENCE

La Cinquième Colonne

Commentaires sur l'attaque du Pentagone

Les récits de témoins oculaires du crash du Pentagone ne riment à rien

Le Mossad et les Sociétés de Déménagement

Mahmoud Ahmad et le Culte Secret

Commentaires sur l'attaque du Pentagone

—Ponérologie & Psychopathie—

Ponérologie Politique : une Science sur la Nature du Mal adaptée à des Buts Politiques

Le Paysage Intérieur du Psychopathe de Herve Cleckley

Le Psychopathe - Le Masque de Santé Mentale

Le Culte le plus dangereux dans le Monde - Laura Knight-Jadczyk

L'Idée la plus dangereuse dans le Monde - Laura Knight-Jadczyk

"Culture officielle" en Amérique:
Un Etat Naturel de Psychopathie?

Exposé Greenbaum

Contrôle des Mots, Contrôle des Pensées, Contrôle du Monde

La Bible déconstruite

Le Livre Q et les Origines Chrétiennes

La Véritable Identité de Fulcanelli, les Quatre éléments et Le Code Da Vinci

Qui a écrit la Bible et pourquoi?

—Les catastrophes
cycliques—

Jour d'Indépendance

Le Monde Arrive-t-il à sa Fin?

Est-ce que notre Soleil a un compagnon sombre?

—Les mystères—

Extraits de l'Histoire Secrète du Monde

Introduction à La Science antique

La chimie de l'alchimie

Réalité hyperdimensionnelle

Qui a écrit la Bible et pourquoi?

La Véritable Identité de Fulcanelli et Le Code Da Vinci

 

Les portails organiques ? L' "autre" race - 1ère partie

Prédateur Spirituel – Prem Rawat alias Maharaji - Henry See

Qui parle au nom de la Vérité?

Chronologie de Cointelpro Cosmique 11, 12

Etoiles déchues

Un gouffre dans le coeur - John Kaminski

Le Jeu Global du Survivant: Les Quatre Prochaines Années de l'Amérique

La Bête et Son Empire

La Haute Étrangeté des Dimensions et le Processus d'Enlèvement Alien

Schwaller de Lubicz et le Quatrième Reich
2, 3, 4

La face obscure du Tibet

Jupiter, Nostradamus, Edgar Cayce, et le Retour des Mongols
1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13

Vérité ou Mensonge
1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
, 7a, 7b

Ouspensky, Gurdjieff et les Fragments d'un Enseignement inconnu

Picknett et Prince sur les Cassiopéens

Le Crop Circle de Chibolton et les Cassiopéens sur les Crop Circles

Jour D'Indépendance - KAH

Les portails organiques ? L' "autre" race - 2ième partie

L'Affaire OVNI de Morris Jessup

Meilleurs voeux pour un monde heureux

Tyrannie du pouvoir executif

Le Matériel sur l'Aéroport de Denver

Les ETs et COINTELPRO cosmique

Pourriel Cosmique

Discernement ou Machiavel et les ET

Discernement 2: Le Monde est pénétré de malignité

St. Malachie et le Travail du Soleil

Les Compagnons du devoir de Liberté

Ascension

L'Onde

l'Onde: Chapitre 27

La Connexion Française


Adventures with Cassiopaea

Quantum Future Physics

Signs of the Times

The Wave


Nous vous proposons aussi les sites :

Alchymie.net



Le Jeu Global du Survivant (*): Les Quatre Prochaines Annes de l'Amrique

Traduction franaise: Henri R.


"Nous ressentions tous la mme chose, les mmes bonheur et joie. Les choses s'amlioraient. Je crois qu'aucun homme d'tat n'a jamais t autant aim que Adolf Hitler l'tait alors. Tout cela refluait sur moi. C'tait des jours heureux." [Une fermire allemande, Luise Essig, se rappelant la vie en Allemagne Nazie.]

Le 5 Novembre 2004: Comme je l'crivais dans mon ditorial de Halloween, l'histoire de l'ascension d'Adolf Hitler est l'unique histoire la plus importante du 20e sicle. Avec cet vnement, en moins d'une vie, un des pays les plus civiliss en Europe fut rduit la ruine morale, physique, et culturelle. Le reste du monde fut presque englouti dans ce trou noir du mal.

En 1951, presque la moiti des citoyens de l'Allemagne qui ont rpondu un sondage d'opinion public, disaient que la priode entre 1933 et 1939 tait l'poque durant laquelle les choses en Allemagne taient les mieux qu'ils avaient jamais eues durant toute autre priode dans l'histoire. [Herbert, Ulrich, Life in the Third Reich (Vie dans le Troisime Reich)]

Pour la majorit de la population allemande, l'image du nazisme tait celle de la rduction du chmage, le boom conomique, la tranquillit et l'ordre et PAS la terreur et le meurtre de masse. Ces crimes furent commis par leur gouvernement contre "quelqu'un d'autre" et trs catgoriquement cachs ou justifis par la propagande.

A la fin de la Seconde Guerre Mondiale, plus de 65 millions d'tres humains taient morts et presque un tiers de la Terre tait inhabitable.

Comment se peut-il que la moiti du peuple d'un pays qui tait presque totalement dtruit dans une guerre, peroive tous les vnements menant cette guerre comme "les mieux qu'ils eurent jamais?" Comment percevaient-ils S'ILS les percevaient du tout les morts de 65 millions d'autres tres humains? Comment justifiaient-ils le fait que leur propre culture tait partie pour toujours?

Beaucoup d'observateurs de la prise du pouvoir nazie en 1933, et les Nazis eux-mmes, soulignaient la nature "pacifique" et "dmocratique" de la "Rvolution Allemande". En 1933, l'Allemagne ne s'est pas effondre, il n'y a pas eu de guerre civile, l'arme n'est pas intervenue, les trains partaient l'heure, et il n'y avait pas de violence grande chelle accompagnant la prise de pouvoir d'Hitler. Ce fut seulement aprs que les Nazis furent finalement capables de prendre le contrle de tous les ministres et des quartiers-gnraux de police travers l'Allemagne que la campagne de terreur comment.

Les opposants aux Nazis furent rassembls et emmens dans des camps provisoires tablis dans de vieilles usines ou entrepts, et beaucoup moururent sous la torture.

Les communistes de l'Allemagne essayrent de protester contre l'intensification de la dictature fasciste dans la ville de Breslau (maintenant Wroclaw, en Pologne) un matin. Sitt que les manifestants paisibles s'assemblrent, environ 500 soldats d'assaut nazis marchrent travers la place. Ils essayrent de provoquer les manifestants la violence de manires similaires ce que la police de New York a rcemment fait aux manifestants anti-guerre durant le RNC (Republican National Committee) . A Breslau, la violence surgit quand la police commena tirer sur les manifestants, et ce fut utilis comme raison pour bannir les Communistes et tous les rassemblements comme une "menace l'ordre public". Ce soir-l, les Nazis clbrrent leur victoire sur les Communistes en installant une norme dmonstration eux. Plus de 50000 personnes sur la place de la plus grande ville en Allemagne de l'Est devint une mer de drapeaux svastika et de colonnes en marche de soldats d'assaut chemises brunes.

Cela nous rappelle immdiatement l'incarcration de ceux qui se sont opposs Bush et ont manifest contre lui pendant la campagne lectorale; cela nous rappelle Guantanamo. Nous disons que cela "nous rappelle" cette actualit pas parce qu'emprisonner des protestataires dans des cages est directement comparable avec les fusiller, mais parce que quand nous regardons l'volution du dissentiment politique aux Etats-Unis aujourd'hui, nous voyons qu'elle se dplace dans la direction de la rpression de plus en plus brutale. C'tait il n'y a pas si longtemps, en 1970, que la Garde Nationale a abattu quatre tudiants l'Universit d'Etat de Kent. La mentalit de sige de l'Administration Nixon est semblable la mentalit de l'quipe de Bush. La campagne de cette anne a t marque avec les "zones de libert de parole" oxymoroniques o les gens qui n'taient pas d'accord avec Bush ont t interdits d'accs dans des secteurs o ils n'auraient jamais t vus par le prsident.

Le symbole de la libert de parole limite des secteurs spciaux entours de fil de fer barbel devrait faire que chacun se lve et prte attention.

Le fait est que longtemps avant que l'on n'ait officiellement dclar que l'Allemagne ait t un "tat d'un parti", l'activit politique ouverte dirige contre les Nazis en tait venue un arrt brutal.

Le terme "Libral" pourrait tre utilis pour dcrire tant les Gauchistes que les Communistes de l'Allemagne qui taient les cibles des Nazis. Les Gauchistes de l'Allemagne taient connus comme les "Sociaux-Dmocrates." Ceux-ci taient en grande partie des syndicats, des organisations d'ouvrier, etc. qui soutenaient le parti Social Dmocrate ou le Parti communiste. Il y eut l'encouragement "par la porte de service" par le gouvernement Nazi pour la violence contre la "Gauche". La police, ayant t soumise une propagande sans fin, voyait les communistes et les syndicats comme le "mal". Inquiets de faire bonne impression sur leurs nouveaux matres, pour tre promus et le plus certainement, pour ne pas terminer dans un camp de dtention eux-mmes, ils ont t facilement manipuls pour agir contre leurs concitoyens de centaines de manires illgales. Les cours de justice, de la mme faon "sous pression", ont agi en faveur des vux du gouvernement et "l'ordre public" est devenu "ce que les Nazis voulaient, les Nazis l'obtenaient." Les mmes rgles obtenues pour la majorit des journaux. La presse de gauche a t supprime et au moment des lections en Allemagne, la Gauche avait t vince de la vue publique.

