Un article par
Laura Knight-Jadczyk et KAH


"Culture officielle" en Amérique:
Un Etat Naturel de Psychopathie?

Traduction franšaise: Henri R.


30 juillet 2003: KAH - Le sujet du point de vue extrêmement étroit de la plupart des Américains comparé à la majorité des autres peuples dans le monde apparut dans une conversation l'autre jour. Les gens dans la conversation étaient, comme il se trouve, essentiellement Américains. L'un d'eux commentait que les Américains avaient été "programmés" à leur point de vue par propagande des mass médias pendant très longtemps et que c'était simplement une part très normale de la vie américaine et fondamentalement, avait toujours eu lieu. Elle concluait, "Quiconque le nie est soit ignorant, soit a un ordre du jour."

Cela peut être ainsi. Il peut être vrai que les "joueurs de flûte bigarrés" de déni ont un ordre du jour. Mais alors, que dit-on ou fait-on sur l'ignorance de la vaste majorité des Américains? Pourquoi et comment est-ce que le piège du fascisme se ferme sur eux devant leur yeux et peu importe combien de voix - le nombre augmente chaque jour - se lèvent pour faire remarquer le danger, ils ne semblent tout simplement pas le comprendre?

La conversation continua avec un commentaire d'un autre individu suggérant qu'on doit prendre en compte comment la "culture officielle" est réellement efficace aux Etats-Unis. Ce n'est pas juste une question d'ignorance, mais une question de la perfection à long terme de la propagande qui commença dans les premiers jours du siècle précédent. Il fut proposé que cette propagande soit si complète, que non seulement la plupart des gens aux Etats-Unis sont ignorants de ce qui se déroule sur la scène politique US, et dans le monde comme direct résultat de la politique US, ils sont ignorants du fait qu'ils sont ignorants. On leur a inculqué la vue que leur vision est la seule "juste" et, en conséquence, réellement ils "ne savent pas mieux". En bref: "Que faites-vous si vous ne savez pas que vous ne savez rien?"

Bien, la chose est, à un certain point dans le temps, peu importe comment la programmation a été, la plupart des gens finiront éventuellement par tomber sur un certain morceau d'information qui n'est pas tout à fait "adapté" à la "culture officielle"; "ça ne va pas aller avec leur vue de la réalité, avec ce qu'ils ont appris, et c'est habituellement juste un petit peu inconfortable quand ça arrive. Ou ça doit l'être.

Ma question est, pourquoi c'est un complet refus, même un comportement agressif en certains cas, la réaction de certains quand les faits objectifs de la réalité leur sont soulignés, tandis qu'il y en a d'autres qui réagissent avec un sens accru de curiosité, un désir accru pour de l'information additionnelle?

Pourquoi certains évitent la connaissance et d'autres la désirent ardemment?

Pourquoi certains résistent à la programmation, et d'autres l'accueillent à bras ouverts?

C'est comme si certaines personnes - celles qui embrassent avidement la vision "nous avons raison" - ont des esprits qui sont fermés depuis le tout début et ils sont entièrement incapables de les ouvrir, même juste une fente. Il n'y a pas de curiosité en eux. Il n'y a pas de questions dans leurs esprits. Il n'y a pas de "quoi si?" ou "peut-être".

Il me semble que la propagande de la Culture Officielle alors, quoique tout à fait efficace, peut ne pas être la seule raison pourquoi autant d'Américains sont apathiques sur ce que fait leur gouvernement, à la fois aux Etats-Unis et à l'étranger. Cela semble comme s'il y avait certaines différences distinctes dans les êtres humains à un niveau très basique qui a besoin d'être considéré ici.

A mon avis, (KAH), nous tous qui avons été élevés aux Etats-Unis avons été dupés via ce contrôle mental de la Culture Officielle imposé à travers le système d'éducation et les mass médias. Mais il y a certains d'entre nous qui semblent avoir la capacité de questionner, de se demander, d'ouvrir leur esprit à d'autres possibilités - même si elles semblent tirées par les cheveux. Et invariablement, cette ouverture de l'esprit à d'autres vues a été enrichissante et gratifiante à beaucoup de niveaux, dont pas le moindre est une vue humanitaire de tous les peuples et cultures.

Est-ce qu'être capable d'ouvrir son esprit et poser des questions est juste une question de "courage?". Est-ce qu'un esprit fermé est simplement la preuve d'être un lâche? Est-ce que la résistance à la "culture officielle" est une conséquence d'une "nature rebelle" fondamentale et est-ce que ceux qui "suivent la foule" sont de meilleurs "joueurs d'équipe", même si l'équipe est sur la route-basse de la morale?

Est-ce que la différence est celle qui existe entre les peuples qui veulent faire face à la "terreur de la situation" et ceux qui simplement ne peuvent vivre dans l'état de tension produit en ayant à prendre des décisions morales eux-mêmes?

Ou, y a-t-il quelque chose de plus profond ici? Si c'est le cas, qu'est-ce que c'est? ET quoique ce soit, pourquoi est-ce si "actif" dans les jours et le temps présents? Quel est le "brouillard" qui entoure l'Amérique et les esprits de son peuple?

Dans le passé, j'ai rencontré beaucoup de gens que je considérais être ouverts d'esprit, mais en final découvris qu'ils ne sont pas ainsi quand ils refusent absolument d'admettre même la possibilité de ce qui est si évident à tant de gens intelligents et compatissants. Par exemple, la psychopathie évidente de Bush et d'autres dirigeants mondiaux, nous révèle certainement que la "terreur de la situation" se manifeste sur une plus grande échelle que ce que n'importe lequel d'entre nous aurait pu rêver possible il y a quelques années. C'est là. Indices et signes partout. C'est aussi visible que le nez sur votre visage. Mais la plupart des Américains couperaient plutôt ce nez avec le résultat qu'ils fâcheraient le visage.

Il est assez terrifiant quand on réalise que le Reich de Bush et d'autre groupes d'élite autour du globe entraînent des dégâts sur la planète sans considération pour la vie sous quelque forme, à part la leur propre, mais quand nous avons aussi à faire face au fait qu'il y a tant de gens ici-bas, qui - même quand ils font face à certains faits de cette boîte globale de matière inflammable - soit ne peuvent le voir ou ne VEULENT pas le voir, bien, cela rend cette situation juste un petit peu plus terrifiante.

A nouveau, nous retournons au problème: qu'est-ce qui NE VA PAS avec les Américains?

