Nous chutons tous

Joe Quinn
1er mars 2007

Traduction française: Henri R.


Une innocente femme palestinienne est détenue dans une jeep de l’armée israélienne dans la ville de al-Khalil en Cisjordanie

Peu de personnes dans notre monde technologiquement développé, mais moralement en faillite, possèdent ne serait-ce qu’une compréhension de base du niveau d’horreur de la vie dans les territoires occupés par les Israéliens. Gaza est une petite bande de terre d’environ 7 miles (11 km) de large sur 30 miles (48 km) de long. Elle est complètement clôturée par l’armée israélienne avec la grande majorité de son million et demi d’habitants (la rendant une des zones à la plus forte densité de population dans le monde) qui se voit refuser le droit de vivre. Pour toujours.

Il n’est pas surprenant alors que la bande de Gaza soit comparée à une prison géante en plein air, parce que c’est exactement ça.  En fait, il y a une phrase plus exacte pour décrire les zones urbaines comme Gaza qui ont été transformées en prisons pour leurs habitants, c’est une phrase qui a été rendue célèbre durant la Seconde Guerre mondiale – ‘camp de concentration’.

Comme les camps de concentration de la Seconde Guerre mondiale, les détenus de la bande de Gaza sont souvent tués de sang-froid par les gardes du camp israéliens sans autre raison que « maintenir l’ordre » d’une manière préventive. Quelquefois des familles entières sont massacrées et des maisons palestiniennes sont régulièrement démolies par les tanks israéliens pour la même raison. Les pêcheurs de Gaza, désespérés de se faire un peu d’argent se risquent à passer sous le tir de capitaines de canonnières israéliennes en partant en mer. Des couvre-feux sont imposés tandis que les tanks israéliens grondent le long des rues démolies de la bande de Gaza, tirant sans discrimination sur tout et rien, tuant quelquefois, ne tuant pas d’autres fois. Peu après une telle incursion, des chaînes de nouvelles diffusent docilement la version de l’armée israélienne des événements, vous pouvez les avoir entendues précédemment :

« durant une opération pour éradiquer des membres de (insérez le nom du groupe de résistance palestinienne) dans la bande de Gaza, l’armée israélienne a répliqué en tirant quand elle s’est fait tirer dessus par des terroristes palestiniens. »

©Palestine Today

Des troupes palestiniennes en train d’arrêter un enfant palestinien en mars 2006 près de Hébron tandis que sa mère essaie de les arrêter. 

 

Périodiquement, et pour leur propre distraction, des ministres du gouvernement israélien donnent l’ordre d’interdire l’envoi de marchandises aux hommes, aux femmes et aux 750 000 enfants de Gaza. Comme Dov Weisglass, conseiller israélien du Premier ministre, a plaisanté cyniquement l’année dernière à une telle occasion, « c’est comme un rendez-vous chez un diététicien. Les Palestiniens maigriront beaucoup, mais ne mourront pas. » Evidemment, comme les Juifs de l’Allemagne nazie, les Palestiniens meurent vraiment quand vous les affamez, et ils sont morts l’année dernière comme résultat de leur « rendez-vous » avec le « diététicien » israélien, particulièrement les vieux et les très jeunes.

©Palestine Today

Une mère palestinienne essaie de réconforter sa fille de 8 ans qui a reçu une balle d’acier revêtue de caoutchouc tirée (délibérément) par les troupes israéliennes.

L’autre partie des territoires palestiniens occupés, la Cisjordanie, se débrouille guère mieux sous l’autorité israélienne illégale. Cette zone d’environ 100 miles (161 km) de long sur 40 miles (64 km) de large, fut occupée par Israël après la guerre de 1967 entre Israël et plusieurs pays arabes comprenant l’Egypte, la Jordanie et la Syrie. Comme résultat de la capture de ce territoire palestinien reconnu internationalement, la zone est saupoudrée aujourd’hui de colonies israéliennes illégales, leurs zones frontières étant gardées par l’armée israélienne.

©CPT

Des hommes palestiniens innocents emmenés vers des salles d’interrogatoire par des troupes israéliennes.