Les membres principaux des partis de gauche ont t arrts tandis que les diverses polices et formations nazies ont commenc coordonner leurs activits. Aprs l'lection, les Nazis ont tourn leur attention traquer et dtruire les partisans des partis de Gauche et Libraux maintenant souterrains. Les supports de la Sociale Dmocratie allemande qui avaient t impressionnants, qui avaient rsist aux attaques de Bismarck pendant cinquante ans, ont t dtruits petit petit.

La campagne contre la Gauche et les Libraux fut d'autant plus efficace cause de sa nature ambigu. Il n'y eut pas une confrontation unique, dcisive. Elle fut effectue tant l'intrieur qu' l'extrieur de la structure lgale existante, juste comme nous voyons ce qui se passe aux Etats-Unis aujourd'hui. Les Gauchistes et les Libraux ont essentiellement fait face ce qui tait des attaques apparemment "spontanes" "de bandes en maraude" de Nazis de mme que les bandes en maraude des Bushistes rdent sur Internet et dans les rues des Etats-Unis. Ces types d'attaque sont tout fait efficaces parce que, essentiellement, le pouvoir de l'tat se trouve derrire eux.

Les analystes suggrent aujourd'hui que mme si la Gauche et les Communistes avaient t unis, ils n'auraient pas prvalu parce qu'une fois que les Nazis et leurs conservateurs contrlaient les organes d'tat de pouvoir, de mme que Bush et son quipe prsent, la police et l'arme taient utilises efficacement pour liminer l'opposition.

Si l'histoire de la prise du pouvoir nazie nous apprend quoi que ce soit, c'est qu'il y a peu de choses que les Libraux puissent faire pour arrter un mouvement de droite puissant qui a un support massif - ou a cr l'illusion du support massif des allis en places puissantes (comme les mdias) et le contrle de l'appareil de rpression de l'tat.

Bien sr, les Libraux de Gauche n'taient pas les seules cibles des Nazis : il y avait les Juifs, comme aujourd'hui il y a les Musulmans. Cela devrait tre clair, cependant, que l'attaque des Juifs de l'Allemagne a pris la deuxime place derrire les attaques de la Gauche.

Le Troisime Reich tait seulement capable de s'tablir et de se maintenir en tant dans un tat d'urgence perptuel. Et surtout, ils visaient les "Libraux". Il semble qu'un libral alors et maintenant est quelqu'un qui estime la vie des humains, mme si cet humain est diffrent. Ainsi, quand vous commencez incendier les Libraux, les Communistes et la "Gauche", la seule conclusion qui peut en tre tire est que vous tes un Fasciste - un Nazi.

Les activistes nazis taient gnralement jeunes, la grande majorit d'entre eux avait moins de 30 ans et tait des hommes. La plus grande proportion d'entre eux tait des ouvriers et habituellement au chmage.

L'activisme nazi, comme le no-conservatisme d'aujourd'hui, tait principalement une conservation masculine qui louait les vertus "masculines" de duret et d'tre "debout sur sa terre". Les Nazis taient capables de canaliser le comportement violent de jeunes hommes dans la politique intrieure. Le jeune homme, pour prouver sa virilit, trouver le nirvana dans le nationalisme radical. Cela nous dit que le comportement nazi, loin d'tre provoquant ou les "frustrations personnelles" des individus de natures naturellement violentes, a t en ralit fond sur des valeurs sociales dans la ligne du courant dominant. Pensez comment aujourd'hui l'lection de Bush est tourne comme la victoire des "valeurs morales".

Une des choses qui ont permis la prise de contrle nazie tait le chmage massif, comme nous avons vu aux Etats-Unis ces dernires annes. Les chiffres rels pour le chmage sont devenus si effrayants que le gouvernement a en ralit arrt de compter et de les annoncer il y a deux ou trois ans.

La combinaison du chmage massif, l'effondrement des traditions, et une culture qui embrassait des valeurs violentes, agressives, a soulev le mouvement Nazi en ordre trs court - au sommet de la pyramide.

Il est important de noter que l'on n'a pas donn "les cls du royaume Hitler" par la violence. Hitler avait vu la folie de confronter ouvertement l'ordre public en 1923. Les Nazis ont t ainsi commis l'obtention du pouvoir par des "moyens lgaux," mme si ces moyens ont seulement sembl tre lgaux. De la mme manire, Bush a gagn le pouvoir en feignant de le faire "lgalement", de l'lection vole de 2000 l'lection "truque" de 2004.

Les Nazis ont promis un changement radical en arrire vers les valeurs traditionnelles qui ont fait appel tant la classe infrieure brute qu' la classe moyenne inquite. Les S.A. ont fait appel aux jeunes hommes qui avaient besoin de prouver leur virilit et qui ne pouvaient pas faire autrement - ils ne pouvaient pas mme obtenir un travail. Les Nazis ont fourni une structure hirarchique qui tait "sre" et qui a distribu des uniformes attirants ceux qui ont estim que leurs vies n'avaient pas de signification ou de direction.

En utilisant la propagande pour crer un "homme de paille" dans le Marxisme et le Communisme, les Nazis ont jur de rtablir l'ordre public qui avait t perturb par les mchants Cocos. Cette position d'utiliser la violence pour la dfense de l'ordre est un des paradoxes centraux du mouvement Nazi. C'tait "l'attraction" de cette idologie qui a permis aux Nazis d'attirer un support massif et de consolider le pouvoir rapidement.

En effet, la politique de la violence a jou un rle clef dans l'ascension des Nazis, mais ils savaient que c'tait un serpent dangereux nourrir en son sein. Une fois que la dictature a t tablie, ceux qui aidrent la consolidation du pouvoir ont t impitoyablement purgs.

Les Nazis russirent convaincre les gens qu'ils pourraient fournir un emploi accru et rduire la pauvret. Ils ont gagn la popularit par l'introduction de l'Arbeitsdienst (le Service du Travail) et en tablissant des organisations spares pour les femmes et les enfants. Le programme "La Force par la Joie" qui fournissait des vacances bon march, empaquetes, tait une grande attraction.

Pendant presque une dcennie aprs 1933, Hitler a joui d'une popularit remarquable parmi la majorit du peuple allemand. Le caractre propre d'Hitler - bizarre dans quelques cas, mdiocre et dsagrable dans d'autres - fait peu pour expliquer son magntisme et son attrait populaire. On peut dire la mme chose pour George Bush dans le prsent. Environ la moiti de la population des Etats-Unis le voit comme "l'idiot du village," et l'autre moiti le voit comme un "leader hroque" dans un temps de grande crise.

L'Allemagne a prouv un choc pouvantable avec sa dfaite pendant la Premire Guerre Mondiale. La confusion politique qui a suivi pendant un certain nombre d'annes a prpar la terre pour l'idal d'un "leader fort" se manifester. Dans un sens, l'Amrique a prouv l'exacte mme dynamique, quoique dans un ordre quelque peu diffrent d'occurrence. Nous pourrions mme suggrer que cela ait t projet et dlibr, pour ne pas dire excut avec astuce. Pensez tout le gmissement et la torsion de main qui a continu parmi les experts aprs "l'Amrique a perdu au Vit-Nam". Cette "dfaite" installe la scne pour Reagan et son invasion de Grenade et l'attaque sur la Libye. L'Amrique tait forte de nouveau! Aprs le 9/11, les Amricains se sont sentis vulnrables et cette vulnrabilit a t vente et chauffe par les Bushistes pour devenir la flamme de la vengeance en Afghanistan et en Irak.

Dans les annes 1930, la perception de l'chec de la dmocratie et la crise mortelle de la situation politique (nous pouvons voir des comparaisons avec l'Amrique ici aussi), a lev l'ide d'un besoin pour un hros. ce moment dans le temps, un homme prtendait qu'il tait ce hros - et c'tait accept par des nombres croissant de gens. Hitler a dclar que lui et lui seul, pourrait rveiller et revivifier l'Allemagne.

Les dbuts du "Culte de la Personnalit d'Hitler" remontent aux annes 20, bien qu'Hitler ait seulement graduellement tabli son autorit inconteste dans le parti. L'introduction en 1926 des obligatoires "Heil Hitler" comme la salutation et le salut parmi les membres du parti tait un signe extrieur de leurs liens avec leur leader. Le parti employait des images religieuses et la rhtorique comme procdure standard.

Avant 1930, le Culte de Hitler avait seulement quelques centaines de milliers de disciples. Mais, avec la perce du parti nazi dans les lections de 1930 (pensez la perce des noconservateurs aux Etats-Unis), le culte du Fhrer n'tait plus "marginal".