Nous savons déjà que le "Pays de la Liberté" est parti, mais en ce qui concerne "la Patrie du Brave"?. Cela ne nécessite pas du courage de soutenir un tyran - mais cela prend BEAUCOUP de courage pour se lever contre un. Est-ce que l'Amérique a perdu ce courage qui leur donnait l'héroïsme intestinal pour se lever contre la puissance militaire la plus puissante de l'époque - l'Angleterre - pour déclarer leur indépendance des tyrans et résister pour ce qui était juste?
Qu'est-ce qui est arrivé à "Donne moi la liberté ou donne moi la mort?". Parce que l'Amérique a sûrement choisi la mort en abandonnant sa liberté!

Quand je grandissais dans l'Ouest, mes frères et moi étions sujets à des "attitudes racistes" très intenses de la part de nos beaux-parents. Nous vivions dans une petite communauté ferme-ranch où cette sorte de système de croyance est généralement passé de génération en génération et personne ne le questionne jamais.

Cependant, à un très jeune âge, je me rebellais instinctivement contre cette vision du monde. Il semble que j'avais une sorte d'amour naturel, intrinsèque, un respect et une fascination pour les autres cultures et peuples. Evidemment, cela rendait mes beaux-parents FOUS. Il y avait beaucoup de tension entre nous à cause de cela.

Mon amour et ma curiosité sur les autres cultures me conduisirent à voyager de manière extensive tandis que je grandissais. J'étais curieuse; je voulais explorer; je voulais SAVOIR. Quand en fin de compte je me mariai hors de ma propre culture, bien, j'avais franchi la ligne et tout contact avec ma famille devait être terminé. Le prix qu'ils voulaient payer pour leurs croyances racistes fut haut - à mon avis - plus pour eux que pour moi, quoique certainement ce rejet fusse douloureux.

Mon point est que je résistais à ce programme raciste intensément. Il était tout autour de moi, dans la ville, les écoles, l'église où nous allions. Mais je n'en voulais aucune part. Il semble que cela allait contre ma vraie nature. Mais pour les autres, il semblait très "naturel" de "tomber amoureux" cette programmation culturelle - pour être "à l'aise" dans un milieu qui excluait presque tout le monde comme êtres humains.

Est-ce juste de l'"ignorance"? Est-ce que les Américains sont juste ignorants et ignorants de leur propre ignorance? Est-ce que cette ignorance est strictement due à la "programmation de la culture officielle" - programmation qui semble être conçue pour encourager l'ignorance?

A nouveau c'est comme s'il y avait deux types différents de personnes et deux manières différentes de traiter la question de la propre ignorance de quelqu'un.

Certains individus, quand ils sont en face de certains faits sur leur propre ignorance, nient véhémentement qu'ils SONT ignorants et ont recourt à des platitudes et des clichés incluant même la vieille scie sur la différence entre "apprentissage par les livres" et "sens commun". D'autres, quand ils sont confrontés à leur propre ignorance, commencent immédiatement à la rectifier, peu importe la douleur que ça peut être.

Quand je déménageais à l'étranger pour la première fois à l'âge de 21 ans, je réalisais que j'étais, comme la plupart des Américains, ignorante de manière abyssale par rapport à la politique. Je découvris - à ma grande consternation - que dans mon pays d'origine, la plupart des gens autour de moi - commerçants, coiffeurs, chauffeurs de taxi - connaissaient plus sur ce qui se passait aux Etats-Unis et dans le reste du monde que moi; BEAUCOUP plus! Je n'avais pas IDEE des choses qui se passaient et qui étaient un savoir commun des autres peuples dans le monde. Et ici, ce n'était pas simplement une question d'avoir une opinion différente des autres. Il était question d'une absence presque complète d'INFORMATION à l'intérieur de ce pays qui promouvait la démocratie comme règle d'une "citoyenneté informée". Je réalisais avec une clarté frappante exactement combien j'étais ignorante sur ce point, et je l'admis à moi-même. Plus loin, je fus embarrassée pour moi-même et d'autres Américains qui furent vus (correctement ainsi) aussi ignorants et "dans le noir" politiquement et culturellement parlant. MAIS, dû à cet embarras et à la réalisation de l'étendue extraordinaire de mon ignorance, je décidais de faire quelque chose là-dessus.

Mais il y a tellement d'Américains qui - quand ils font face à des situations similaires, font face à leur ignorance - la nient agressivement. Et généralement, le "dernier mot" pour eux est: "Oh, il/elle ne connaît pas de quoi ils parlent! Ils sont des 'étrangers'". Et c'est la clé: "étrangers".

Les "Etrangers" ne peuvent connaître quelque chose parce qu'ils ne sont pas Américains. Et les Américains, par défaut d'avoir le plus de bombes de la planète, "savent" toujours ce qui se passe. Ou, à tout le moins, leurs leaders savent et nous n'avons pas à penser sur de telles choses. C'est ce pourquoi nous élisons nos leaders, non? Ainsi ils tiendront tout ce truc politique ennuyeux et fatigant et nous laisseront regarder "Survivor" et le Super Bowl et laver notre nouveau 4x4 S pour que les voisins soient verts d'envie!

Et ils le laissent comme cela. C'est la manière préférée pour traiter toutes ces questions. Oubliez toute la question d'une "citoyenneté informée" et tout possible outrage que les citoyens des Etats-Unis ne sont pas seulement informés, ils sont délibérément DES-informés!

Ils ne réalisent même pas que "Survivor" est en train de les programmer aux vraies attitudes qui sont affichées par leurs leaders - normalisant , pour ainsi dire - et à présent ces attitudes sont manifestées dans leurs propres vies d'une manière directe et terrifiante. Pour beaucoup aux Etats-Unis, leur futur est qu'ils n'auront plus de Super Bowls, et que le 4x4 n'aura certainement pas assez d'essence pour les emporter assez loin de la terreur qui les confrontera quand ils seront "exclus de l'île" dans le jeu global de "Survivor".

Pourquoi cette condition existe? Pourquoi tant de gens sont si susceptibles à la "culture officielle" et à la propagande des mass médias? Pourquoi tant de gens en sont esclaves? Et pourquoi certains autres - une fois que les questions auront été levées - commencent à chercher le savoir qui révèle l'homme derrière le rideau?

Peut-être est-ce plus que simplement une question de programmation très intelligente et très intense. Peut-être est-ce aussi une question de nature de la personne?