Dans une ville de Cisjordanie, Hébron, foyer de 150 000 Palestiniens, environ 450 colons israéliens fanatiques, soutenus par de grands nombres de troupes et de tanks israéliens, ont pénétré et ont pris le contrôle de la ville, forçant la population palestinienne à endurer des couvre-feux, des attaques verbales et physiques et une déshumanisation générale.

A Jérusalem, l’histoire est fortement la même. Suivant les conséquences de la guerre israélo-arabe de 1948, une guerre menée par les Palestiniens et les nations arabes avoisinantes CONTRE l’occupation de la Palestine par les forces sionistes, Jérusalem fut coupée en deux par le milieu avec la partie occidentale donnée à Israël et la partie orientale donnée aux Palestiniens comme leur future capitale de l’ Etat. En 1981, cependant, Israël a annexé la partie orientale de Jérusalem prétendant qu’il ne reconnaissait pas la division de la ville décidée internationalement, réclamant essentiellement tout Jérusalem comme territoire israélien. Aujourd’hui il y a 185 000 Juifs israéliens vivant illégalement comme colons à Jérusalem Est, leur présence y étant assurée par l’armée israélienne. Les résidents palestiniens y sont traités comme des citoyens de seconde classe.

Après la Guerre des Six Jours, la résolution 242 du  Conseil de sécurité des Nations unies fut adoptée à l’unanimité par le Conseil de sécurité de l’ONU le 22 novembre 1967. La résolution 242 est une résolution obligatoire, laissant techniquement toute partie qui refuse de s’y soumettre ouverte à une action coercitive pour appliquer la soumission. Le texte de la résolution déclare :

Le Conseil de sécurité ;

Exprimant son souci continu de la grave situation au Moyen-Orient,

Soulignant l’inadmissibilité de l’acquisition de territoire par la guerre et le besoin de travailler pour une juste paix et durable dans laquelle chaque Etat dans la région puisse vivre en sécurité,

Soulignant en outre que tous les Etats membres dans leur acceptation de la Charte des Nations unies ont entrepris un engagement d’agir en accord avec l’Article 2 de la Charte,

1.    Affirme que l’accomplissement des principes de la Charte requiert l’établissement d’une paix juste et durable au Moyen-Orient qui inclurait l’application des deux principes suivants :

(i)            Retrait des forces armées israéliennes des territoires occupés dans le récent conflit.

(ii)          Arrêt de toutes les prétentions ou états de belligérance et respect et reconnaissance de la souveraineté, l’intégrité territoriale et l’indépendance politique de chaque Etat dans la région et leur droit de vivre en paix à l’intérieur de frontières sûres et reconnues libres de menaces ou d’actes de force.

Depuis l’adoption de la résolution 242, l’Etat sioniste d’Israël a violé constamment son ordre. Loin de « se retirer des territoires occupés dans le récent conflit », Israël en a saisi davantage. Loin de retirer ses forces armées des territoires occupés dans le récent conflit », Israël a étendu ses invasion et occupation militaires de la Bande de Gaza et la Cisjordanie. Israël a envahi et occupé aussi en 1982 des parties du Liban et allumé délibérément une « guerre civile » dans ce pays qui a fait rage durant 15 ans. Bien qu’on s’y réfère comme à une guerre civile, le conflit au Liban entre 1975 et 1990 a impliqué beaucoup d’éléments extérieurs au Liban, le plus notablement des forces israéliennes et américaines, qui furent responsables de l’aggravation du conflit.

En contravention de la résolution 242, la Loi Internationale et la Convention de Genève, le gouvernement israélien a construit des milliers de nouvelles maisons sur la terre palestinienne en Cisjordanie. Aujourd’hui, il y a 260 000 colons israéliens illégaux éparpillés sur des douzaines de villes israéliennes illégales. Ces villes illégales comprennent :