De plus en plus d'Allemands ont afflu au parti, voyant dans Hitler le seul espoir pour une sortie de la crise. De tels gens taient des victimes volontaires du mythe d'Hitler. Un nouveau membre du parti a crit, aprs l'audition d'Hitler parlant pour la premire fois : "Il y avait seulement une chose pour moi, gagner avec Adolf Hitler ou mourir pour lui."

Mme pour la vaste majorit des Allemands qui n'taient pas encore tombs sous le charme, il y avait l un sentiment croissant que seulement Hitler pourrait rsoudre leurs problmes. Ces ides furent encourages par la propagande dans les mdias et les "vnements" bien organiss. De nouveau, cela nous rappelle George Bush et comment il a t supervis par Karl Rove. Hitler, comme Bush, a polaris le peuple allemand entre la haine amre et la dvotion extasie.

Dans son image publique, Hitler tait un "homme du peuple." Ses "origines humbles" ont soulign le rejet de privilge et du vieil ordre strile." Il tait dpeint comme fort, intransigeant et impitoyable. Cela ressemble beaucoup la propagande pour Dubya.(1)

L'image d'Hitler incarnait de vraies vertus : courage, virilit, intgrit, fidlit, dvotion pour la cause et s'opposait aux faiblesses effmines des "vieilles voies." Eh bien!, cela ressemble Arnie et sa raillerie des "hommes effmins", pour ne pas mentionner la remarque sur la "Vieille Europe" de Rummy.

Surtout, Hitler reprsentait la lutte entre le bien et le mal - l'Allemagne avait des "ennemis extrieurs puissants" qui cherchaient la dtruire. De nouveau, cela ressemble George contre Al Qaeda et le terrorisme en gnral.

Mme aprs avoir tre nomm Chancelier en 1933, la plupart des Allemands taient toujours hostiles envers lui. Dans les rangs des "Gauches", la haine pour Hitler et tout ce qu'il signifiait ce qui, comme il se trouve, tait exact tait brlante. Juste comme c'est le cas avec George Bush, les attitudes envers Hitler au dbut de 1933 ont t tout fait polarises et souvent incontestablement ngatives.

La question devient alors : Comment, dans un temps tonnamment court, le Culte du Fhrer s'est-il tendu pour inclure la plupart de la population allemande ?

Certainement, beaucoup de citoyens Allemands avec des doutes graves sur Hitler dsiraient lui donner une chance. Aprs tout, qu'avaient-ils perdre ? Les choses ne pouvaient pas devenir beaucoup plus mauvaises. Compar avec ses prdcesseurs pathtiques, Hitler semblait avoir la force et l'impulsion pour "que le travail soit fait." Ressemble plutt Dubya tout le temps.

O le reste du monde a eu tort tait dans la sous-estimation grossire d'Hitler. De grands segments de la population allemande lui ont donn un soutien rticent ou condescendant. Parce qu'il tait capable de matriser certains problmes accablants dans un temps court, ce support tide tourna l'enthousiasme irrsistible.

Pourquoi ?

Parce que Hitler incarnait un consensus idologique dj bien tabli et vaste. Les lments de ce consensus taient l'anti-marxisme virulent et le besoin peru d'un contrepoids puissant aux forces de la "Gauche Librale" qui avait reprsent par la propagande pendant une longue priode de temps les "maux" de l'chec conomique et militaire. La dmocratie tait vue comme le problme parce qu'un tel systme a permis d'autres partis d'exister et de fonctionner dans le gouvernement et ces "autres partis" taient la racine des ennuis de l'Allemagne. De cette propagande s'est lev un sentiment rpandu qu'un leader fort, autoritaire tait ncessaire pour gurir et protger l'Allemagne contre ses ennemis de tous les cts.

En 1933, la machine de propagande nazie avait russi tablir "l'autorit charismatique" de Hitler pas comme juste UN leader, mais LE leader pour qui la nation avait attendu.

Il devrait tre not que la propagande nazie jouissait d'un monopole virtuel dans l'Allemagne, de mme que la propagande pro-Bush jouit presque d'un monopole virtuel aux Etats-Unis. Nous pouvons nous attendre ce que le monopole soit bientt total. Ceux qui ont crit des revues moins que favorables sur les qualits de Hitler taient forcs au silence par la crainte, l'intimidation, la contrainte, et/ou mme l'incarcration. De nouveau, nous voyons un parallle dans le Reich de Bush.

En 1934, la scne a t installe pour l'tablissement rapide d'un Culte du Fhrer panoui. Et donc nous pourrions nous attendre la mme chose aux Etats-Unis MAINTENANT.

Sans aucun doute, beaucoup d'Allemands ont vu le Culte de Hitler comme flagorneur et curant, mais il a t accept parmi leurs pairs pour qu'ils soient graduellement arrivs le percevoir comme "normal". Plus que cela, Hitler avait rtabli l'ordre, l'conomie reprenait et l'Allemagne se levait par elle-mme contre ses ennemis.

Avant 1935, Hitler a t salu dans la presse nazie (et il n'y avait gure une autre presse en Allemagne) comme le "Symbole de la Nation." Il tait un "type ordinaire" qui avait travaill dur (pense George Bush et combien de fois il dit qu'tre prsident est un "travail dur") pour tablir la "libert sociale" et la "libert nationale" de l'Allemagne. Cela, bien sr, n'avait aucun rapport avec les liberts individuelles des citoyens allemands, mais plutt se rfrait la raffirmation de la puissance militaire allemande. Ca vous semble familier ?

Le message qui a t transmis comme un sous-titre tait que l'Allemagne en tant que peuple et nation, pourrait seulement avoir son identit dans la puissance militaire avec la personne du Fhrer la tte. Goebbels a ajout quelques contacts humains l'image dpeinte de Hitler : sa simplicit et sa modestie, le travail dur et l'effort pour son peuple, la matrise de tous les problmes, la duret, la svrit, la dtermination ferme dans la poursuite de buts prvoyants, etc... Ce catalogue tonnant de vertus tait combin avec le gnie politique instinctif du Fhrer et Goebbels revendiqua en 1941 que la cration du mythe d'Hitler tait son accomplissement de propagande le plus grand. On suspecte que c'est parce qu'il avait si peu pour travailler. Et, bien sr, Goebbels pourrait avoir mentionn le fait que la voie avait t pave pour lui par l'exposition constante aux valeurs d'imprialiste-chauvin enrages, pompes dans la population pendant des dcennies par une presse d'une voix nationaliste stridente (incluant le parti Social Dmocrate allemand qui tait apparu en faveur du soutien de la bourgeoisie allemande durant la Premire Guerre Mondiale, bien que les socialistes de tous les pays aient dit avant la guerre qu'ils ne lveraient pas les armes contre leurs frres dans d'autres pays). Eh bien!, a ressemble ce qui est arriv aux Etats-Unis, n'est-ce pas ?

Hitler tait vu comme l'incarnation d'une application forte et impitoyable de "l'ordre et la loi". Il reprsentait la "justice populaire" et les "valeurs saines." Sa popularit a dferl en 1933 aprs une suppression nazie brutale de la "Gauche" qui avait pendant si longtemps t reprsente comme "ennemie de l'tat."

Puis, bien sr, Hitler s'est tourn contre les membres de son propre mouvement. (Les noconservateurs devraient se rveiller ici. Vous avez t avertis.) Il a impitoyablement massacr les leaders des S.A. fortement impopulaires en juin 1934. Cet acte, en ralit, a servi liminer des lments de dstabilisation dans le rgime et a fray la voie pour les ambitions de pouvoir de l'arme et des S.S. Quand Hitler "a nettoy sa propre maison," on l'a vu comme un coup grand et moral frapp pour l'ordre public, supprimant la corruption et l'immoralit dans le propre parti d'Hitler. C'tait une manuvre judicieuse parce que Hitler a t ainsi isol de l'impopularit en croissance du parti nazi lui-mme. Il a t dpeint comme "au-dessus" des rputations souilles de ses membres de parti que l'on a vus comme de "Petits Hitlers" pleins de corruption et d'avidit, d'arrogance , d'autoritarisme et d'hypocrisie. La popularit de Hitler a t maintenue en dclarant qu'il avait t tenu dans l'obscurit des mfaits de ses subalternes, inconscients des justes plaintes de ses gens. Les chos de la raction de Bush la torture d'Irakiens Abu Ghraib ?

L'image de Hitler qui tait propage tait celle d'un homme soutenant la moralit publique parce que ses valeurs propres correspondaient aux valeurs qui taient gnralement tenues parmi la classe moyenne en Allemagne. Par exemple, le dsordre, la dpravation sexuelle, l'homosexualit, et ainsi de suite, devaient tre dtruits parce qu'ils taient immoraux non seulement aux gens, mais Hitler lui-mme.

Dans ce qui tait une inversion complte de la ralit, on a vu qu'Hitler a symbolis le triomphe des "Valeurs Normales."

Un des composants les plus importants de l'image de Hitler tait celui de l'architecte du "miracle conomique" de l'Allemagne. Beaucoup d'apologistes de Hitler nous rappellent que "malgr ses erreurs," Hitler avait rorganis et avait "sauv" l'conomie allemande. Il s'tait dbarrass du chmage et avait construit des btiments et des routes.