LKJ: Récemment, J'ai considéré beaucoup d'idées en essayant de répondre à cette question. Les membres de la Future Ecole Quantique ont été engagés dans l'étude de la psychopathie et pseudo-psychopathie pendant deux ans maintenant. Cela a certainement préparé la plupart d'entre nous à être capables de voir l'homme derrière le rideau, ou, dans ce cas, derrière le "masque de la santé d'esprit". Mais cela ne répond pas à la question pourquoi le comportement psychopathe semble être si répandu aux Etats-Unis. (Cela ne veut pas dire qu'il n'existe pas partout - c'est une donnée).

Linda Mealey du Département de Psychologie au Collège de St Benedict à St Joseph au Minnesota, a récemment proposé certaines idées dans son papier: La Sociobiologie du Sociopathe; Un Modèle Evolutionnaire Intégré. Ces idées adressent l'augmentation en psychopathie dans la culture américaine en suggérant qu'une société compétitive - capitalisme, par exemple - la psychopathie est adaptative et probable d'augmenter. Elle écrit:

J'ai ainsi longuement argumenté que certains individus semblent avoir un génotype qui les prédisposent [à la psychopathie]

[La psychopathie décrit] des différences individuelles dépendant de la fréquence, basées génétiquement, dans l'emploi des stratégies de vie. [Les psychopathes] apparaissent toujours dans chaque culture, peu importe les conditions socio-culturelles. […]

La compétition augmente l'utilisation des stratégies antisociales et machiavéliques et peuvent contrecarrer le comportement pro-social…

Certaines cultures encouragent la compétitivité plus que d'autres et ces différences dans les valeurs sociales varient à la fois temporellement et à travers les cultures. […] A travers les dimensions, les hauts niveaux de compétitivité sont associés avec les taux de crimes élevés et le machiavélisme.

La haute densité de population, une forme indirecte de compétition, est aussi associée avec le comportement pro-social réduit et le comportement anti-social accru. […]
[Mealey, op. cit.]


La conclusion est que "l'American way of life" a optimisé la survie des psychopathes avec la conséquence que c'est une stratégie de vie adaptative qui réussit extrêmement dans la société américaine, et ainsi a augmenté dans la population en termes strictement génétiques. En outre, comme conséquence d'une société qui est adaptative pour la psychopathie, beaucoup d'individus qui ne sont PAS des psychopathes génétiques ont adapté similairement, devenant des psychopathes "efficaces" ou des "sociopathes secondaires".

(Beaucoup d'experts différentient entre les sociopathes primaires et secondaires. Le premier est un sociopathe parce qu'ils a les gènes et le second est plus ou moins "créé" par leur environnement de victimisations. D'autres experts se réfèrent à ces deux catégories comme "psychopathes" pour la variété génétique et les sociopathes pour la variété réactive. Nous préférons cette dernière distinction.)

Evidemment, parce qu'ils ne sont pas handicapés intellectuellement, ces individus [psychopathes] progresseront normalement en termes de développement cognitif et acquérront une théorie de l'esprit. Leurs théories, cependant, seront formulées purement en termes instrumentaux [qu'est-ce que revendiquer ceci ou cela peut me DONNER?], sans accès à la compréhension empathique sur laquelle la plupart d'entre nous compte la plupart du temps.

Ils peuvent devenir d'excellents prédicteurs du comportement des autres, non-handicapés par l'intrusion de l'émotion, du jeu, comme font les joueurs professionnels, exclusivement sur les lois nomothètes et les données actuarielles plutôt que les sensations et les sentiments.

En déterminant comment "jouer" dans les rencontres sociales de la vie de tous les jours, ils utiliseront une pure approche coût-bénéfice basée sur les résultats personnels immédiats, sans "comptabilité" des réactions émotionnelles des autres avec lesquels ils traitent.

Sans réel amour pour les "commettre" dans la coopération, sans anxiété pour empêcher la peur de la "désertion", sans culpabilité pour inspirer la repentance, ils sont libres de jouer continuellement pour le bénéfice à court terme.

Au même moment, parce que les changements dans les fréquences des gènes dans la population ne seraient pas capables de garder l'allure avec les paramètres à changement rapide des interactions sociales, une proportion additionnelle fluctuante de sociopathie en résulterait parce que dans une société de [psychopathie], les circonstances environnementales font une stratégie de vie antisociale plus profitable qu'une pro-sociale. [Mealey]

En d'autres mots, dans un monde de psychopathes, ceux qui ne sont pas des psychopathes génétiques, sont induits à se comporter comme des psychopathes simplement pour survivre. Quand les règles sont établies pour rendre une société "adaptative" vers la psychopathie, cela fait des psychopathes de n'importe qui.

Maintenant, ne soyez pas trompés par le mot "psychopathe". Beaucoup d'individus égalent ce terme avec des meurtriers de masse ou des fous "avec la bave à la bouche". Quel que soit le nom, ce désordre dangereux de personnalité présente trois réalités troublantes: sa prévalence semble être en augmentation, c'est bien plus commun qu'on ne le pensait précédemment, et il n'y a pas de guérison. Ce qui rend le psychopathe si effrayant et dangereux est qu'il ou elle porte un "Masque de Santé d'Esprit" complètement convaincant. Ceci peut d'abord rendre une telle personne totalement persuasive et complètement saine, d'après le psychiatre Harvey Cleckley. Le Dr. Cleckley fut le premier à décrire les symptômes clés de ce désordre.

Les psychopathes peuvent être très sociables , bien qu'ils soient antisociaux derrière leur "masque" dans le sens que leurs "émotions" sont complètement fausses. Ils sont maîtres à manipuler les autres pour leur gain personnel. Leur charme, en fait, est légendaire. "En tant que thérapeute, vous rencontrez ça tout le temps, où un homme est mystérieusement contrôlé par un sociopathe," explique le psychologue Melvin Sinder, co-auteur de Smart Men Bad Choices (Mauvais choix des Hommes Intelligents).

Les psychopathes sont experts à utiliser les gens. Ils peuvent demander n'importe quoi à n'importe qui sans embarras et à cause de leur convivialité sociable séductrice, leur utilisation de "moi, pauvre innocent! Je suis une personne si BONNE et j'ai été traitée si MAL!" que la victime est invariablement aspirée à donner au psychopathe ce qu'il demande - peu importe le niveau d'outrage.