Adora, Alei Zahav, Alfei Menashe, Almog, Almon (Anatot), Alon Shvut, Argaman, Ariel, Asfar, Ateret, Avnei Hefetz, Barqan, Bat Ayin, Betar, Beit Arye, Beit El, Beit Ha´arava, Beit Horon, Bqa´ot, Bracha, Carmel, Chemdat, Dolev, Efrat (Efrata), El´azar, Eli (ville), Elkana, Elon More, Enav, Eshkolot, Etz Efraim, Ganim (évacuée), Geva Binyamin, Gilgal, Gitit, Giv´at Ze´ev, Giv´on Ha´hadasha, Gush Etzion, Gva´ot, Haggai, Halamish, Hamra, Har Adar, Hashmonaim, Hermesh, Hinanit, Homesh (évacuée), Immanuel, Itamar, Kadim (évacuée), Kalia, Karmei Tzur, Karnei Shomron, Kedumim, Keidar, Kfar Etzion, Kfar Ha´oranim (Menorah), Kfar Tapuah, Kiryat Arba, Kiryat Netafim, Kochav Ha´shachar, Kochav Ya´akov, Ma´ale Amos, Ma´ale Efraim, Ma´ale Levona, Ma´ale Michmash, Ma´ale Shomron, Ma´on, Masu´a, Matityahu, Mechola, Mechora, Metzadot Yehuda, Mevo Dotan, Mevo Horon, Migdal Oz, Migdalim, Mitzpe Shalem, Mitzpe Yericho, Modi'in Illit, Na´ale, Na´ama, Nahaliel, Negohot, Netiv Ha´gdud, Neve Daniel, Nili, Niran, Nofei Prat, Nofim, Nokdim, Ofarim, Ofra, Oranit, Otniel, Pedu´el, Petzael, Pnei Hever, Psagot, Rechelim, Reihan, Revava, Rimonim, Ro´i, Rosh Tzurim, Rotem, Sal´it, Sha´arei Tikva, Shadmot Mehola, Shaked, Shani (Livne), Shavei Shomron, Shilo, Shim´a, Shvut Rachel, Susiya, Talmon, Telem, Tene, Tko´a, Tomer, Tzofim, Vered Yericho, Yafit, Yakir, Yitav, Yitzhar.

Beaucoup de maisons et de villages entiers palestiniens ont été et continuent d’être démolis, leurs oliviers arrachés, pour laisser la place à leurs colonies illégales.

Toute la zone délimitée ici est la terre palestinienne. Le violet clair représente les zones militaires israéliennes fermées. Le violet sombre représente les colonies israéliennes illégales. La ligne noire représente le mur de l’apartheid israélien. Tout ce qui est à gauche a été annexé par Israël. Les zones en jaune sont des centres peuplés palestiniens majeurs, bien que des Palestiniens vivent dans toute la zone de la Cisjordanie.

 

Graphique montrant l’annexion illégale de la terre palestinienne de 1948 à 2000. Depuis 2000, les zones en vert de terre palestinienne ont subi une annexion supplémentaire d’Israël.

 

 

Selon une étude de 2006 par le bureau central de statistiques palestinien, il y a environ 2 millions et demi de Palestiniens qui vivent en Cisjordanie. Ce chiffre est corroboré par le livre de faits de la CIA et plusieurs autres sources. De façon intéressante, une étude du groupe de recherches démographiques américano-israélien, effectuée également en 2006, prétend qu’il y a seulement 1,4 million de Palestiniens en Cisjordanie. 1,1 million de Palestiniens ‘effacés de la carte’, au sens figuré…à l’heure actuelle.

En essayant de justifier son traitement illégal et inhumain du peuple palestinien et ses aspirations durant les 60 dernières années, l’Etat sioniste d’Israël a compté sur la revendication qui réclame depuis la résolution 242 de l’ONU :

« Arrêt de toutes les prétentions ou états de belligérance et respect pour et reconnaissance de la souveraineté, l’intégrité territoriale et l’indépendance politique de chaque Etat dans la région et leur droit de vivre en paix à l’intérieur de frontières sûres et reconnues libres de menaces ou d’actes de force.