Oui, avant 1939, l'conomie s'tait amliore depuis l're de la Dpression. Mais la probabilit est que, puisque c'tait une dpression mondiale, et elle s'est amliore globalement en mme temps sans Hitler, elle aurait fait ainsi aussi bien l'intrieur de l'Allemagne sans Hitler.

Ce qui est intressant propos de cette perception est que les proltariats d'Allemagne n'ont pas du tout t impressionns par ce prtendu "miracle conomique." Pourquoi ? Parce que le fait est que, pour eux, le niveau de vie n'a pas chang tant que cela. Par la rpression et l'intimidation, des salaires bas et des heures plus longues, le "miracle conomique" appartenait aux socits et pas l'homme commun. Ce fut de ces classes que la rsistance a commenc se former en premier, comme nous en discuterons plus loin.

Hitler tait vu comme un modr par rapport son propre parti vis vis des institutions plus anciennes, tablies comme des glises. Par exemple, le parti nazi a essay de supprimer les vchs Protestants et les crucifix des salles de classe Catholiques en 1936. On a vu Hitler comme le "dfenseur" contre ces "lments sauvages" dans le parti. Dans cela, et dans des situations semblables, il tait capable de projeter l'image d'tre " distance" de n'importe laquelle des erreurs faites par ses cohortes. Ainsi, malgr la perte de popularit subie par le parti nazi, Hitler tait relativement intact. On a en ralit vu Hitler comme un homme pieux et profondment religieux. Cela ressemble beaucoup Dubya, n'est-ce pas ?

Une autre raison de la popularit d'Hitler tait son action presque fanatique, impitoyable et intransigeante contre "les ennemis du peuple." Cependant, Hitler russit se distancer lui-mme des brutalits publiques de ses cohortes et tait vu comme pardonnant seulement l'action lgale, raisonnable.

Il n'y a absolument aucun doute quant l'antismitisme d'Hitler qui tait une note clef de presque tous ses discours au dbut de sa carrire. C'tait le composant dominant de sa popularit pour les premiers convertis au Nazisme. Cependant, une fois qu'il eut atteint le succs lectoral, il s'est distanci de ces ides, laissant le "sale travail " ses cohortes.

Il semble clair que Hitler fut "assaini" par la propagande dlibrment. Ce que l'on ne considre pas souvent est la dichotomie entre un homme qui revendique tre le leader fort, dcisif, brillant, mais qui russit tre inconscient de ce qui se passe tout autour de lui. Mais alors, n'est-ce pas ce que la majorit de citoyens Allemands a fait aussi ? Revendiquer tre des citoyens justes et droits tandis que, tout autour d'eux, l'air tait pais avec la mort et la brutalit. Le mme peut tre dit pour les Amricains actuellement qui supportent George W. Bush qui a tu plus de 100 000 Irakiens aprs avoir "port un faux tmoignage" contre eux quant l'attaque sur le World Trade Center et les Armes de Destruction Massive.

Les dclarations publiques de Hitler sur la "Question Juive" furent en ralit moins nombreuses que la plupart des personnes imaginent. En effet, ses discours taient remplis de haine, mais cette haine tait gnralement formule dans des abstractions touchant la ploutocratie occidentale ou le Bolchevisme. Mais certainement, ces groupes dtests furent connus largement pour englober les Juifs et ainsi l'antismitisme passif a t encourag, ce qui a prt son support aux "mesures lgales" qui ont exclu les Juifs de la socit allemande. On peut voir le mme processus en Amrique avec la rhtorique remplie de haine dirige contre les "terroristes" en gnral (certainement mritant l'exclusion de la socit), tandis qu'en mme temps, il est clair que "terroriste" est presque un terme interchangeable pour "Musulman".

Hitler tait extrmement prudent de pas tre associ en public avec des actions anti-smites type pogrom impopulaire. Je pense que nous pouvons nous attendre des activits semblables en Amrique l'anne prochaine ou dans deux ans. Les ttes tomberont, certainement, parmi les membres de l'administration actuelle. Mais vous pouvez tre srs que Karl Rove s'arrangera pour tenir Bush "propre".

Plus tard, pendant la guerre, le vitriol d'Hitler contre les Juifs a t vomi dans des discours emphatiques publics toujours de plus en plus violents et finalement, il exprimait des allusions sinistres leur extermination physique. C'est que ce n'tait pas un des facteurs qui ont form les attitudes envers Hitler qui lui ont apport le pouvoir. Le fait est que, dans le prsent, Dubya n'est pas trs loin du tout d'arriver directement dire que tous les Musulmans doivent tre physiquement extermins. Cela vient. Vous pouvez en tre sr.

Le profil public d'Hitler dans l'arne des affaires trangres se trouvait en contraste complet avec la ralit. On le voyait gnralement [en Allemagne] comme un dfenseur fanatique des droits justes de la nation aux territoires "vols" l'Allemagne dans le rglement de paix aprs la Premire Guerre Mondiale, un reconstructeur de la force de l'Allemagne et un homme d'tat de gnie - auquel sa course tonnante de coups diplomatiques a sembl offrir un tmoignage suffisant. Parmi les craintes rpandues et profondes d'une autre guerre, il tait vu, incroyablement, par beaucoup comme un "homme de paix" qui "ferait tout ce qu'il pourrait pour arranger les choses paisiblement - un dfenseur des droits allemands, pas un belliciste imprialiste-racial travaillant une "guerre d'annihilation" et une conqute allemande illimite. [Life in the Third Reich]

De nouveau, ceux qui n'ont pas irrparablement perdu leur bon sens et leur capacit de raisonner seront capables de voir les parallles exacts ici entre George W. Bush et Adolf Hitler.

L'tat Nazi a affect les gens diffrents de faons diffrentes. Pour la majorit des gens, en fait, la vie tait bonne - c'est pourquoi ils ont ferm les yeux sur le fait que, pour d'autres, la vie tait terrifiante.

Puis il y eut l'image de guerre d'Hitler comme un "stratge militaire de gnie" qui roulait les ennemis de toute l'Allemagne par ses victoires d'attaques-clairs incroyables, culminant dans la capture de la France en quatre semaines.

Le problme est : un leader charismatique ne peut pas rchapper au manque de succs. La "ralisation stupfiante de victoires " de Hitler se transforma graduellement et inexorablement en dsastres et dfaites.

La popularit de Hitler n'a dclin que lentement, d'abord, mais aprs la dfaite catastrophique Stalingrad, un chec dont on a vu Hitler largement personnellement responsable, le peuple allemand a commenc se retourner contre lui en nombre de plus en plus grand.

C'est ce qui va mordre Dubya, puisque sa prtendue "mission accomplie" et "le choc et la crainte" consistent seulement en publicit et en propagande. Peu peu, la vrit de ce qui se passe vraiment en Irak et en Afghanistan filtre et viendra un moment o les noconservateurs feront une erreur fatale comme Stalingrad...

Aprs que ses checs commencrent tre nots par une populace qui se rveillait finalement - des millions de morts plus tard - les premiers "succs" d'Hitler ont commenc tre vus sous une nouvelle lumire quand la politique qui avait men la guerre en premier lieu quand la guerre tait ni voulue, ni ncessaire. Sa "forte volont" et "dtermination ferme" ont commenc tre vues comme des piges et pas des vertus. Sans autres succs proclamer, Hitler est devenu de plus en plus reclus.

Nous l'avons dj vu avec Dubya aux occasions o il a t dcouvert en erreur et critiqu publiquement. Avec reconnaissance, il a Karl Rove pour intimider la Presse, le pouvoir judiciaire, le Congrs et peu prs tout autre que Dubya veut faire taire. Bien sr, Rove fera la mme chose pour Dubya que Goebbels a fait pour Hitler : dpeindre cette absence comme la "majest distante finalement triomphante face l'adversit extrme."

Ouais, exact.

Alors de nouveau, aprs les lections rcentes, les Rpublicains contrlent le Congrs. Ils auront bientt une majorit la Cour suprme. Le rouleau compresseur de Bush appuiera dessus sans opposition.

Le fait est, Hitler est rest populaire auprs de beaucoup d'Allemands jusqu' la fin et au-del. Cela a t en partie augment par la haine pour les Allis pour renvoyer l'Allemagne l'ge de pierre par les bombardements et, certainement, il y avait une augmentation de soutien aprs l'attentat sa vie chou en juillet 1944.

Incontestablement, l'adulation d'Hitler par des millions d'Allemands qui peuvent autrement avoir t seulement marginalement commis l'idologie nazie, ou au parti, fut un lment crucial d'intgration politique dans le Troisime Reich. Sans cette base massive de soutien, le haut niveau d'acclamation plbiscitaire, auquel le rgime pouvait plusieurs reprises faire appel pour lgitimer ses actions et prendre le vent des voiles de l'opposition, est impensable. Il a aussi permis l'lite spcifiquement nazie de se librer de la dpendance du support des groupes dirigeants conservateurs traditionnels, augmentant ainsi l'autonomie des "hommes sauvages" dans le Mouvement. Sans le degr de support populaire qu'Hitler tait capable de commander, l'impulsion, le dynamisme et l'lan d'autorit Nazie pourraient peine avoir t supports. [...]
Hitler a d vivre de plus en plus l'image construite d'omnipotence et d'omniscience. Et plus il a succomb au charme de son propre culte du Fhrer et en est venu croire son propre mythe, plus son jugement est devenu dtrior par la foi en son infaillibilit propre et ses conseils "par la providence", en lui permettant "de suivre sa voie avec la certitude d'un somnambule." [Life in The Third Reich]

Reculons un peu et essayons de voir comment le Troisime Reich affecta les individus dans leurs foyers et leur vie quotidienne.