Les psychopathes sont maîtres à truquer les émotions dans le but de manipuler les autres. Un psychologue rapporta que si vous les attrapez dans l'acte de commettre un crime, ou de dire un mensonge, "ils justifient immédiatement leurs actions par auto-pitié et en blâmant un autre, en créant une scène de sentiments émotionnels truqués." Ces émotions truquées sont seulement pour l'effet, comme l'observateur soigneux le notera. Le psychopathe considère que sortir du problème en utilisant des émotions truquées est comme une victoire sur l'autre personne.

Les psychopathes sont incapables de soucis sentimentaux ou de remords pour les conséquences de leurs actions. Ils peuvent rationaliser calmement leur comportement insensible et bizarre tout en attribuant de la malice à tout le monde sauf à eux-mêmes. Attrapé dans un mensonge, ils manipuleront les autres ou des histoires à leur propre avantage sans peur d'être découverts - même si c'est évident à tout le monde autour d'eux qu'ils SERONT découverts.

Les psychopathes ne peuvent sentir de la peur pour eux-mêmes, beaucoup moins d'empathie pour les autres. La plupart des gens normaux, quand ils sont sur le point de faire quelque chose de dangereux, illégal, ou immoral, ressentent une montée d'inquiétude, de nervosité, ou de peur. La culpabilité peut les submerger et même les empêcher de commettre l'acte.

Le psychopathe ressent peu ou pas du tout.

Comme résultat, la menace de la punition, même une punition douloureuse est une question d'amusement pour le psychopathe. Ils peuvent répéter les mêmes actes destructeurs sans sauter un battement de cœur, de même que chercher des frissons et des dangers sans considération pour les risques possibles. C'est appelé "hypo-stimulation". C'est à dire que très peu - si ça existe - les stimule réellement; ils sont plus comme une machine que comme un humain.

Le psychopathe semble être rempli de quelque chose semblable à une profonde avidité. Ils manifestent cet état intérieur de beaucoup de manières. Une des manières les plus communes est de voler quelque chose de valeur à leur victime (objet de valeur), ou de blesser/calomnier la victime ou quelque chose ou quelqu'un que la victime aime. Dans l'esprit du psychopathe, c'est justifié parce que la victime le croise, ne lui donne pas ce qu'il veut, ou le (ou la) rejète.

Les psychopathes mentent pour le plaisir de mentir. Ils peuvent transmettre le plus profond message sincère sans en penser un mot. Ils peuvent aussi dire les histoires les plus scandaleuses simplement dans le but d'être au centre de l'attention et obtenir ce qu'ils veulent.

Un exemple est raconté par un chercheur en psychopathie: Melissa était une fille très attirante et très sociable. Elle rencontra un avocat pour obtenir le divorce d'avec son mari et convainquit l'avocat que son mari ruinait sa vie.

L'avocat était désolé pour elle quand elle poursuivit sur l'abus dont elle avait souffert. Elle fut si convaincante, que l'avocat voulut l'aider personnellement. Avec son charisme séduisant, il devint irrémédiablement entiché et commença à sortir avec Melissa. A un certain point, l'avocat refusa d'entreprendre des actions illégales et immorales contre son ex-mari que Melissa demandait.

A ce point, elle présenta des charges d'harcèlement sexuel contre l'avocat pour essayer de le forcer à faire ce qu'elle voulait. Elle ne réalisa pas, en faisant ça, qu'elle s'était exposée elle-même pour ce qu'elle était et il n'y avait pas de possibilité que l'avocat s'incline sous ses pressions de chantage. Après beaucoup de souffrance et de cœur brisé, Melissa laissa tomber la poursuite juridique et partit dans un autre état. L'avocat commenta qu'il n'avait jamais été si émotionnellement accablé de toute sa vie.

En effet, utilisant leurs "performances émotionnelles", ces individus peuvent être vraiment irrésistibles. Leur charisme peut être si excitant - leur émotion si profonde et sincère-en apparence - que les gens veulent juste être avec eux, veulent les aider, veulent tout donner et soutenir un être souffrant si noble. Ce qui n'est généralement pas vu par la victime est qu'elle nourrit une faim interne sans fin pour le contrôle, l'excitation et la reconnaissance de l'ego.

Le psychopathe est obsédé par le contrôle, même s'il donne l'impression d'être impuissant. Leur simulation de la sensibilité émotionnelle est réellement une partie de leur fonction de contrôle: plus haut est le niveau de croyance dans le psychopathe qui peut être induit dans leur victime par leurs drames, plus le psychopathe croit avoir le "contrôle". Et en fait, c'est vrai: ils ONT le contrôle quand les autres croient leurs mensonges. Tristement, le degré de croyance, le degré de "soumission" à ce contrôle via la fausse représentation, produit généralement tellement de souffrance quand la vérité est discernée que la victime préférerait continuer dans le mensonge que de faire face au fait qu'elle a été trompée. Le psychopathe compte sur ça. C'est une partie de leurs "calculs actuariels". Cela leur donne une sensation de pouvoir.

C'est bien trop facile de tomber sous le charme d'un psychopathe charismatique. Il y en a beaucoup qui font le jeu du psychopathe sans réaliser qu'ils ont été subtilement et intelligemment contrôlés. Ils peuvent même être manipulés pour réaliser des actes criminels, ou des actes de sabotage contre d'autres - innocentes - personnes au nom du psychopathe. Très souvent, quand c'est réalisé par la victime, qu'elle a causé de la souffrance à des gens innocents au nom d'un menteur, elles préfèrent à nouveau nier ceci que de faire face à la vérité de leur propre perfidie et crédulité.

Le comportement psychopathe semble être en accroissement à cause de la vraie nature de la société capitaliste américaine. Les grands débrouillards, charmeurs, et auto-promoteurs du domaine de la vente sont de parfaits exemples d'où le psychopathe peut prospérer. L'industrie du divertissement, l'industrie du sport, le monde des sociétés du système capitaliste, sont tous des domaines où les psychopathes montent naturellement au sommet. Quelques observateurs croient qu'il y a un continuum psychologique entre les psychopathes (qui tendent à ne pas réussir professionnellement) et les entrepreneurs narcissiques (qui réussissent), parce que ces deux groupes partagent la même adresse hautement développée de manipulation des autres pour leur propre profit. On pense maintenant qu'ils sont en réalité le "même" mais que le psychopathe "qui ne réussit pas" est simplement défectueux dans ses capacités calculatrices. Ils sont incapables de recalculer en se basant sur les nouvelles données actuarielles. Les Narcissiques qui réussissent peuvent sembler être parfaitement capables d'ajouter à leur base de données actuarielle et "recalculer" et dévier la course et développer de nouveaux sous-programmes basés sur les données entrantes.