Et puisque les gouvernements palestiniens successifs ont refusé d’accepter le droit d’exister à Israël, ou bien ont maintenu une attitude de ‘belligérant’ envers l’entreprise sioniste,  les deux constituent une violation technique de la résolution 242, tout gouvernement israélien n’est pas requis d’obéir à la résolution 242. La tromperie dans cette attitude est dans le fait que, en 1967, les déclarations de la résolution 242 se référant à « l’arrêt de toutes les prétentions ou états de belligérance et respect et reconnaissance de la souveraineté, l’intégrité territoriale et l’indépendance politique de chaque Etat dans la région et leur droit de vivre en paix à l’intérieur de frontières sûres et reconnues libres de menaces ou d’actes de force. » étaient dirigées largement sur Israël parce que c’était Israël qui avait annexé tant de terre palestinienne et arabe, par l’inverse ! Et étant donné que depuis ce moment Israël a étendu son contrôle et son occupation de la terre palestinienne, il n’y a aucun moyen qu’un gouvernement palestinien puisse JAMAIS prendre une attitude de belligérant envers Israël parce qu’Israël est l’agresseur et continue de l’être ! Si une personne vient et occupe une partie de votre maison et réclame ensuite que pour réaliser la paix VOUS deviez reconnaître son occupation illégale d’une partie de votre maison et si vous ne le faites pas VOUS êtes le méchant qui ne veut pas faire la paix, consentiriez-VOUS à un tel accord ? Reconnaîtriez-VOUS le « droit légitime d’exister » à une personne si ça signifie reconnaître la légitimité de son vol de votre maison et l’oppression de votre famille, C’est exactement la situation en Israël/Palestine aujourd’hui, et c’est la véritable source du conflit israélo-palestinien.

©Palestine Today

Des étudiantes palestiniennes s’échappent en courant de gaz lacrymogènes tirés contre elles par des troupes israéliennes.

Ce qui devient évident rapidement est que la capacité d’Israël a continuer à exercer un contrôle sur le peuple palestinien et son destin dépend entièrement de l’apparence d’une menace continue contre l’existence d’Israël de groupes représentant le peuple palestinien. Si les Palestiniens se décidaient à renoncer à la violence et poursuivaient leurs buts par des moyens entièrement politiques, ce serait une très mauvaise journée pour Israël. Devons-nous supposer alors que cette simple compréhension s’est dérobée aux Palestiniens durant toutes ces années ?

La position d’agresseur principal d’Israël dans le conflit le place dans une position précaire. Durant les années 1990, plusieurs initiatives de paix au Moyen-Orient furent présentées. Vers la fin de cette décennie, la conscience internationale de la malchance des Palestiniens continua à croître, et il était clair à tous ceux même avec une compréhension basique du conflit que les Palestiniens avaient de droit moral de leur côté. Quelque chose devait être fait.

©Palestine Today

Un enfant palestinien montre à un soldat israélien qu’il ne porte pas de ceinture d’explosifs.

 

En septembre 2000, Ariel Sharon, le chef de l’opposition d’alors, a visité le complexe de la mosquée Al-Aqsa et le soi-disant ‘Mont du Temple’. Le site se trouve à Jérusalem Est et est le troisième site le plus sacré dans l’Islam. Tout naturellement, la visite de Sharon fut considérée par les Palestiniens comme une provocation délibérée.

Le 29 septembre 2000, le jour suivant la visite de Sharon et les prières du vendredi, de grandes émeutes éclatèrent dans la vielle ville de Jérusalem durant lesquelles au moins cinq palestiniens innocents furent tués par balle par les forces de sécurité israéliennes et 200 autres furent blessés.

Le même jour, des manifestations et des émeutes éclatèrent en Cisjordanie. Dans les jours suivants, des manifestations éclatèrent dans toute la Cisjordanie et Gaza. La violence augmenta rapidement et dans les premiers jours de l’Intifada, 61 Palestiniens furent tués et 2 657 furent blessés par l’armée et la police israéliennes. En octobre, des milliers d’Israéliens juifs participèrent à des actes de violence à Nazareth et à Tel Aviv, lançant des pierres et attaquant des Arabes, détruisant des propriétés arabes et chantant « Mort aux Arabes ». BBC News a annoncé que » le Yom Kippour de cette année sera honteux pour l’explosion violente, raciste des Juifs contre des Arabes à l’intérieur d’Israël ». La provocation de Sharon causa en fin de compte la seconde ‘Intifada’ ou soulèvement (littéralement ‘ébranlement’), mais tout cela faisait clairement partie d’un plan sioniste soigneusement préparé.

©Palestine Today

Troupes israéliennes

Du besoin du point de vue d’Israël pour un nouveau et convaincant bâton avec lequel battre les Palestiniens, il ne fut pas surprenant que moins d’un an après la provocation de Sharon et le commencement de la seconde Intifada, les attentats du 11 septembre arrivèrent. Comme nous l’expliquons dans notre livre, 9/11: The Ultimate Truth, l’attaque à New York et à Washington était l’opération israélienne de faux drapeau cruciale, et la fausse  « guerre à la terreur islamique » jouée directement dans les mains du gouvernement israélien, leur donnant carte blanche pour accroître leur persécution des Palestiniens sous la bannière de la lutte antiterroriste.