La politique nazie incita des changements importants dans les vies domestiques populaires particulirement o les femmes et l'autorit taient concerns. Gnralement, la gnration plus vieille restait sceptique sur les Nazis tandis que les jeunes devinrent actifs dans les nombreux projets et programmes offerts par les Nazis. Cela a abouti au conflit inter-familial extrme. On donna des titres et des rles importants aux jeunes dans les organisations nazies et leur nouvelle importance et leur ferveur ont caus qu'ils dfirent leurs parents de faons que l'on n'avait jamais vues auparavant. Des vieux villageois Allemands dcrivent toujours cette priode comme celle qui a vu la "guerre dans chaque foyer."

Pendant le Troisime Reich, la famille perdit son rle dominant dans l'ducation des enfants. L'cole tait un instrument de dissmination de propagande raciale et militariste. Les enfants taient impliqus dans des exercices paramilitaires et ils ont certainement pens que c'tait "beaucoup d'amusement." Des jeunes hommes ET des jeunes femmes furent enrls dans le travail militaire.

Les Nazis justifirent tous ces changements dans les mmes termes qu'un pre dmod aurait rationalis l'utilisation du travail de la famille pour alimenter la famille et soutenir sa bonne rputation. Dans les deux cas, travail bon march et direction autoritaire taient justifis parce que "le bien-tre de chacun est en jeu."

Les Nazis changrent les vies des femmes profondment. Ils prsentrent un service national pour les filles qui cra des situations dans lesquelles des filles et des jeunes femmes voyageaient et interagissaient avec d'autres filles et jeunes femmes pour qu'elles se sentissent "libres" des limites de leurs vies de famille restrictives. Tandis que le rgime Nazi avanait dans la guerre, on s'attendait ce que les femmes aient combin les rles de mre, gouvernante, membre du Parti et ouvrier industriel. Les ouvrires taient soumises la discipline militaire tandis qu'elles travaillaient cte cte avec des prisonniers de guerre et taient surveilles par des gardes arms. De cette faon, les femmes furent confrontes avec, et marques par, le Pouvoir D'tat non dguis.

Comme la guerre progressait, les Nazis avaient besoin de plus en plus de ressources et ils se sont tourns vers les masses pour les obtenir. Le dplacement d'autorit sur sa propre proprit a t rencontr avec une colre silencieuse. Quand les Nazis ont commenc s'immiscer dans les maisons des gens, une ligne significative avait t franchie. Avec des rapports tant reus de parents dans l'arme sur la manire dont les Allemands se comportaient mal en ralit, contrairement la propagande d'Etat, la plupart des gens moyens en Allemagne ont finalement commenc avoir l'ide que les Nazis ne disaient pas la vrit et ne l'avaient jamais dite.

Mais ce fut seulement aprs une longue et lente manipulation et le vol graduel de tout ce pour quoi la plupart des Allemands avaient travaill que les Allemands commencrent ouvertement dfier les Nazis.

En 1945, pratiquement chaque mnage en Allemagne avait subi une perte dans la guerre. La plupart des morts taient de jeunes hommes et la proportion de femmes et de vieillards dans la population changea en consquence.

Loin d'assurer qu'un mode de vie allemand durerait, les Nazis avaient libr les forces qui dtruisirent efficacement la structure "traditionnelle" de la vie en Allemagne.

L'tat Nazi dura pendant 12 ans. Ceux qui taient des adolescents pendant les annes 1933-36 avaient prouv la crise conomique formatrice du dbut des annes 30 et taient les plus susceptibles aux bnfices offerts par le programme de rarmement nazi qui incluait un leader fort et une lutte ouverte entre les groupes politiques en Allemagne.

La politique nazie des jeunes tait destine garantir la fidlit totale au rgime de la jeune gnration et leur empressement sacrifier leurs vies pour cette idologie. Toute la comptition devait tre limine et beaucoup de types d'organisations nazies - incluant l'ducation militaire depuis un jeune ge - furent dveloppes, qui incorporaient la combinaison fasciste de contrainte et les prohibitions d'un ct et les tentations via plusieurs "motivations de plaisir" de l'autre. Pour beaucoup de jeunes dans les villages, le programme de la Hitlerjugend offrait des occasions de quitter leurs vies la maison restrictives et leurs parents pour un voyage de vacances.

Au dbut, les filles taient de mme mancipes et on leur a permis de s'chapper du modle de femme et mre qui, vaguement assez, tait fait de la propagande par les Nazis. Elles pouvaient s'engager dans des activits souvent rserves des garons. Ces occasions ont t de plus en plus retires, cependant, quand la vraie nature de la discrimination nazie contre les femmes s'est rvle.

Les adolescents de la priode 1936-39 ont pass par leur tape formatrice dans les concepts du Reich. L'ide de la "Hitlerjugend" tait considre comme allant de soi et pour eux, il n'y avait aucun concept d'ides alternatives. Ils voyaient la camaraderie de groupe et les loisirs offerts par le Reich comme avantageux, ainsi comment pouvaient-ils se plaindre de la brutalit occasionnelle et de l'intolrance ? Plus que cela, le programme Hitlerjugend leur donnait un refuge de l'autorit parentale qui est gnralement attirant aux jeunes de cet ge. L'uniforme des Hitlerjugend fournissait l'occasion de jeunes garons de s'engager dans le conflit agressif avec des figures d'autorit traditionnelles incluant les parents, les enseignants, les ecclsiastiques. Detlev Peukert nous dit :

L'engagement dans les activits de [la Hitlerjugend] offrait ainsi simultanment la promesse de se faire un nom, mais aussi d'accrotre la pression vers l'uniformit. Cette dernire caractristique est devenue plus forte quand la Hitlerjugend est devenue plus bureaucratique, quand son corps de direction est devenu plus vieux et quand l'utilisation de la contrainte pour entraner les jeunes restants dans l'organisation a augment. [Life in The Third Reich]

Le troisime groupe de jeunes pour atteindre l'adolescence pendant les annes de guerre, 1939-45, avait une exprience trs diffrente. Pour eux, il n'y avait rien que les aspects vides de la vie quotidienne dans la Hitlerjugend, caractrise par la contrainte et l'exercice pour les prparer pour tre de la chair canon. Beaucoup de leaders de la Hitlerjugend taient engags dans l'arme et partir de 1942, beaucoup de leurs btiments de club et de terrains sportifs furent dtruits par les raids de bombardement allis. C'tait ce moment que les institutions nazies ont commenc rvler leur vrai visage comme puissantes, coercitives et rpugnantes. La guerre tait faite pour sembler normale et la violence tait lgitime.

La politique trangre d'Hitler prenant la pose (voir juste George Bush dans cette image) avait habitu le peuple allemand considrer la combinaison des affirmations violentes de leur droit lgal "anantir" d'autres gens et la prise de risque comme le "modle pour le succs."

Vers la fin de 1933, toutes les autres organisations de jeunes, sauf les Catholiques, qui taient protges par le Concordat des Nazis avec le Vatican, avaient t interdites ou englobes dans la Hitlerjugend. ce moment-l, la Hitlerjugend contrlait 47 pour cent des garons entre dix et quatorze ans et 38 pour cent des garons entre quatorze et dix-huit ans. Seulement environ 15 pour cent des filles dans ces tranches d'ge ont t "incorpores", cependant. La Loi de la Hitlerjugend de 1936 exigeait l'incorporation de TOUS les jeunes allemands dans les programmes. Avant 1939, le "service des jeunes" tait obligatoire.

Les campagnes progressives pour amener tous les jeunes dans les programmes de la Hitlerjugend aboutirent la rsistance ouverte mobilisante dans beaucoup de ceux qui avaient prcdemment proclam leur antagonisme au nazisme simplement par leur refus de participer. La surveillance et la discipline requise pour assurer leur "service" transformait l'amusement mme inoffensif en "violations criminelles." Le pouvoir lgal des patrouilles de la Hitlerjugend, dont les membres taient peine plus vieux que ceux qu'ils contrlaient, provoqurent le ressentiment et la colre.