En général, le psychopathe qui réussit "calcule" combien il peut prendre avec un ratio coût-bénéfice des alternatives. Parmi les facteurs qu'il considère comme les plus importants sont l'argent, le pouvoir, et la gratification des désirs négatifs. Ils ne sont pas motivés par un renforcement social comme des éloges ou des bénéfices futurs. Des études ont été faites qui montrent que l'enfermement d'un psychopathe n'a absolument aucun effet sur eux en termes de modification de leurs stratégies de vie. En fait, il est montré que ça les rend pires. Effectivement, une fois enfermés, les psychopathes apprennent juste comment être de meilleurs psychopathes. Puisque le psychopathe base ses activités conçues pour obtenir ce qu'il veut selon sa "théorie de l'esprit" particulière, il est instructif d'avoir une vue sur cette question. Ayant une "théorie de l'esprit" permet à un individu d'imputer des états mentaux (pensées, perceptions, et sentiments) non seulement à eux-mêmes, mais aussi à d'autres individus. Il est, en effet, un outil qui nous aide à prévoir le comportement des autres. Les individus qui réussissent le mieux sont ceux qui prédisent le mieux ce qu'une autre personne fera étant donné un certain ensemble de circonstances. Actuellement, nous avons la Théorie des Jeux qui est utilisée pour modéliser beaucoup de problèmes sociaux y compris la psychopathie.

Quand deux individus interagissent l'un avec l'autre, chacun doit décider quoi faire sans savoir ce que fait l'autre. Imaginez que les deux joueurs soient le gouvernement et le public. Dans le modèle suivant, chacun des joueurs fait face à un choix binaire: se comporter éthiquement soit en faisant des lois, soit en y obéissant.

L'hypothèse est que les deux joueurs sont informés de tout sauf du niveau de comportement éthique de l'autre. Ils savent ce que cela signifie d'agir éthiquement, et ils savent les conséquences d'être exposés en tant que non éthique.

Il y a trois éléments dans le jeu. 1) Les joueurs, 2) les stratégies disponibles aux deux, et 3) le règlement que chaque joueur reçoit pour chaque combinaison possible de stratégies.

Dans un régime légal, une partie est obligée de compenser l'autre pour des dommages sous certaines conditions mais pas sous d'autres. Nous allons imaginer un régime dans lequel le gouvernement n'est jamais responsable des pertes subies par le public à cause de son comportement non-éthique - au lieu de ça, le public doit payer pour les dommages infligés par le gouvernement dû au comportement non-éthique.

Les règlements sont représentées en général en termes d'argent. C'est à dire, quel investissement chaque joueur doit payer en comportement éthique et quel règlement chaque joueur reçoit pour son investissement.

Dans ce modèle, se comporter éthiquement, d'après les standards des valeurs sociales qui sont considérées comme la "norme", coûte à chaque joueur $10,00. Quand une loi nuisible au public est passée, cela coûte au public $100,00. Nous prenons comme donnée que de telles lois seront passées à moins que les deux joueurs ne se comportent éthiquement.

Ensuite, nous supposons que la probabilité d'une loi nuisible soit passée au cas où à la fois le public et le gouvernement se comportent éthiquement est d'une sur dix. Dans un régime légal dans lequel le gouvernement n'est jamais tenu responsable pour son comportement non-éthique, et si ni le gouvernement, ni le public se comportent éthiquement, le gouvernement jouit d'un règlement de $0. et le public perd $100 quand une loi nuisible au public est passée.

Si les deux "investissent" en comportement éthique, le gouvernement a un règlement de moins $10. (le coût du comportement éthique) et le public perd $20. qui est les $10. investis en étant éthiques PLUS les $10. du risque de un-sur-dix des $100. perte encourue si une loi nuisible est passée.

Si le gouvernement se comporte éthiquement et pas le public, résultant dans le passage d'une loi nuisible à la populace, le gouvernement perd $10. investis en étant éthique et le public perd $100.

Si le gouvernement ne se comporte pas éthiquement, et le public oui, le gouvernement, et le public oui, le gouvernement a un résultat de $0 et le public perd $110 qui est le "coût d'être éthique" additionné des pertes subies par le gouvernement qui passe des lois nuisibles. Modélisé dans une théorie de Jeux bi-matricielle, cela ressemble à ceci, avec les deux nombres représentant le "résultat" pour le peuple - le nombre gauche dans chaque paire - et le gouvernement - le nombre droit dans chaque paire.

    Gouvernment  
    Non Ethique Ethique
Société/Peuple Non Ethique -100, 0 -100, -10
  Ethique -110, 0 -20, -10

En bref, dans ce jeu, le gouvernement fait toujours mieux en n'étant pas éthique et nous pouvons prédire le choix de stratégie du gouvernement parce que c'est une simple stratégie - sans éthique - qui est meilleure pour le gouvernement, peu importe le choix que fait le public. C'est une "stratégie strictement dominante", ou une stratégie qui est le meilleur choix pour le joueur quels que soient les choix faits par l'autre joueur.

Ce qui est même pire est le fait que le public est PENALISE en se comportant éthiquement. Puisque nous savons que le gouvernement, dans le régime ci-dessus, ne se comportera jamais éthiquement parce que c'est la stratégie dominante, nous trouvons que le comportement éthique de la part du public coûte réellement PLUS que le comportement non-éthique.

En bref, le comportement psychopathe est réellement une ADAPTATION POSITIVE dans un tel régime. Le public, comme vous voyez, ne peut même pas minimiser ses pertes en se comportant éthiquement. Cela lui coûte $110. pour être éthique, et seulement $100. pour ne pas être éthique.

Maintenant, substituer juste "psychopathe" à la place du gouvernement et non-psychopathe à la place du public, et vous commencez à comprendre pourquoi le psychopathe sera toujours un psychopathe. Si le "résultat" est de la souffrance émotionnelle d'être blessé, ou de la honte d'être mis à jour, dans le monde du psychopathe, la conséquence n'existe tout simplement pas comme dans le régime légal créé ci-dessus, le gouvernement n'est jamais responsable pour son comportement non-éthique. Le psychopathe vit dans un monde dans lequel c'est comme un gouvernement qui n'est jamais tenu pour responsable pour le comportement qui est nuisible aux autres. C'est aussi simple que ça. Et la forme de jeu ci-dessus vous dira pourquoi les psychopathes dans la population, de même que le gouvernement, sont capables d'induire le public à accepter les lois qui sont nuisibles. Cela ne vaut pas la peine d'être éthique. Si vous suivez le psychopathe, vous perdez. Si vous résistez au psychopathe vous perdez encore plus.