Comme la guerre à la terreur islamique des Etats-Unis, l’histoire des 6 dernières années de la seconde Intifada est définie par l’inhumanité des gouvernements israéliens et américains envers les populations arabes du Moyen-Orient.  Quelque part autour de 1 million de civils irakiens et des dizaines de milliers d’Afghans innocents ont été assassinés par les forces armées américaines. En Irak, le Mossad israélien s’applique à la tâche pour aider les agents secrets américains et britanniques à créer la « guerre civile » au moyen d’attentats à la bombe et de massacres qui sont attribués aux insurgés irakiens ou  à la mythique ‘al-Qaïda’ selon le besoin.  Entre temps la semaine dernière, l’U.S. Airforce a commencer à bombarder les faubourgs civils de Bagdad, et le gouvernement américain sait exactement où se trouve Oussama.

En Palestine plus de 100 ‘attentats suicides’ ont été effectués par des groupes de renseignement israéliens contre des citoyens israéliens innocents et attribués à des groupes palestiniens dans le but de justifier la continuelle occupation et oppression du peuple palestinien. Des tentatives récentes par le Hamas et le Fatah pour s’unifier contre l’agresseur sioniste ont été largement contrariées par des équipes israéliennes déguisées en Palestiniens qui attaquent des membres du Fatah et du Hamas pour essayer de semer la discorde et que les Palestiniens s’agressent les uns les autres.

Des Israéliens déguisés tuent des militants dans un raid en Cisjordanie

Mercredi 28 fev. 2007

JENIN, Cisjordanie (AFP) – Des commandos israéliens déguisés en Palestiniens ont tué un commandant du Jihad Islamique et deux militants à Jenin mercredi durant une action punitive au Nord de la Cisjordanie occupée.

Israël a aussi relancé une chasse massive aux ‘militants’ à Nablus au Sud de Jenin, envoyant environ 100 jeeps et véhicules blindés, juste après s’être retirés de la deuxième plus grande ville de la Cisjordanie après un siège de deux jours.

La force secrète à Jenin a ouvert le feu sur la voiture transportant des militants, tuant Ashraf al-Saadi, 25 ans, un chef supérieur du Jihad en Cisjordanie, et Alaa Breiki, 26 ans, ont dit des sources de sécurité palestiniennes.

Un troisième militant, Mohammad Abu Naasa, 22 ans, a été blessé durant les tirs, mais un soldat l’a achevé d’une balle dans la tête, ont dit des témoins.

« Les soldats se sont approchés de la voiture, ont ouvert la porte arrière, ont vu qu’un des types était blessé à l’arrière. Un des soldats a pris son pistolet et lui a tiré dans la tête. » a dit un témoin, refusant d’être nommé.

|…] « Les troupes ont ouvert le feu et les ont tués. » a dit la source, ajoutant que le trio était impliqué dans la préparation et l’exécution d’attaques contre l’armée et la préparation d’attentats suicides."

[…] Un mouvement islamiste radical considéré proche de l’Iran, le Jihad Islamique a revendiqué la responsabilité pour la plupart des attentats suicides en Israël ces deux dernières années, y compris l’explosion du 29 janvier dans le complexe hôtelier de la Mer Rouge d’Eilat qui a tué trois civils israéliens.

[…] L’autorité palestinienne a averti que l’action punitive à Nablus menaçait les efforts menés par les Etats-Unis pour ranimer le processus de paix gelé depuis longtemps.

Juste pour la clarification, tout Palestinien qui résiste à l’oppression d’Israël est un « terroriste » pour autant que les gouvernements israéliens et américains soient concernés, et ne mérite qu’une balle dans la tête. Et pour l’attentat suicide à Eilat le mois dernier il n’y avait pas de terroriste kamikaze.

Un militant meurt dans une embuscade israélienne

BBC News

21/02/2207

Des troupes israéliennes ont tué un commandant du groupe du Jihad Islamique militant dans le Nord de la Cisjordanie.