Plus la Hitlerjugend travaillait englober tous les jeunes, plus il est devenu vident que des milliers de jeunes se dtournaient du programme et insistaient sur leur indpendance. Comme ils ont fait, la Direction de la Hitlerjugend et de la Gestapo augmentrent leur pression. Il tait admis que :

La formation de cliques, c'est--dire des groupements de jeunes l'extrieur de la Hitlerjugend, taient en augmentation avant et, particulirement, pendant la guerre un tel degr qu'il faut parler d'un risque srieux de subversion politique, morale et criminelle de la jeunesse. [ Life in the Third Reich ]

Les Nazis ne pouvaient plus utiliser l'excuse que ces enfants avaient t "conditionns" par des systmes idologiques prcdents ou d'autres "mouvements de jeunesse." Les adolescents qui commenaient s'opposer Hitler taient la mme gnration sur qui Adolf Hitler avait t capable d'imposer son systme depuis le dbut, sans entraves.

Deux groupes se sont dtachs le plus brusquement comme opposition au systme de Hitler : les "Pirates d'Edelweiss" et la "Jeunesse Swing."

Les Pirates d'Edelweiss taient les membres de la jeunesse du proltariat. Ils portaient des fleurs d'edelweiss de mtal sur leurs cols et "l'uniforme" tait une chemise carreaux, des pantalons courts sombres et des chaussettes blanches. Il y avait des "quipes" diverses comme "les Gandins Nomades" et les "Pirates Kittelbach" et les "Navajos" et ils se rencontraient aux voyages de weekend dans la campagne o ils plantaient leurs tentes, chantaient, parlaient et "frappaient" la patrouille des Hitlerjugends.

La sret de soi des Pirates d'Edelweiss et leur image parmi leurs pairs est rvle dans les commentaires d'un instructeur mineur d'Oberhausen en 1941 :

Chaque enfant sait ce que les KP (abrviation commune pour Pirates Kittlebach) sont. Ils sont partout; il y en a plus qu'il n'y a de Hitlerjugends. Et ils se connaissent tous, ils restent proches... Ils tabassent les patrouilles, parce qu'il y en a tellement. Ils ne sont d'accord sur rien. Ils ne vont pas travailler non plus, ils sont toujours en bas prs du canal, l'cluse [ Life in the Third Reich ]

Il semble que ces jeunes avaient un besoin puissant de mettre autant d'espace que possible entre eux et la machine nazie. Ils voulaient viter les expriences quotidiennes de dnonciations, espionnage, ordres, violence et propagande des institutions nazies.

Il est tonnant de lire sur ces jeunes rebelles contre les Nazis. Ils taient capables de faire d'tonnamment longs voyages pendant les temps d'interdictions de voyage, les restrictions de libert de mouvement et le rationnement d'alimentation. Le rseau a dmontr l'existence de structures informelles essentielles de support et de communication qui pouvait exister mme dans la haute bureaucratie du Troisime Reich. Peukert crit :

ces runions du soir les gens bavardaient, disaient des histoires, jouaient de la guitare et chantaient des chansons - particulirement des chansons de marche ou des succs populaires sur des pays trangers, l'aventure, des hommes durs, de belles filles. Aucun clich du monde du divertissement commercial n'a t laiss inutilis. Nanmoins, les Pirates d'Edelweiss se sont appropris ces strotypes banaux leurs fins propres. D'une part, ils ne chantaient pas les chansons de la Hitlerjugend prescrites comme "appropries pour les jeunes" ou les chansons de combat de la tradition militaire allemande chauvine; ils chantaient des chansons succs adultes... Les Pirates d'Edelweiss ont dvelopp un tour de main remarquable pour rcrire les paroles - l'insertion de nouvelles expressions, de lignes ou de vers entiers ... les Pirates d'Edelweiss ont tourn les chansons traditionnelles des randonnes pied et des mouvements de jeunesse une utilisation semblable. Ils ont adapt ou ont retravaill ces chansons et les ont utilises comme des signaux de protestation, parce que les chansons elles-mmes taient dsapprouves ou mme interdites par la Hitlerjugend ou parce que les noms d'adversaires supposs dans les textes originaux taient remplacs par ceux des Nazis, de la Gestapo ou de la Hitlerjugend. [...] Le 17 juillet 1943, la branche de Dsseldorf - Grafenberg du Parti Nazi a annonc la Gestapo :
Re : "Pirates d'Edelweiss." Les jeunes gens mentionns font sentir leur poids de nouveau. On m'a dit que les runions de jeunes sont devenues plus remarquables que jamais [dans un parc local], surtout depuis la dernire attaque arienne sur Dsseldorf. Ces adolescents, gs entre 12 et 17 ans, tranaient tard dans la soire avec des instruments de musique et des jeunes femmes. Puisque cette racaille est en grande mesure l'extrieur de la Hitlerjugend et adopte une attitude hostile envers l'organisation, ils reprsentent un danger pour d'autres jeunes. Il a rcemment t tabli que les membres des forces armes doivent aussi tre trouvs parmi ces jeunes et, par suite de leur adhsion dans la Wehrmacht, montrent un comportement particulirement arrogant. Il y a un soupon que ce sont ces jeunes gens qui ont couvert les murs du passage souterrain de piton ... avec les slogans "A bas Hitler," "l'OKW [Haut Commandement Militaire] ment, "des Mdailles pour le Meurtre, "" bas la Brutalit Nazie, "etc. Quelle que soit la rapidit d'effacement de ces inscriptions, en quelques jours de nouvelles rapparaissent sur les murs. [ Life in the Third Reich ]

Naturellement, les heurts entre les Pirates d'Edelweiss et l'appareil de pouvoir nazi sont devenus plus intenses. Le mouvement nazi pour le contrle total mena des mesures mme plus irrationnelles de surveillance et de brutalit coercitive. Des raids furent conduits, des arrestations furent faites, des jeunes furent marqus ou leurs ttes furent rases. Ils furent envoys dans les camps de dtention pour "l'ducation corrective," ou prsents des procs criminels. Le 7 dcembre 1942, la Gestapo de Dsseldorf fit un raid sur 28 groupes contenant 739 adolescents et pendit les meneurs en public.

Tant que les Nazis avaient besoin d'ouvriers d'armement et de plus de soldats, ils ne pouvaient pas juste exterminer tous les jeunes comme ils avaient extermin les Polonais et les Juifs. Parce que ceux-ci taient leur propre "rserve allemande saine", ils taient forcs de penser d'autres solutions. L'tat Nazi a ragi ces gangs de leur propre peuple avec incertitude. Quelques bureaucrates nazis ont pens que les violations taient juste des niches idiotes de jeunes. D'autres l'ont vu comme une conspiration gigantesque et ont cherch une organisation secrte derrire les pirates d'Edelweiss.

Le scnario le plus probable est que les Pirates d'Edelweiss rejetaient simplement le nazisme et son mode de vie autoritaire, hirarchique et militariste. Tous les Pirates d'Edelweiss rejetaient les Nazis et ce rejet les a dfinis, quoique peu d'entre eux aient eu une autre vue politique dfinie. Comment le pouvaient-ils? Ils avaient 14 18 ans!

Cependant, leur rejet du Fascisme les inspirait souvent FAIRE quelque chose contre la Hitlerjugend, mais souvent c'tait simplement une petite provocation. Ils rpandaient des prospectus de propagande allis alentour, rejoignaient des groupes de rsistance organiss et distribuaient des autocollants et des prospectus. Les provisions obtenues pour des groupes de rsistance souterrains en faisant des raids sur des dpts militaires. Oui, dans quelques cas, leurs activits se dplacrent dans des actes plus violents comme le meurtre du chef de la Gestapo de Cologne en automne 1944.

Ainsi, les membres du mouvement Pirate d'Edelweiss ont couvert toute la gamme de comportement du non-conformiste, de la non-participation consciente vers la protestation ouverte et la rsistance politique.

Une forme quelque peu diffrente de protestation se dveloppa parmi les jeunes de la classe moyenne suprieure : le mouvement Swing. Ces jeunes saisissaient chaque occasion pour viter la musique approuve par les Nazis, prfrant couter des morceaux de jazz et de swing, soit enregistrs, soit avec des orchestres en direct. Un rapport nazi interne nous dit :

La musique de danse tait entirement anglaise et amricaine. Seulement la danse de swing et de jitterbug eurent lieu. l'entre au hall se trouvait un avis sur lequel les mots "Swing interdit" avaient t changs en "Swing requis." Sans exception, les participants accompagnrent les danses et les chansons en chantant les paroles anglaises. En effet, pendant la soire, ils essayrent de parler seulement l'anglais; et quelques tables mme le franais.
Les danseurs donnrent une vision pouvantable. Aucun des couples ne dansait normalement; il y avait seulement du swing de la plus mauvaise sorte. Parfois deux garons dansaient avec une fille; parfois plusieurs couples formaient un cercle, se liant les bras et sautant, se claquant dans les mains, frottant mme l'arrire de leurs ttes ensemble; et ensuite, pli en deux, avec la moiti suprieure du corps pendant mollement vers le bas, de longs cheveux tombant sur le visage, ils tournaient en se tranant pratiquement sur leurs genoux. Quand l'orchestre a jou une rumba, les danseurs sont entrs en extase violente. Ils ont tous saut tout autour et ont marmonn le chur en anglais. L'orchestre a jou des morceaux de plus en plus sauvages; aucun des joueurs n'tait plus assis, ils dansaient tous le "jitterbug" sur la scne comme des animaux sauvages. Frquemment les garons pouvaient tre observs dansant ensemble, sans exception avec deux cigarettes dans la bouche, une dans chaque coin ... [ Life in the Third Reich ]

Le mouvement du Swing n'tait pas antifasciste en aucun sens politique - il tait juste simplement anti-politique. Le problme pour les Nazis tait que les Gosses du Swing trouvaient tous les slogans et le nationalisme nazis n'tre d'absolument aucun intrt pour eux. Ils trouvaient l'identit avec les cultures des ennemis des Nazis : l'Angleterre, l'Amrique, la France. Ils ont accept des Juifs et des "demi-Juifs" dans leurs groupes. Le dgot mis en vidence par l'auteur du rapport ci-dessus montre que les fonctionnaires nazis se sentaient attaqus dans leurs concepts fondamentaux d'eux-mmes. Heinrich Himmler voulait mettre les "meneurs" du Mouvement du Swing dans des camps de concentration pour "au moins deux ou trois ans de violence corporelle, d'exercices punitifs et de travail obligatoire."