Le [psychopathe] n'est pas familier avec les faits ou les données élémentaires de ce qu'on peut appeler les valeurs personnelles et est totalement incapable de comprendre de tels sujets. C'est impossible pour lui d'avoir un intérêt même léger dans la tragédie ou la joie ou les efforts de l'humanité comme présentés dans la littérature sérieuse ou l'art.

Il est aussi indifférent à toutes ces matières dans la vie elle-même. Beauté et laideur, sauf dans un sens très superficiel, bonté, mal, amour, horreur, et humour n'ont pas de signification réelle, pas de pouvoir pour le bouger. Il manque, en outre, de la capacité de voir que les autres ont bougé. C'est comme s'il était daltonien, malgré son intelligence aiguë, vis-à-vis de cet aspect de l'existence humaine. Cela ne peut lui être expliqué parce qu'il n'y a rien dans son orbite de conscience qui peut faire le pont en comparaison. Il peut répéter les mots et dire couramment qu'il comprend, et il n'y a pas de moyens pour lui de réaliser qu'il ne comprend pas. [Cleckley, H.M. (1941) Le masque de la santé d'esprit: Un essai pour réinterpréter la personnalité psychopathique. St Louis: The C.V. Mosby Company. Le livre est disponible en anglais en format pdf.]

Cela veut dire aussi qu'une telle personne est libre de choisir de faire des choses qui sont potentiellement auto-destructives sans donner une seule indication à un autre "joueur" que son choix est basé entièrement sur une tromperie. Très souvent, ils "gagnent" à cause de la témérité totale de leurs actions qui n'est pas restreinte par la conscience qui est une construction d'émotions. C'est comme un joueur de poker qui n'a absolument rien dans sa main, mais parce qu'il a l'intention de gagner, et est si indifférent à la possibilité de perdre parce que le mensonge ne produit absolument aucune réaction émotionnelle interne de peur d'être découvert ou la honte potentielle ou le désastre inhérent dans un tel cas, est capable de bluffer d'une manière si convaincante que les autres joueurs - n'importe lequel pouvant avoir une main gagnante, passe et s'en va parce qu'ils sont convaincus par la confiance du psychopathe qu'il doit avoir la main gagnante à chaque fois.

Seulement il ne l'a pas.

Et cela signifie que la force du psychopathe est aussi son talon d'Achille. Une fois qu'il a été détecté, identifié, compris, il n'a plus le pouvoir de bluffer. Une fois que le savoir entre dans le jeu, le psychopathe est exposé, et n'a plus la capacité de duper les autres joueurs. La part triste est: il n'a pas aussi la capacité d'apprendre de son expérience quoi que ce soit d'autre que comment rendre son bluff meilleur et plus convaincant la prochaine fois. Le psychopathe ne devient jamais fou parce qu'il est pris dans un mensonge; il est seulement concerné avec le "contrôle de dommage" en termes de sa capacité de continuer à duper les autres.

Les sociétés peuvent être considérées comme des "joueurs" dans le modèle de jeu du psychopathe. Le comportement passé d'une société sera utilisé par le psychopathe pour prédire le comportement futur de cette société. Comme un joueur individuel, une société aura une certaine probabilité de détecter la tromperie et une mémoire plus ou moins précise de qui les a trompés dans le passé, de même qu'une inclination développée ou non à user de représailles contre un menteur et un tricheur. Puisque le psychopathe utilise une approche actuarielle pour estimer les coûts et les bénéfices des différents comportements (combien peut-il emporter avec lui), c'est le comportement passé réel de la société qui ira dans ses calculs plutôt qu'une estimation de risque basée sur des "peurs ou anxiétés" d'être attrapé et puni que les gens empathiques ressentiraient par anticipation de faire quelque chose d'illégal. Ainsi, dans le but de réduire le comportement psychopathe dans la société et au gouvernement, une société DOIT établir et imposer une réputation pour des taux élevés de détection de la tromperie et de l'identification des menteurs, et un accord pour faire des représailles. En d'autres mots, elle doit établir une stratégie de dissuasion qui réussit.

Puisque le psychopathe est particulièrement incapable de prendre des décisions basées sur des conséquences futures, et est capable seulement de focaliser son attention sur une gratification immédiate - buts à court terme - il est possible que de tels individus puissent être traités en établissant une histoire du traitement des représailles sociales rapides. C'est à dire, l'identification et la punition des menteurs et des tricheurs doivent être à la fois immédiates et prédictibles que ce sera immédiat.

Et nous voici à la question: concernant le monde réel, les interactions sociales humaines à grande échelle, réduire la psychopathie chez nos leaders dépend de la mémoire collective de la société en expansion sur le comportement passé des joueurs individuels.

Toute analyse raisonnable des nouvelles révélera que les mensonges et la tricherie ne sont pas "dissimulées" comme les apologistes américains aimeraient le penser.

Même les Américains moins bien-informés ont quelque idée qu'il y a quelque chose de louche concernant l'enquête sur l'assassinat de JFK. Dans les années récentes, l'homme en charge de la Commission Warren, Gerald Ford, aussi ex-Président, admit de la "fraude" dans le rapport.

Puis, il y eut le Watergate suivi par l'affaire Iran-Contra, sans mentionner le "Monica-gate". Et ici nous touchons quelques choses essentielles familières à tous les Américains. De quelles conséquences ont souffert les tricheurs de la société?

Aucune dont on parle. En fait, dans presque tous les cas, ils furent récompensés joliment avec ces choses de valeur pour le psychopathe: argent et biens matériels. Si quelqu'un pense qu'ils furent blâmés par une exposition publique, qu'il y pense à nouveau!

Mais ce qui est d'un intérêt CRUCIAL ici est le fait que le peuple américain n'a simplement PAS répondu aux révélations de mensonge dans le gouvernement avec un outrage qui pourrait être considéré plus que symbolique. A l'heure actuelle, il n'y a même pas d'"outrage symbolique". Ne trouvez-vous pas ça bizarre?