Mahmoud Abu Obeid conduisait dans Jenin quand des agents secrets ont arrosé sa voiture de balles, ont dit des témoins.

L’armée israélienne n’a pas fait de commentaires tout de suite. La mort est survenue un jour après que la police ait dit qu’ils avaient contrecarré un attentat suicide à Tel Aviv.

La radio israélienne a dit que le chef du Jihad Islamique à Jenin – un abri de militants – avait envoyé le terroriste suspecté.

Des témoins cités par l’Associated Press ont dit qu’un hélicoptère de combat israélien avait été vu dans la région à ce moment.

Un officiel du Jihad Islamique a confirmé que le groupe avait planifié d’exécuter l’attentat de Tel Aviv, trois semaines après son dernière attentat dans la ville israélienne d’Eilat.

Israël envoie périodiquement des agents secrets habillés en Palestiniens pour mener des opérations militaires en Cisjordanie occupée.

Comme je l’ai déjà noté, une partie de ces « opérations militaires » comprennent le recrutement de Palestiniens pour agir comme des dupes dans l’accomplissement « d’attentats suicides ». Un scénario qui a été joué à plus d’une occasion se déroule comme suit :

Un Palestinien est recruté par des agents secrets israéliens ou des "musta'ribeen" en arabe, c’est-à-dire « ceux qui paraissent arabes ». Ces recrues peuvent être des Palestiniens ordinaires, sinon naïfs, qui sont séduits par la promesse d’argent ou d’un job ou ils peuvent être choisis parmi les 10 000 Palestiniens et plus qui dépérissent dans les prisons israéliennes, beaucoup sans autre accusation que d’être palestinien.

Une fois recruté sur de fausses hypothèses, le bouc-émissaire est instruit où aller vers une zone spécifique de Tel-Aviv ou une autre ville israélienne comme Eilat pour rencontrer un contact dans, disons, un restaurant ou un nightclub. On peut aussi lui dire de monter dans un certain bus sur une certaine route à une certaine heure. Une fois que le dupe palestinien atteint la destination choisie, des agents israéliens, surveillant à proximité, font exploser une bombe qui avait été placée là soigneusement auparavant. Le résultat ? « attentat suicide palestinien » instantané.

Que ce scénario soit très probablement la réalité de la plupart sinon tous les attentats attribués aux Palestiniens durant les 6 dernières années peut être compris en regardant les résultats de tels attentats. A chaque occasion :

Les Palestiniens ont été diabolisés encore plus comme des « terroristes » par tous.

L’opinion internationale s’est tournée contre les Palestiniens et leur cause.

La haine des Juifs israéliens pour les Palestiniens et le soutien de leur brutale oppression des Palestiniens par leur gouvernement a augmenté.

Les Arabes en général ont été diabolisés comme des « terroristes suicides cinglés » prêtant ainsi crédit au mensonge que des pirates de l’air suicide ont réalisé les attentats du 11 septembre.

Comment faire alors, en final, pour que tout ça ait un sens ?

Israël, financé en milliards de dollars par année par le gouvernement américain, pousse pour avoir une guerre du Moyen-Orient qui remodèlera radicalement toute la région. En 1948, l’Etat d’Israël fut fondé sur une injustice brutale contre le peuple palestinien. Depuis lors, plutôt que de racheter cette injustice, les gouvernements israéliens successifs ont augmenté activement l’oppression et la brutalité distribuée au peuple de Palestine. Les leaders de Sion ne veulent pas la paix, ils veulent que leur vision folle, inhumaine du Grand Israël arrive à maturité, et si les Palestiniens refusent de s’aplatir sous la botte de leur suzerain israélien, alors il n’y a pas de place pour eux dans l’avenir.

©Palestine Today

Un soldat israélien pointe son arme sur le ventre d’une fille palestinienne tandis qu’il l’empêche d’atteindre son école.