Ces deux exemples dmontrent que mme aprs des annes au pouvoir, les Nazis n'avaient pas le contrle complet du cur de la socit allemande. En fait, comme le systme nazi a continu "perfectionner" ses moyens d'organisation et de rpression, de plus en plus d'lments de la socit allemande ont commenc se rebeller contre la pression et s'esquiver idologiquement. Bref, les Nazis ont involontairement fray la voie pour la culture moderne des jeunes en Allemagne plutt que de faire ce qu'ils prtendaient qu'ils voulaient faire : rtablir la culture allemande et les valeurs de la famille. Les Nazis ont chou former la socit leur image.

Mme quand le rideau tombait sur les Nazis, Himmler a publi un dcret le 25 octobre 1944, sur les "gangs de jeunes combattants." C'tait le dernier dans la longue srie d'interdictions et de poursuites dans une tentative de supprimer la protestation contre les Nazis.

Les vices que le despotisme engendre sont prcisment ceux que l'galit favorise. Ces deux choses se compltent et s'assistent l'une l'autre mutuellement et pernicieusement. L'galit place les hommes cte cte, non lis selon n'importe quel lien commun; le despotisme lve des barrires pour les tenir carts : celle-l les prdispose pour ne pas considrer le reste des hommes, celui-ci fait de l'indiffrence gnrale une sorte de vertu. Le despotisme alors, qui est tout moment dangereux, est le plus particulirement tre craint dans les ges dmocratiques. (Alexis de Tocqueville, De la Dmocratie en Amrique, Vol II, Chapitre iv)

De The Nazi State Reconsidered ( l'tat Nazi Reconsidr) par Michael Geyer :

La comptition effrne est une des caractristiques les moins comprises du rgime Nazi... Les historiens ont t fascins par la comptition effrne, mme le chaos, des institutions nazies. En mme temps, des historiens sociaux en sont venus considrer comme un aspect principal du Rgime National Socialiste... les pressions en accroissement du comportement comptitif parmi les groupes sociaux et les individus qui ont rorganis la vie prive et publique, dans la famille pas moins que sur le sol d'un atelier.
Le national-socialisme a remplac "l'homme conomique" qui travaille dur, entrepreneur, avec une nouvelle race de compradores qui a astucieusement exploit les chances d'amlioration et la mobilit ascendante fournie un Troisime Reich en expansion. Leurs carrires principales n'taient pas conomiques ou productives, mais "politiques", utilisant les pouvoirs de domination et de subjugation qui taient fournis par l'tat - commenant avec la rpression des syndicats et la saisie de leur proprit et l'exclusion des Juifs de la vie publique et continuant dans les guerres de pillage et l'extorsion qui a atteint leur znith dans la guerre contre l'Union Sovitique. [...]
L'tat Nazi en expansion avec ses institutions nombreuses et diffuses tait diffrent. Trs clairement c'est devenu le site de comptition pntrante entre des individus et des institutions pour le contrle de ce pouvoir de dominer les autres; son tour c'est devenu la chose pralable pour la richesse et le statut d'une institution. Cette comptition a augment pas de gant avec la conqute nazie. Ces institutions et ces individus qui avaient la permission de piller - et tous trop souvent le droit de tuer aussi - ont rgn suprmement. [...]
L'tat Nazi et la socit nazie naissante n'taient pas centrs autour de la production et du maintien de ses conditions, mais autour de la capacit de faire sa proie d'autres gens et de socits entires, beaucoup comme l'industrie fait sa proie de la nature.
La consquence de cette approche trancher-et-brler des activits de l'Etat fut l'croulement de l'autorit de la loi et de la rationalit de la domination organise bureaucratiquement. En mme temps, la sphre de l'tat et ceux qui taient employs par l'tat directement ou indirectement s'tendit spectaculairement. Cette expansion, il devrait tre not, arriva en tandem avec l'intensification de la terreur et de la domination, commenant en 1933. Au znith de la Seconde Guerre Mondiale, en 1942, un systme d'tat tait apparu, dans lequel littralement des centaines d'institutions taient engages dans le projet de dominer les pays dfaits et occups. [...]
De tous ses vices, la capacit du rgime National Socialiste pour sparer et installer des gens en comptition l'un contre l'autre sur le pillage tait le plus mauvais.
En dtruisant les liens de solidarit, en favorisant l'gotisme tant des individus que des institutions et en applaudissant comme forts et sains ceux "qui n'ont aucune sympathie pour quiconque, sauf eux-mmes", le rgime Nazi a continu crer un tat et une socit qui "a plac des hommes cte cte, non lis par un quelconque lien commun". Cette comptition ne s'est pas concentre autour de la production ou des marchs, mais autour de la terreur et de la force, de la capacit pour imposer sa volont d'autres au moyen de la contrainte physique.
La guerre tait l'extension naturelle de ce systme violent et la guerre dans le contexte nazi a pris une signification trs spciale. Elle a t convenablement appele une Weltanschauungskrieg, une guerre idologique. [...]
La guerre idologique ... est mene pour crer et maintenir un tat et une socit dans laquelle les individus et les institutions allemands pourraient partager dans la domination des autres. [...]
Il n'y avait aucun systme logique de gouvernement. Chaque institution a sculpt sa propre niche dans une lutte de plus en plus vicieuse pour l'influence et les ressources. En regardant les querelles infinies entre elles, on pourrait en effet conjecturer que l'tat Nazi tait chaotique. [...]
Cependant aussi comptitif que ce systme de politique Nationale Socialiste tait et cependant floue la ligne entre l'tat, la socit et l'conomie, cette entit ne manquait pas de direction. Reculer du corps corps et regarder le systme dans l'ensemble est de dcouvrir que l'lan de comptition menait dans la direction de la guerre. [...]
Un systme d'tat, construit sur le pillage, ne pouvait que se dplacer dans la direction de la guerre ... [...]
Ils voulaient la guerre et luttaient vers cela. La guerre tait le moyen de reconstruire la socit allemande et l'tat allemand sur la base de la conqute, la subjugation et l'annihilation. La guerre tait le but d'un processus de reconstruction sociale qui a commenc par la purification raciale comme le cur [de l'tat de prparation militaire] et a suppos atteindre son apoge avec la domination prvue des Allemands sur d'autres "races". C'tait le programme idologique. Il tait guid par la promesse de domination pour chaque allemand comme la partie d'une nouvelle "race matre" dans un empire raciste. [...] La comptition sur la domination a form la pratique matrielle du Troisime Reich. [...]
La politique idologique tait ainsi la promesse de participation dans la domination des autres pour l'avantage de chacun et l'avantage allemand commun. C'tait ainsi un systme singulirement perverti de participation; car tandis que l'on ne permettait pas aux Allemands de se diriger, ils taient encourags dominer les autres. C'tait le "contrat social" nazi sur lequel l'tat, avec ses institutions comptitives et prdatrices, reposait.[...]
Suite la prise de contrle nazie, les pouvoirs de l'industrie et de l'arme se sont tendus radicalement durant l'anne 1933. [...]
L'arme a voulu plus de rarmement, l'industrie un courant de stabilit et de rentabilit et tous les deux taient prts transmettre les dpenses la socit. Hitler a rsist ce choix en poursuivant une troisime direction, la sienne propre. Il a conduit vers une guerre rapide, mme prmature - et pas juste n'importe quelle guerre, mais une guerre idologique. [...] Cependant, les dpenses principales de la renaissance du pouvoir de l'entreprise dans l'tat Nazi et la raffirmation des impratifs de production dans la guerre totale n'ont pourtant pas t payes par les Allemands, mais par le travail obligatoire, le pillage et la famine dans les pays occups. [ Life in the Third Reich , dit par Richard Bessel]

"La comptition effrne" a caractris le rgime nazi; "les pressions en accroissement du comportement comptitif parmi les groupes sociaux et les individus qui ont rorganis la vie prive et publique..."

Les lecteurs qui ont lu notre article "Culture Officielle" en Amrique : un Etat Naturel de Psychopathie ? sont conscients que nous avons soupes pour quelque temps maintenant cette chose mme et ce ne sera pas du tout une surprise de voir une socit fasciste panouie exactement comme dcrit ci-dessus, se formant la suite de la rlection de George W. Bush.