Mais nous avons déjà noté la raison; l'American way of life a optimisé la survie des psychopathes, et dans un monde de psychopathes, ceux qui ne sont pas des psychopathes génétiques, sont induits à se comporter comme des psychopathes simplement pour survivre. Quand les règles sont établies pour rendre la société "adaptative" vers la psychopathie, cela fait des psychopathes de tout le monde. En conséquence, un très grand nombre d'Américains sont des sociopathes efficaces. (Ici nous utilisons "sociopathe" comme une désignation de ces individus qui ne sont pas des psychopathes génétiques)

Et ainsi, nous avons George Bush et le Troisième Reich calculant comment ils peuvent en sortir en regardant l'histoire des réactions du Peuple Américain à la tricherie. Il n'y en a pas parce que le système est adaptatif vers la psychopathie. En d'autres termes, les Américains soutiennent Bush et son ordre du jour parce que la plupart sont COMME lui.

Mais ce n'est pas parce qu'ils sont TOUS nés comme ça. C'est parce que la psychopathie est presque requise pour survivre dans l'Amérique Compétitive et Capitaliste.

Quand une société grandit et devient plus compétitive, les individus deviennent plus anonymes et plus machiavéliques. La stratification sociale et la ségrégation mènent aux sentiments d'infériorité, au pessimisme et à la dépression parmi ceux qui n'ont rien, et ceci favorise l'utilisation des "stratégies de tricherie" dans la vie qui ensuite rend l'environnement plus adaptatif pour la psychopathie en général.

Le comportement psychopathe parmi les psychopathes non-génétiques pourrait être vu comme une méthode fonctionnelle d'obtenir des ressources désirables, d'augmenter un statut d'individu dans un groupe local, et même un moyen de fournir de la stimulation que des gens qui réussissent socialement et financièrement trouvent dans des défis physiques et intellectuels acceptables. En d'autres mots, le psychopathe est un chercheur de sensations ennuyé et frustré qui "n'a pas la capacité intellectuelle de s'amuser et de s'occuper lui-même" intérieurement. De tels individus peuvent commencer leur vie dans les bas niveaux socio-économiques, mais ils montent souvent au sommet.

En Amérique, beaucoup de ménages sont affectés par le fait que le travail, le divorce, ou les deux, ont ôté l'un ou les deux parents de l'interaction avec leurs enfants l'essentiel de la journée. C'est une conséquence de l'économie capitaliste.

Quand les parents sont absents, ou même quand un est présent mais pas en possession d'un savoir ou d'une information suffisants, les enfants sont laissés à la merci de leurs pairs, une culture formée par les médias. Armés de joysticks et de télécommandes de TV, les enfants sont guidés de South Park et Jerry Springer vers Mortal Kombat sur Nintendo. Les enfants normaux deviennent désensibilisés à la violence. Les enfants plus susceptibles - enfants avec un héritage génétique de psychopathie - sont poussés vers un précipice mental dangereux. Dans le même temps le gouvernement passe régulièrement des lois, à la demande des parents et de la communauté psychologique, conçues pour éviter d'imposer les conséquences sur le comportement violent des juniors.

Pour la violence des médias, peu de chercheurs continuent à essayer de contester que les effusions de sang à la télé et dans les films ont un effet sur les enfants qui regardent. Ajoutés au mélange, maintenant il y a les jeux vidéos structurés autour de modèles de la chasse et du meurtre. Engagés par le graphisme, les enfants apprennent à associer jaillissements de "sang" avec la gratification primale de remporter une "victoire".

A nouveau, l'économie contrôle la réalité.

Tandis que tout le monde admettra réellement qu'il y a probablement trop de violence à la télévision et que les annonces sont probablement de pures balivernes, très peu de gens ont une réelle conception de la nature précise et de l'étendue de l'influence hypnotique du média. Encore moins ont une idée des buts derrière ce stimulant. Wallace et Wallechinsky écrivent dans The People's Almanac (L' Almanach des Gens):

"Après la seconde guerre mondiale, la télévision prospéra… Des psychologues et des sociologues furent introduits pour étudier la nature humaine en relation avec la vente; en d'autres mots, comprendre comment manipuler les gens sans que leurs sentiments soient manipulés. Le Dr. Ernest Dichter, Président de l'Institut pour la Recherche Motivationnelle fit une déclaration en 1941…, 'l'agence publicitaire qui réussit manipule les motivations et les désirs humains et développe un besoin pour des biens avec lesquels le public a été à une époque non familier - peut-être même non désireux d'acheter.
'En discutant de l'influence de la télévision, Daniel Boorstin écrit:
'Ici enfin il y a un supermarché d'expérience de substitution. La programmation qui réussit offre de l'amusement - sous l'apparence de l'instruction; l'instruction - sous l'apparence de l'amusement; persuasion politique - avec l'appel de la publicité; et la publicité - avec l'appel du drame.'

La télévision programmée sert non seulement à répandre le consentement et la conformité, mais il représente une approche de l'industrie délibérée." [cité par Wallace, Wallechinsky]

A part le fait que la télévision a été conjecturée être extrêmement nuisible aux enfants et qu'on pense maintenant que la plupart des aspects destructeurs de la société puissent être attribués aux valeurs en dégénérescence à la télévision, il y a un effet plus profond et plus insidieux sur la psyché humaine. Comme cité, c'est une manipulation planifiée et délibérée de répandre le consentement et la conformité et d'hypnotiser les masses pour soumettre à l'autorité des maîtres de l'économie à travers leur faux prophète, la télévision.
Allen Funt, invité d'un show populaire, Candid Camera, fut une fois questionné sur ce qui était la chose la plus dérangeante qu'il avait apprise sur les gens dans ses années où ils traitait avec eux à travers le média. Sa réponse fut refroidissante dans ses ramifications:
"La pire chose, et je l'ai vu encore et encore, est comment les gens peuvent être menés par n'importe quel type de figure d'autorité, ou même les genres les plus minimaux d'autorité. Un homme bien habillé monte l'escalator qui descend et la plupart des gens feront demi-tour et essaieront désespérément de monter aussi… Nous mîmes un panneau sur la route, 'Delaware Closed Today' (Delaware Fermé Aujourd'hui). Les automobilistes ne posèrent même pas la question. A la place ils demandèrent: 'Est-ce que Jersey est ouvert?'" [cité par Wallace, Wallechinsky]

Une image se forme d'une société délibérément créée de conformité télévisée, d'inadéquation instruite et créative, et de troubles sociaux et de décadence. Il est apparent que le média est en charge de propager ces conditions, et le média est contrôlé par quoi? L'Economie compétitive et capitaliste.