En 2002, l’ancien procureur général d’Israël Michael Ben-Yair n’a pas laissé de doute quand il a dit :

« Nous avons choisi avec enthousiasme de devenir une société coloniale, ignorant les traités internationaux, expropriant les terres, transférant des colons d’Israël pour occuper les territoires, nous engageant dans le vol et trouvant une justification pour toutes ces activités. Désirant passionnément garder les territoires occupés, nous avons développé deux systèmes judiciaires : l’un – progressiste, libéral – en Israël, et l’autre – cruel, injurieux – dans les territoires occupés. Effectivement, nous avons établi un régime d’apartheid dans les territoires occupés immédiatement à la suite de leur capture. Ce régime oppressif existe jusqu’à ce jour. »

Regardez le documentaire "The Iron Wall" (le mur de fer) pour comprendre que le peuple palestinien vit actuellement dans les conditions qui sont les mêmes, sinon pires, que celles vécues par les Juifs et d’autres en Allemagne nazie.

Réfléchissez à ce nouveau sujet de nouvelles :

Des rabbins extrémistes prônent le retour du sacrifice d’animaux

JERUSALEM (AP) – Un groupe marginal de rabbins extrémistes veut reprendre la pratique biblique du sacrifice d’animaux sur un site religieux explosif à Jérusalem, ont dit des membres mercredi.

 La demande a défié des siècles de proscriptions religieuses et a déclenché une forte protestation d’un chef musulman.

Maintenant un groupe, appelé le « Sanhédrin rétabli » d’après la haute cour religieuse de l’époque du Temple, a décidé d’acheter quelques moutons et essayer d’en trouver un qui soit rituellement parfait pour le sacrifice, en vue de reprendre la pratique sur le site de Jérusalem, connu des Juifs comme le Mont du Temple.

Le site est celui le plus disputé au Moyen-Orient, lieu actuel du complexe de la mosquée Al-Aqsa, où des musulmans croient que le Prophète Mahomet est monté au ciel. […]

Les 71 membres du « Sanhédrin rétabli » disant qu’ils veulent recommencer le sacrifice d’animaux, malgré l’absence du Temple, l’autel rituel et tous les instruments requis listés dans la Bible. Le rabbin Dov Stein du groupe a admis que ce ne serait pas pour bientôt.

« Nous voulons faire le sacrifice, mais nous avons des problèmes politiques, » a dit Stein. « Nous espérons qu’il viendra un temps où le gouvernement sera d’accord. Nous pousserons pour ce moment arrive. »

Ces rabbins extrémistes ne sont pas si extrémistes, du moins pas quand on les compare avec les leaders politiques d’Israël. Il sont tous empoignés dans une ferveur messianique, c’est juste que les rabbins n’ont rien à perdre en l’exposant trop tôt.

La fête juive du ‘Pourim’ commence le 4 mars. Ce fut durant le ‘Pourim’ que l’invasion américaine illégale de l’Irak commença en 2003. Le Pourim est une célébration du meurtre du Premier ministre perse, Haman, il y a 2 000 ans, pour avoir soi-disant comploter contre les Juifs tel que relaté dans l’Ancien Testament. Haman, il est dit, fut pendu avec ses dix fils et 75 000 malheureux Perses furent massacrés. Les rabbins juifs, de concert avec des ministres évangéliques américains, ont prétendu avoir organisé une opération où 6 millions d’enfants chrétiens dans le monde entier ont prié pour Israël et un autre attentat contre un leader iranien.

Tout le monde doit considérer soigneusement les événements des 7 dernières années, en particulier les attentats du 11 septembre et tout ce qui en a résulté. Tout le monde doit comprendre que l’armée américaine, largement aux ordres des leaders sionistes, va attaquer l’Iran. Nous, le peuple ordinaire de ce monde, sommes confrontés à un sérieux problème : les gens les plus puissants sur cette planète sont clairement des ‘psychopathes essentiels.’ Ils sont des serpents en costumes, des êtres humains dépourvus de toute humanité qui se délectent du pouvoir, de la domination et du contrôle à leur propre avantage.

Où pensez-vous que le monde se dirige avec de telles personnes à la barre ? Pensez-vous qu’il y a quelque chose qu’ils ne fassent pas pour poursuivre leur ordre du jour égoïste démentiel ? Plus que tout autre chose, et avant qu’il ne soit trop tard, nous devons comprendre notre ennemi et la réalité de la situation dans laquelle nous nous trouvons. Si nous ne le faisons pas, alors il ne reste rien d’autre que de rester assis et regarder les ténèbres se répandrent autour du globe et nous engloutir tous très bientôt.

You are visitor number .