Dans l'article en rfrence, KAH a crit :

C'est assez terrifiant quand on se rend compte que le Reich de Bush et d'autres groupes d'lite autour du globe font des ravages sur la plante sans tenir compte de la vie sous n'importe quelle forme, sauf la leur propre, mais quand nous devons aussi faire face au fait qu'il y a tant de personnes l-bas, cela - mme quand on fait face certains faits de cette situation explosive globale soit on ne peut pas le voir, soit on ne VEUT pas le voir, eh bien, cela rend cette situation juste un peu plus terrifiante. De nouveau, nous retournons au problme : qu'est-ce qui NE VA PAS avec les Amricains ? [...]
Ils ne se rendent mme pas compte que le "Survivant" les programme aux attitudes mmes qui sont affiches par leurs leaders - normalisant cela, pour ainsi dire - et actuellement cette attitude est manifeste dans leurs propres vies d'une faon directe et terrifiante. Pour beaucoup aux Etats-Unis, leur avenir est qu'il n'y aura plus dsormais de Super Bowls et que le 4x4 consommera trop d'essence pour les emmener assez loin de la terreur qui les affrontera quand ils seront "limins de l'le" dans le jeu global du "Survivant".

Dans ma moiti du papier co-cr, j'ai essay de rpondre cette question.

LKJ : Dans des temps rcents, j'ai considr beaucoup d'ides dans une tentative de rpondre cette question. Les membres de l'cole Future Quantique ont t engags dans l'tude de la psychopathie et pseudo-psychopathie pendant environ deux ans maintenant. Cela a certainement prpar la plupart d'entre nous tre capable de voir l'homme derrire le rideau, ou, dans ce cas, derrire "le masque de sant mentale." Mais cela ne rpond pas toujours la question quant pourquoi le comportement psychopathique semble tre si rpandu aux Etats-Unis. (Ce qui ne doit pas dire qu'il n'existe pas partout - c'est une donne.)
Linda Mealey du Dpartement de Psychologie l'Universit de St. Benedict St. Joseph, au Minnesota, a rcemment propos certaines ides dans son papier : la Sociobiologie de la Sociopathie : un Modle volutionnaire Intgr. Ces ides adressent l'augmentation de la psychopathie dans la culture amricaine en suggrant que dans une socit comptitive - le capitalisme, par exemple la psychopathie est adaptative et susceptible d'augmenter. [...]
La conclusion est que le mode de vie amricain a optimis la survie des psychopathes avec la consquence que c'est une "stratgie de vie" adaptative qui russit extrmement dans la socit amricaine et a ainsi augment dans la population en termes strictement gntiques. Qui plus est, en consquence d'une socit qui est adaptative pour la psychopathie, beaucoup d'individus qui ne sont pas des psychopathes gntiques se sont de la mme faon adapts, devenant des psychopathes "efficaces", ou "sociopathes secondaires." [...]
Le comportement psychopathique semble tre en hausse cause de la nature mme de la socit capitaliste amricaine. Les grands dbrouillards, charmeurs et auto-promoteurs dans les domaines de la vente sont les exemples parfaits d'o le psychopathe peut prosprer. L'industrie du spectacle, l'industrie sportive, le monde de l'entreprise dans un systme capitaliste, sont tous les secteurs o les psychopathes montent naturellement au sommet. Quelques observateurs croient qu'il y a un continuum psychologique entre les psychopathes (qui ont tendance chou professionnellement) et les entrepreneurs narcissiques (qui russissent), parce que ces deux groupes partagent la comptence fortement dveloppe de la manipulation des autres pour leur propre gain. On pense maintenant qu'ils sont en ralit les "mmes", mais que le psychopathe "qui choue" est simplement endommag dans ses capacits calculatrices. Ils sont incapables de recalculer en se basant sur de nouvelles donnes actuarielles. Les narcissiques qui russissent peuvent sembler tre parfaitement capables d'ajouter leur base de donnes actuarielle et "recalculer", changer de direction et dvelopper de nouveaux sous-programmes bass sur l'entre en cours.
En gnral, le psychopathe qui russit "calcule" combien il peut dgager dans un rapport cot-bnfice des alternatives. Parmi les facteurs qu'ils considrent comme les plus importants sont l'argent, le pouvoir et la satisfaction des dsirs ngatifs. Ils ne sont pas motivs par un renforcement social comme l'loge ou les bnfices futurs. Des tudes ont t faites qui montrent que l'enfermement d'un psychopathe n'a absolument aucun effet sur lui en termes de modifier ses stratgies de vie. En fait, on montre que cela les rend plus mauvais. Efficacement, quand il sont emprisonns, les psychopathes apprennent simplement comment tre de meilleurs psychopathes.

Remarquez particulirement que les psychopathes ne peuvent pas tre motivs par des "bnfices futurs." C'est une chose trs particulire les concernant : ils ne semblent pas avoir la capacit de concevoir abstraitement quelque chose qui peut arriver "dans l'avenir", pas mme leur propre dcs ou leur souffrance long terme sous un rgime tel que George W. Bush est dans le processus d'imposer aux Etats-Unis.

Cela nous amne ce que Gurdjieff a dit de ces priodes de l'histoire qu'il a dcrites comme

"Les temps de folie massive comme des guerres, des rvolutions, etc, quand les hommes semblent soudainement perdre mme la petite quantit de bon sens qu'ils avaient et se transforment en des automates complets, s'abandonnant la destruction en masse en quantits normes, autrement dit, perdant mme l'instinct de conservation."

Comme l'article dcrit ci-dessus, une socit fasciste - une socit de psychopathes - est une frnsie qui s'alimente.

La politique idologique tait ainsi la promesse de participation dans la domination des autres pour l'avantage de chacun et l'avantage allemand commun. C'tait ainsi un systme singulirement perverti de participation; car tandis que l'on ne permettait pas aux Allemands de se diriger, ils taient encourags dominer les autres. C'tait le "contrat social" nazi sur lequel l'tat, avec ses institutions comptitives et prdatrices, se reposait.

Autrement dit, les Amricains supportent Bush et son ordre du jour parce que la majorit d'entre eux est COMME lui.

(*) NdT: Laura fait rfrence l'mission de TV ralit "Survivor" cre par la chane CBS et dont la version franaise est Koh Lanta

(1) NdT: Un des surnoms de G.W. Bush aux Etats-Unis

 


En tant que propriétaires et éditeurs de ces pages, nous souhaitons souligner que le matériel présenté ici est le fruit de notre recherche et de notre expérimentation en communication supraluminique. Nous nous demandons parfois si les Cassiopéens sont ce qu¹ils prétendent être, parce que nous ne tenons rien pour vérité indiscutable. Nous prenons tout "cum granulo salis", même si nous considérons qu¹il y a de bonnes chances que ce soit la vérité. Nous analysons constamment ce matériel ainsi que beaucoup d¹autres qui attirent notre attention, issus de divers domaines de la Science et du mysticisme. Honnêtement, nous ne savons pas CE QU'EST la vérité, mais nous croyons qu¹elle est « quelque part par là» et que nous pouvons sans doute en découvrir une partie. Oui, nous pouvons dire que nos vies ont été enrichies par ces contacts, mais certains éléments nous ont aussi rendus perplexes et nous ont désorientés, et ils restent encore à être clarifiés. Nous avons certes trouvé beaucoup de «confirmations» et de « corroborations » dans d¹autres domaines, entre autres la Science et l¹Histoire, mais il y a aussi de nombreux éléments qui, par nature, sont invérifiables. C¹est pourquoi nous invitons le lecteur à partager notre recherche de la Vérité en lisant avec un esprit ouvert, mais sceptique.

Nous n¹encourageons pas « l'adepte-isme », ni aucune « Vraie Croyance ». Nous ENCOURAGEONS la recherche de la Connaissance et de la Conscience dans tous les domaines qui en valent la peine, comme le meilleur moyen de discerner le mensonge de la vérité. Voici ce que nous pouvons dire au lecteur: nous travaillons très dur, plusieurs heures par jour, et nous le faisons depuis de nombreuses années, pour découvrir la raison de notre existence sur Terre. C¹est notre vocation, notre queste, notre mission. Nous recherchons constamment à valider et/ou à affiner ce que nous envisageons comme possible, probable, ou les deux. Nous faisons cela avec l¹espoir sincère que toute l¹humanité pourra en bénéficier, si ce n¹est maintenant, alors dans un de nos futurs probables.

Contactez l¹administrateur web à cassiopaea.com
Copyright © 1997-2003 Arkadiusz Jadczyk et Laura Knight-Jadczyk. Tous droits réservés. "Cassiopaea, Cassiopaean, Cassiopaeans," est une marque déposée par Arkadiusz Jadczyk et Laura Knight-Jadczyk.
Les lettres adressées à Cassiopaea, à la Quantum Future School, Ark ou Laura, deviennent la propriété de Arkadiusz Jadczyk et Laura Knight-Jadczyk.

La réédition et la rediffusion du contenu de cette page ou d¹une quelconque portion de ce site web sont expressément interdites sans approbation écrite préalable.

You are visitor number .