Il semblerait que les maîtres de motivation planifieraient, dans les intérêts de leurs clients industriels, une programmation pour entraîner des conditions sociales bénéfiques - qu'ils pourraient, en fait, faire. Il est apparent que l'autorité finale de la programmation télévisée est dans les mains des publicitaires, épaulée par les industries dont les produits sont vendus. Avec toutes les données psychologiques auxquelles ils ont accès, il semblerait qu'ils utilisent la programmation pour corriger des conditions sociales qui leur coûtent de l'argent. Plus de 25 milliards de dollars par an sont dépensés pour apprendre aux travailleurs à lire et à écrire, après le niveau donné par les effets combinés d'un système d'école publique et de la télévision. Il est accepté que le taux de crime en développement, qui coûte aussi à ces géants industriels de vastes sommes d'argent, est surtout attribuable aux frustrations et mécontentements engendrés par la vision fausse de la réalité présentée à la télévision.

Pourquoi n'utilisent-ils pas leurs ressources financières pour épauler les maîtres de motivation à comprendre comment présenter la programmation qui pourrait effectuer des changements positifs?

Est-ce que les conditions de la société, y compris la réponse programmée aux "signes minimaux de l'autorité", sont planifiés? Est-ce que quelqu'un voudrait suggérer que les chiffres et les études reliées à l'influence nuisible de la programmation ne leur est pas disponible et qu'ils ne réalisent pas que ça leur coûte de l'argent? Si c'est le cas, alors ils sont trop stupides pour être des arbitres de nos valeurs et nous devrions les négliger entièrement dans tous les cas. Si ce n'est pas le cas, alors nous devons supposer qu'il y a un objet à cette manipulation.

Il y a beaucoup de preuves pour soutenir l'idée que ce but, ou l'objet de cette manipulation, est de créer un manque d'unité psychologique et social - psychopathie sociale - suffisante pour permettre l'institution d'un gouvernement totalitaire à la demande du peuple. Il est théorisé en outre que l'"élite riche" cherche à contrôler le monde entier en coulisses et c'est à cette fin qu'ils dirigent les activités et financent les diverses actions qui apparaissent aux masses comme des "accidents" politiques et internationaux.

Franklin D. Roosevelt a dit:

"Rien en politique n'arrive jamais par accident; si ça arrive, vous pouvez parier que c'était prévu!"

Et il était en position de savoir.

Il y a beaucoup de preuves pour soutenir la notion que les guerres sont fomentées et exécutées pour redistribuer ces équilibres de pouvoirs financiers en coulisses et que, bien que nos pères, frères, grand-pères, oncles, cousins et fils sont morts dans ces actions, ils sont simplement des jeux de "Relations Internationales" jouées par ceux dont l'argent et la position leur donnent un pouvoir absolu pour former notre réalité vers un but infâme.

Les tensions psychiques de notre monde sont exactement dans la maison. Là elles peuvent agir facilement sur n'importe quel gosse qui croit que "le monde m'a fait du tort" - un sentiment parlé de la réalité de l'existence - une réalité créée par les pressions économiques instituées via la Théorie des Jeux. Y a-t-il une solution?

La solution évidente serait un monde dans lequel, à tout le moins, le psychopathe - au gouvernement ou dans la société - serait forcé à être responsable d'un comportement non-éthique. Mais le modèle théorie des jeux démontre que l'égoïsme est toujours la stratégie la plus profitable pour des unités qui se reproduisent.

Pourrait-il y avoir une stratégie évolutionnaire stable pour que les gens soient désintéressés fondamentalement? En fin de compte, une capacité à tricher, à concourir et à mentir a prouvé être une adaptation qui réussit prodigieusement. Ainsi l'idée que la pression de sélection pourrait causer la sainteté pour répandre dans une société semble non plausible en pratique. Il ne semble pas faisable de surclasser les gènes qui favorisent la compétitivité. Les "Types bien" sont mangés ou éliminés. Les gens heureux qui ne sont pas au courant sont mangés ou éliminés. Bonheur et sympathie sont de plus en plus rares aujourd'hui, et la misère et la souffrance de ceux qui sont capables de vraiment sentir, qui sont empathiques envers les autres humains, qui ont une conscience, est trop non commun. Et les manipulations psychopathes sont conçues pour faire des psychopathes de nous tous.

Néanmoins, une prédisposition à la conscience, l'éthique, peut prévaloir si et quand c'est aussi capable d'implémenter le niveau d'altruisme le plus profond: rendre l'objet de cette empathie l'idéal le plus haut d'améliorer le libre-arbitre dans le sens abstrait, pour le salut des autres, y compris nos descendants.

En bref, notre "intérêt personnel" doit être investi dans l'assurance collective que tous les autres sont heureux et bien disposés aussi; et en assurant que les enfants que nous mettons au monde ont l'option d'être constitutionnellement heureux et bienveillants envers un autre.

Cela signifie que si la psychopathie menace le bien-être du futur groupe, alors il peut être traité seulement en refusant de permettre l'ego d'être dominé par ça sur une base individuelle, personnelle. Préserver le libre-arbitre pour l'ego dans le sens pratique, préserve en final le libre-arbitre pour les autres. La Protection de nos droits propres COMME les droits des autres, souscrit la position du libre-arbitre et le potentiel pour le bonheur de tous. Si des psychopathes mutants posent un danger potentiel alors la vraie empathie, la vraie éthique, la vraie conscience, dicte d'utiliser la thérapie prophylactique contre les psychopathes.

Et ainsi qu' identifier les psychopathes, stoppant notre interaction avec eux, les séparant de notre société, nous rendant indisponibles nous-mêmes pour eux comme "nourriture" ou objets à être dupés et utilisés, est la seule stratégie la plus efficace que nous pouvons jouer.

Il semble certain d'après les preuves qu'une transformation positive de la nature humaine n'est pas sur le point de venir à travers un grand éveil spirituel, des réformes socio-économiques, ou un désir spontané parmi les peuples du monde à être sympathique envers les autres. Mais il est tout à fait possible que, à long terme, le programme psychopathe de souffrance perdra parce que la misère n'est pas une stratégie stable. Dans un état de misère croissante, les victimes chercheront à y échapper; et cette recherche les mènera finalement à s'informer du véritable état de leur misère, et cela peut mener à une société de gens intelligents qui auront la capacité collective de faire ainsi.

 

You are visitor number .